Main qui s'ennuie

S’ennuie t’il ou est-elle intéressée ?

Dès que votre interlocuteur commence à utiliser sa main pour supporter sa tête, c’est un signal d’ennui. Cela lui permet de garder sa tête relevée et l’empêcher de tomber dans les bras de Morphée. Le degré d’ennui est lié à la fermeté avec laquelle le bras et la main supportent la tête. Plus la tête est supportée, puis l’ennui est profond.

Le premier signe de l’ennui commence généralement avec le menton supporté par le pouce, puis par le poing. Sur la photo de votre serviteur ci-dessous, je présente un extrême manque d’intérêt à ce qu’on me raconte. La tête est complètement supportée par ma main. Le plus important signe d’ennui se voit lorsque la tête repose complètement sur les deux mains et que des sons de ronflement commencent à apparaître 😉 Plus la tête est supportée, plus l’ennui est profond

Ennui

Vous discutez avec une amie, assis dans la pelouse d’un parc. Cela fait plusieurs semaines que vous ne l’avez pas vue et vous lui racontez vos dernières péripéties. Si après vous avoir lu cet article, quelqu’un vous observait discuter, il saurait que votre amie est captivée par votre histoire et qu’elle vous écoute avec attention. Pourtant il n’entend pas le sujet de la conversation.

Mais alors, comment sait-il que votre discussion l’intéresse ?  Parce qu’elle ne regarde pas toutes les deux minutes le cadran de sa montre ? Non.

Alors évidemment on pourrait dire que « Cela se voit ». Oui effectivement cela se voit ! Mais concrètement, quels sont les indices qui permettent de dire cela de manière certaine ? Je vous les dévoile, la majeur partie des gestes n’utiliseront que  les mains et le visage.

Le support de la tête est le thermomètre de l’ennui

On pense souvent que de taper avec ses doigts sur la table ou bien des pieds sur le sol est un signe d’ennui. Il s’agit plutôt d’un signe d’impatience. Plus la fréquence est élevée plus l’impatience est grande. Dans la cas d’une présentation orale par exemple, cela pourrait être l’impatience de sortir et d’aller aux toilettes plutôt que d’un véritable ennui lié au speech.

STOP !!!! Arrêt sur image !!!

stopDans quelle position êtes-vous actuellement ? Parcourez-vous ces lignes dans la position que je viens de décrire ? Si c’est le cas, arrêtez de vous forcer à lire et reprenez une activité normale. 😉 Si ce n’est pas le cas, ce qui me réjouis, c’est qu’arrivé à la moitié de cet article, vous êtes toujours présent et donc que vous trouvez un intérêt à le lire et donc que il y a de fortes chances que vous soyez dans la position que je m’apprête à décrire.  Gardez dans un coin de votre tête votre position et à la fin de cet article, postez-la dans les commentaires 😉

 

Gestes montrant que la personne est intéressée par vos propos

 

Intérêt

Le geste d’attention s’observe lorsque la main se situe au niveau de la joue. Très souvent l’index pointe vers le haut. Dans tous les cas, ce geste ne supporte pas le poids de la tête. Lorsque la personne commence à perdre de l’intérêt mais fait semblant de paraître intéressée par courtoisie, elle aura tendance à utiliser le talon de la main sur le menton pour empêcher l’ennui d’arriver. On connait tous ce geste lorsqu’on fait semblant de s’intéresser au speech du patron. Malheureusement, cette position de faux intéressement ne reste pas longtemps en l’état et on arrive rapidement à ce que la tête soit totalement tenue par la main.

Gestes d’attention et avis critique

Avis critique

Ce geste est souvent interprété comme un signe d’intérêt mais ce n’est pas le cas car le pouce sous le menton est un signe caractéristique de l’avis critique. Plus la personne restera longtemps dans cette position, plus son avis critique restera. Si vous animez une réunion et qu’un collègue se trouve dans cette position “critique”, je vous conseillerais de lui la faire changer, comme par exemple en lui tendant un crayon ou une tasse de café afin de retirer sa main du visage.

Comme on vient de le voir, l’intérêt authentique se voit lorsque la main vient légèrement se poser sur la joue et n’est pas utilisée pour la supporter. Lorsque l’index est dirigé vers le haut et le pouce en dessous du menton pour le supporter, c’est un signe que l’interlocuteur à des pensées négatives ou critiques. Parfois, l’index peut même aller jusqu’à gratter l’œil.

Conclusion

Ces  quelques observations vous donnent un indice sur l’intérêt que porte votre interlocuteur sur ce que vous dites. Savoir les décrypter c’est se donner les moyens  de mieux communiquer : « si la personne s’ennuie, j’essaie donc de changer ma communication (sujet ou forme). Si la personne est intéressée et donc si je continue, cela ne la dérangera pas du tout. » On conviendra qu’il est toujours plus intéressant d’avoir un auditoire captivé par ce que l’ont dit plutôt que de l’endormir. Ces observations peuvent vous servir dans la vie de tous les jours que ce soit dans le cadre professionnel (vente, présentation, réunion), avec vos amis ou en phase de séduction.

Pour terminer, je reviens sur ma coupure « Arrêt sur image » au milieu de cet article. Si vous vous rappelez de votre position n’hésitez pas à la partager dans les commentaires 😉

 

Femme et téléphone portable

Pourquoi gesticulons-nous au téléphone portable ?

Attraper son portable et le porter à son oreille : deux gestes quotidiens presque devenus un automatisme. Chaque jour nous est donné l’occasion d’observer ce ballet de personnes connectées au réseau. Pour ma part, je le trouve fascinant. Avez-vous vous aussi déjà prêté attention aux personnes usant de leur téléphone portable ? Bien que le canal de communication principal reste le verbal, lorsque nous téléphonons, nous avons l’habitude de bouger, de faire des gestes, faire la moue, rire, sourire… Ceci mérite bien une petite investigation ! ;-)

Cet aspect comportemental assez troublant car à priori inutile m’a toujours interloqué. La première fois que je me suis posé la question (et je m’en pose beaucoup), je me disais que ce phénomène aurait pu faire l’objet d’un sujet de thèse. « Pourquoi faisons-nous des gestes au téléphone ? » Il faut croire qu’à mon plus grand regret les études sur le sujet n’ont pas été très poussées, ou bien restent confidentielles, comme l’impact des ondes sur notre cerveau ;-) Mais heureusement, j’ai réussi à trouver cette analyse précieuse de Sadi Plant (Motorola) sur l’effet du téléphone portable d’un point de vue social.

Malgré les apparences, le langage du corps est également important au téléphone

 

A priori on peut se dire qu’au téléphone, votre interlocuteur perçoit uniquement les mots et l’intonation de votre phrase. Le langage du corps qui pourtant est le plus important dans une conversation en vis-à-vis ne peut pas être vu au téléphone et que donc, une part importante du message n’est pas transmise. A cette fin, on pourrait donc considérer qu’il est inutile d’utiliser des gestes lorsque l’on téléphone.

Mais ce n’est pas le cas. Notre corps et nos mouvements ont un impact direct sur notre respiration et par conséquence sur notre façon de parler. Si vous ne me croyez pas, essayer de courir un 100 mètres le plus vite possible et essayer ensuite de parler. ;-) Le rythme respiratoire influt sur l’air expiré et sur la vibration des cordes vocales. Nos mouvements lorsque nous parlons ont donc un impact sur notre intonation et l’énergie de nos mots. Prenons l’exemple suivant autour de la colère :

 

Vous aviez promis d’aller chercher votre ami Ted à l’aéroport, et comme vous avez complètement oublié qu’il rentrait de 2 mois de Thaïlande (sans faire exprès bien sûr), il vous appelle en colère. Si vous étiez l’un en face de l’autre, et heureusement ce n’est pas le cas, vous pourriez voir ses lèvres pressées l’une contre l’autre, les sourcils dirigés vers le nez, les rides entre les deux sourcils apparaître et les pupilles contractées.. Il pourrait également vous pointer du doigt. Sans entendre les mots, le message serait très clair. Votre ami est en colère contre vous.

Au téléphone, vous ne pourrez pas voir ses gestes mais par le ton de la voix et les mots vous n’aurez aucun problème à les imaginer. Dans le hall de l’aéroport, il doit très certainement gesticuler de colère et faire les 100 pas. Si nous montrons de la colère sur notre visage, les muscles affectent aussi notre voix. Elle sera plus profonde et plus serrée. Le rythme de la voix d’une personne en colère peut être plus rapide que la normale, les mots sont entrecoupés et la respiration plus rapide.

Cet exemple sur la colère vaut pour toutes les expressions étudiées dans cet article : les muscles de notre visage affectent notre voix et le message verbal qui sont transmis.

Même si la communication non-verbale ne se voit pas, elle a un fort impact sur l’intonation et les mots que l’on emploie et ainsi sur le message que l’on communique. Très souvent, lorsque l’on est au téléphone avec quelqu’un, on s’imagine les postures et le comportement de la personne à l’autre bout du fil. Faites la comparaison entre votre amie Aline qui vous annonce qu’elle vient d’obtenir le job de ses rêves ou certaines standardistes (pas toutes heureusement :-) ) assises dans leur chaise et n’ayant pas le cœur à répondre au téléphone. Leur façon de tenir le téléphone, de s’exprimer avec les mains, sont diamétralement opposées. Cette image que l’on se créée par les mots de notre interlocuteur aura de fortes chances d’être la bonne.

Chers lecteurs, connaissez-vous le compte twitter et la page Facebook du Décodeur du Non-Verbal ? Venez y faire un tour :-)

Touriste prenant une photo

[Test du voyageur] Les gestes à connaître pour votre prochaine destination

Chers voyageurs,

A quelques jours de votre départ à l’étranger, billets d’avion et réservations d’hôtel déjà en poche, il est temps de rassembler vos affaires dans la valise. En personne prévoyante, vous pensez particulièrement à prendre certains items relatifs à votre destination : un guide du pays, de la monnaie locale, un dictionnaire pour la langue, etc… Mais avez-vous également pensé à mettre dans votre valise un guide de la communication non-verbale ?

Lire la suite

Femme

Comment Aline (et vous aussi) allez faire une très bonne impression à votre prochain entretien d’embauche ?

Aline vient de recevoir un email. Elle le lit et un sourire ne tarde pas à apparaitre sur son visage. Ça se comprend. Elle vient de recevoir la confirmation pour l’entretien d’embauche du job de ses rêves. Comme Aline est abonnée à la newsletter du Décodeur du Non-Verbal, elle sait que, dans ce genre de situation, son langage corporel aura plus d’importance que ses mots ou le ton de sa voix. Après tout, sa lettre de motivation et son CV ont déjà fait mouche. Pour se mettre en jambe, elle a déjà lu Félix et ses 6 techniques pour manipuler son boss pendant un entretien d’embauche. Moi je voulais lui donner quelques conseils pour que son langage corporel soit un allier et SURTOUT afin d’éviter certains écueils que l’on peut trouver sur Internet quand il s’agit de communication non-verbale.

Salut Aline,

Félicitation !

Pour ton entretien, je sais que tu veux faire une très bonne impression. Alors sais-tu que les personnes que tu vas rencontrer vont se former une opinion de toi dans les 4 premières minutes de ton entretien ? Du moins, c’est ce que nous disent Allan et Barbara Pease, spécialistes dans la communication non-verbale. Et comme le langage corporel représente 60 à 80 % de l’impact que tu laisseras, tu as bien raison de t’y intéresser. 😉 Mon premier conseil est celui- ci et c’est le plus important !

Plus tu oublieras ton corps et plus tu seras en mesure de bien communiquer

On lit souvent sur les forums ou les blogs donnant des conseils sur “comment réussir son entretien d’embauche ?” des phrases du genre : tenez vous droit, la tête aussi, mettez vos mains comme ceci, comme cela, j’en passe et la liste est longue. A vrai dire, je pense que c’est un discours de charlatan. Ces personnes disent que si tu adoptes telle ou telle position, tu communiqueras bien. Je pense que ceci provoque l’effet inverse. Si tu te focalises sur cet aspect lors de l’entretien, tu ne seras pas vraie. Car c’est à partir du moment où tu oublies ton corps que tu es en mesure de bien communiquer. Si tu es centrée sur toi-même et pense sans arrêt à ta façon de te tenir, tu seras tellement fermée que tu ne seras pas à l’écoute de ton futur boss. Et si tu n’es pas à l’écoute de ton interlocuteur, l’interaction avec lui ne sera pas bonne. 🙁

Qu’est-ce que veut ton futur boss ?

Il est à la recherche d’une personne qui est honnête, confiante, et avec d’autres qualités qui l’aidera à réussir. Il faut donc simplement utiliser ton langage corporel dans cette optique. Alors les conseils qui suivent relèvent du bon sens. Ce sont les mêmes que ceux que tu appliques tous les jours avec ta famille ou tes amis, afin de montrer ton honnêteté, confiance et ouverture.

Tout commence dans le hall d’entrée voire dans le parking ou bien l’ascenseur

ascenseur

Même si tu as googelisé ton futur boss et que tu sais qu’il a un blog sur les lapins de garenne (et ça, ça ne s’invente pas), tu n’a pas forcément connaissance de qui sera présent lors de l’entretien. Ça peut être une personne à qui tu auras laissé la place sur le parking, à qui tu auras retenu la porte à l’entrée ou bien même la réceptionniste qui est de pair avec le RH. Faire une très bonne impression, ça commence dès que tu mets les pieds dans l’établissement. En fait c’est comme quand tu te rends chez des amis, avec le sourire et l’ouverture, comme quand tu laisses ta place dans le métro à une personne. Pas de raison d’être plus stressée parce qu’il s’agit d’un entretien.

Attente à l’accueil

Ponctuelle, dans le hall, essaie d’avoir un œil sur ton futur boss lorsqu’il arrive. Quand il vient t’accueillir, tu seras déjà debout (et par chance, comme tu es une femme ordonnée, aucun papier ni cahier ne tombera de tes genoux). Tu seras déjà prête à lui donner…

Une poignée de main

…à laquelle je ne te donnerai qu’un seul conseil : rend la pression que l’on te donneJe t’ai dis que le High-Five est vraiment facultatif dans cette situation ? 😉 et comme à ma connaissance tu n’es pas aphone depuis la dernière fois que l’on s’est vu, ton nom et prénom seront les bienvenus. 🙂 Tu le suivras dans son bureau et tu y entreras comme si tu avais l’habitude d’y entrer tous les jours. Ton langage corporel montre bien que tu n’as pas l’impression de le déranger. Après tout, c’est lui qui t’a envoyé un mail de convocation !

Ton attitude lors de l’entretien

Si tu croises les bras sur ta poitrine, on pensera que tu es sur la défensive. Si tu gardes les mains dans les poches, tu paraîtras mal à l’aise, ou il semblera que tu caches quelque chose. ll faut que ton corps soit dans l’esprit inverse. Les gestes d’ouverture, de confiance et d’honnêteté tu les connais mais surtout ne te focalise pas dessus ?! Cela ferait défaut à mon premier conseil qui est le plus important.

Je te donne tout de même quelques éléments de révision sur ces gestes :

  • une attitude ouverte. Tu sais que les bras et jambes croisées ne sont pas des signes d’ouverture mais plutôt de fermeture. Mais si tu penses pas à tes gestes et que tu es honnête avec ton futur boss, tu n’as même pas à penser à tes bras, ils seront de toute manière ouverts. D’ailleurs pour éviter de créer une barrière involontaire, tu peux laisser ta sacoche au pied de la chaise. Si le ménage a été fait, elle ne prendra pas la poussière. 😉
  • la zone personnelle (autour d’une table), tu n’as pas à y penser. Il y a peu de chance que tu te retrouves sur les genoux de ton futur boss.
  • Et puis il ne faut pas oublier le sourire. Le même que celui qui était sur la photo de ton CV, celle pour qui ton capital sympathie a fait un bond et que tu conserveras lors de l’entretien si tu continues à sourire.
  • et enfin le mirroring pour être en phase avec ton futur boss.

Conclusion

Aline, j’espère que mes différents conseils te seront utiles. Et il important que tu ne sois pas pour autant focalisé sur tes gestes le jour J. Simplement les repérer et les ajuster s’ils ne vont pas dans le bon sens. Tu as plein de choses à raconter sur ton expérience et sur ce que tu peux apporter à ton futur boss. Je suis sûr qu’il te permettra de décrocher le job. En tout cas, tiens nous au courant. 😉

Chers lecteurs, connaissez-vous le compte twitter et la page Facebook du Décodeur du Non-Verbal ? Venez y faire un tour 🙂

6 visages

[Test] Les microexpressions – 7 émotions universelles à décoder

Ces derniers temps, je m’intéresse de près aux microexpressions. Largement médiatisées dans la série Lie To Me, série TV basée sur les travaux de Paul Ekman, il s’agit d’une expression faciale de très courte durée (moins d’une seconde) apparaissant généralement lorsque les enjeux d’une situation sont élevés. A la différence des expressions faciales, les micro-expressions sont totalement involontaires mais cependant, c’est là le hic, difficile à décrypter vu la brièveté du mouvement.

En attendant un article plus fouillé sur les micro-expressions (et oui il y a pas mal de choses à raconter sur le sujet), je vous propose de découvrir un test que j’ai mis en place spécialement pour vous :

>> https://emotions.ninja

 

Voici les 7 expressions faciales :

1) La joie (joy)- facile à reconnaître, difficile à feindre

Microexpression de joie (Crédit : Lie To Me)

C’est peut-être trivial, mais lorsqu’une personne ressent de la joie, elle sourit. L’inverse, c’est à dire essayer de faire croire à quelqu’un qu’on est joyeux, est beaucoup plus difficile comme je l’expliquais dans l’article : le sourire, l’arme ultime pour être apprécié.

Cette situation m’est récemment apparue lorsque je proposais à l’une de mes amies une scéance piscine avec le beau temps de ces derniers jours. Sur le principe, elle était d’accord et souriait mais dans l’absolument je sentais que son sourire était faux. Après s’être accordé sur le RDV, le lapin anticipé n’a pas tardé à apparaître quelques heures avant d’enfiler le maillot (normalement l’excuse justement, c’est : “je peux pas, j’ai piscine” ;-)). Bref passons, comme le laissait suggérer son visage, elle n’était pas du tout enthousiaste à aller faire trempette.

Un sourire délibérément faussé apparaît souvent dans ce type de situation, quand vous voulez faire plaisir à quelqu’un et ne pas le vexer. Mais également lorsque vous êtes en désaccord avec votre interlocuteur et que vous faites semblant de l’être.

Parfois, situation inverse, on peut observer une microexpression de joie, alors qu’elle ne devrait “normalement” pas apparaître. Cette expression naît quand une personne est fière d’elle lors d’une réprimande par exemple.

Je ne connais pas le milieu carcéral. Pourtant, dans l’un des épisodes de la série Lie to Me, l’acteur principal interroge un tueur en série présumé en mentionnant ses précédents meurtres. Le criminel nie les accusations mais se fait au final démasqué par le sentiment de joie (quelques millièmes de seconde) qui apparait sur son visage, traduisant la fierté de cette entreprise pour la moins sinistre.

Les indices : le sourire et les plis au niveau des yeux prouvant ainsi que le sourire est authentique.

2) La tristesse (sad) – ça s’affaisse

 

Microexpression de tristesse (Crédit : Lie To Me)

Il est parfois important de savoir repérer la tristesse derrière un sourire. Que ce soit pour avoir une oreille attentive ou bien pour répérer la détresse dans laquelle se trouve un proche. Beaucoup de personnes peuvent faire semblant d’être heureuses car elles ne veulent pas entacher la bonne humeur de leur entourage. Pourtant, il est parfois nécessaire d’observer cette tristesse et d’apporter l’aide adéquate. Au sein même d’une convesation, changer de la tristesse en de la joie peut relancer votre discussion avec un nouvel élan.

Les indices : les paupières supérieures et les coins externes des sourcils s’affaissent. La personne donnera l’impression d’avoir le regard dans le vide. Egalement, les coins des lèvres ont tendance à s’affesser.

3) La colère (angry)

Microexpression de colère (Crédit : Lie To Me)

La colère est en général facile a répérer. Mais parfois elle peut survenir d’un coup en pleine conversation banale, s’en crier “GARE”, et avec toutes les conséquences qui suivent et qui auraient pu être repérées aux premiers abords.

Les Indices : les lèvres sont pressées l’une contre l’autre. Les sourcils se pressant vers le nez. Les rides entre deux sourcils sont apparentes et la plus grande caractéristique restant le regard fixe.

4) Le mépris (contempt) – la barre asymétrique

Microexpression de mépris (Crédit : Lie To Me)

C’est l’expression pour laquelle mes poils se hérissent tellement elle m’exaspère. Et pourtant sur les tests de détection de micro-expressions en début d’article, elle est la plus facile à répérer. Et pour cause, il s’agit de la seule expression parmi ces 7 émotions qui est asymétrique. Ceci se voit très bien sur l’illustration. Cette expression est unilatérale sur l’une ou l’autre des faces (gauche ou droite). Toutes les autres expressions, que ce soit la colère ou la surprise, ont des éléments caractéristiques symétriques sur le visage suivant l’axe vertical du nez.

Les indices : un côté de la lèvre est légèrement tiré vers l’arrière (ou remonté). Ce mouvement de la lèvre peut être très subtile, apparaître et disparaitre très rapidement.

5) Le dégoût (disgust)

 

Micro-expression de dégoût (Crédit : Lie To Me)

SI vous pouvez observer cette expression sur le visage de votre interlocuteur, il s’agit d’un très bon indice pour savoir si ce que vous racontez plait ou non.

Dernièrement, j’ai pu observer cette expression chez une trentaine de personnes autour de mois pendant quelques minutes. C’est en me retournant dans la salle de cinéma lors de la projection du film 127. Ceux qui l’ont vu comprendront de quoi je parle. Pour les autres, je le conseille (ame sensible tout de même s’abstenir) pour aux amoureux de la nature et du dépassement de soi.

Les indices : la lèvre supérieure remonte laissant généralement apparaître les dents. Cet indice s’accompagne généralement d’un pli au niveau du nez.

 

6) La Peur (afraid)

C’est une expression que l’on connaît tous. Si vous voulez l’observer je vous invite tout simplement à surprendre l’un de vos amis. Sur son visage se dessineront pendant quelques millisecondes les expressions suivantes.

Microexpression de peur (Crédit : Lie To Me)

Les indices : Les lèvres s’étirent à l’horizontal vers les oreilles. Les paupières inférieures se tendent et les paupières supérieures sont remontées. Les sourcils remontent également comme s’ils s’étaient donnés rendez-vous pour se rejoindre.

 

 

 

7) La surprise (surprise)

Microexpression de surprise (Crédit : Lie To Me)

Dans le test, je mélange souvent les deux microexpressions : la surprise et la peur. Les éléments faciaux impliqués sont similaires et les contextes parfois aussi. C’est une micro-expression très importante pour déterminer le mensonge.

Si vous accusez votre conjoint de quelque chose et qu’ensuite a l’air surpris de votre remarque, il se peut que votre accusation soit tout de même correcte. Pour le savoir, il suffit de prêter attention à la durée de cette expression. En effet, il est facile de simuler la surprise.

Mais ce que les gens ne savent pas, c’est que la surprise simulée s’identifie facilement. En effet, si quelqu’un fait semblant d’être surpris, son expression faciale durera plus d’une seconde. A l’inverse, la vraie surprise est très rapide (moins d’une seconde) avant de revenir à un état neutre. Elle est très brève. Si quelqu’un garde ses sourcils vers le haut plus d’une seconde, il ment, sans aucun doute.

Les indices : la bouche est entrouverte, les yeux bien ouverts et les sourcils relevés. Le tout, et c’est le plus important, dure moins d’une seconde. 😉

Voilà, vous connaissez désormais en détail les 7 émotions universelles transparaissant lorsqu’il s’agit des micro-expressions. Je vous invite, en vous étant impreigner de leurs caractéristiques, à refaire le test en haut de la page. Est-ce que votre score s’est amélioré ? Si oui, c’est génial ! Si non, quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées ? Dans les deux cas, je serais très content de pouvoir lire vos commentaires à ce sujet. 😉

Couple se donnant un ballon

5 astuces pour changer l’état négatif de votre interlocuteur en quelques secondes

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas vu Nadia. Pour elle, ces premiers moments où on essaie de retrouver ses marques après tant d’années, ont l’air déstabilisant. Malgré tout, la timidité de se retrouver disparait peu à peu. Et tant mieux, on revient aux longues discussions d’avant. Dommage que je ne connaissais pas à l’époque ce que je vais vous raconter maintenant.

Le schéma succinctement décrit dans mon histoire vous est très certainement déjà arrivé. La phase de timidité se transformant en phase de confort peut mettre un certain temps; Je vous dévoile dans cet article 5 astuces qui pourront vous servir pour débloquer rapidement (quelques dizaine de secondes) la situation et donner à votre interlocuteur un état d’esprit permettant de démarrer la discussion sur les chapeaux de roues. Non seulement ces 5 astuces fonctionnent d’expérience pour les gens timides, mais également, pour les gens à l’énergie négatives.

La vie n’est pas faite que de sourires et d’énergie positive (dommage :-)). Parfois, on a beau y mettre le cœur, on se renferme sur soi-même malgré le fait de devoir interagir avec d’autres personnes. Il m’arrive, comme chacun d’entre vous, d’interagir avec des personnes timides ou dans un état négatif. Non pas que j’associe la timidité à de la négativité mais s’il est possible de faire disparaitre un malêtre social facilement avec de simples astuces.

Même s’il est clair que c’est avant tout un travail sur soi-même que de sortir de sa carapace, je pense qu’il est possible en tant que personne extérieure de faciliter l’état d’ouverture. Le résultat est positivement double. La personne se sent mieux et plus apte à continuer la conversation et pour vous, la conversation est plus agréable.

1) Repérez si la personne est renfermée sur elle-même

Effectivement, si une personne est totalement ouverte, ici pas grande chose à faire. Dans le cas inverse, vous pouvez essayer de la “décoincée”. Le Body language parle de lui-même. Il faut savoir repérer les signes de fermeture : les plus évidents sont les jambes croisées et les bras croisés autour de la poitrine. Il s’agit d’un signe de protection, d’une barrière. Un signe défensif et de non-intrusion dans son espace personnel. Ce geste, vous pourrez le remarquer dans les endroits où les étrangers sont amenés à se rencontrer : métro, ascenseur, files d’attente pour aller acheter son billet de train, etc…

Si ces signes sont présents au démarrage d’une discussion et que vous voulez amener cette personne à être plus ouverte, voici ce que vous pouvez faire. La communication non-verbale est le reflet de l’état d’esprit. Et grande nouvelle, l’inverse est aussi vrai. Si on modifie sa posture, ses gestes dits positifs, l’état d’esprit suit également ce changement. Alors pourquoi ne pas modifier la posture de son interlocuteur afin que celui-ci soit plus ouvert !

2) Brisez la posture de fermeture pour créer de l’ouverture

 

Un crayon, un magazine, voir un ballon de baudruche ?

Votre mission : délier les bras croisés de votre interlocuteur. Pour créer cette ouverture, je vous propose de donner un objet à l’autre personne. Le mieux, c’est que ce projet s’adapte à la conversation : cela peut être un stylo, un magazine, une photo, le dernier CD de SuperGroupeDeMusique. En prenant cet objet, le corps s’ouvre et comme dit plus haut l’état d’esprit également. La personne est automatiquement plus ouverte et plus réceptive à votre message.

Un petit bonus : je voulais vous faire partager un jeu impliquant un stylo et une feuille de papier. Si des fois, vous êtes en manque d’inspiration pour ouvrir l’état d’esprit d’une personne. Faite le test de demander à une personne d’écrire la phrase suivante : “En l’occurrence, l’imbécillité est un véritable dilemme étymologique. Signé : François Mitterrand”. Vous serez surpris des résultats 😉

3) Ne demande pas aux autres ce que tu ne fais pas toi même

 

ou “il est plus facile de se changer soi-même que de changer les autres“. J’ai envie de dire que cette dernière phrase est une TRES bonne nouvelle. Si vous avez lu mon article sur le mirroring et la relation de confiance, vous savez que lorsque deux personnes sont en phase (positive ou négative), elles adoptent une posture et des gestes similaires. Alors pourquoi ne pas en tirer partie pour briser l’état de timidité de Nadia ? 🙂

En étant soit même dans un état positif, on invite tranquillement l’autre personne dans cette optique. Usez et abusez du sourire/rire qui en est le pilier. Il est contagieux et peut amener en quelques instants des larmes au rire !

Le sourire dynamise l’état d’esprit autour de vous.

Ayez donc le sourire, les paumes et bras ouverts ! Ceci est terriblement contagieux !

4) Intéressez-vous aux gens et souvenez-vous d’eux

Ce point m’est arrivé pas plus tard qu’hier et d’une manière assez bluffante. J’ai revu un ami habitant à Turin que je n’avais pas vu depuis 2 ans. Question timidité, pas de problème, son attitude est toujours très ouverte. A son retour sur Paris pour la soirée, il en a profité pour faire une pierre deux coups et invité plusieurs personnes de ses groupes d’amis. J’ai rencontré Audrey ou du moins revu Audrey (mais je n’en avais que des bribes de souvenir car je ne l’avais vu qu’à une reprise deux ans plus tôt).

J’étais donc plus en phase à parler avec mon ami plutôt qu’avec Audrey. OUI MAIS !

Au final, j’ai beaucoup plus discuté avec elle que mon ami. Dès l’entrée de jeu, elle a réussi je crois un tour de force. Au bout de deux ans, elle se rappelait (alors que je n’avais qu’un lointain souvenir) de mon prénom, mon principal hobby et du sujet de mon travail de l’époque avec un grain de détail assez bluffant.

Forcément, cela a attiré mon attention et je crois inconsciemment que l’on aime entendre parler de soi. Cette histoire est assez extrême car je pense qu’il est rare que l’on puisse se souvenir après plusieurs années de ce genre de rencontre mais elle me permet de conclure que pour attirer l’attention de quelqu’un, voir de l’ouvrir dans la conversation, parler et se souvenir de lui est un très bon moyen d’ouverture.

D’ailleurs, un super blog pour améliorer sa mémoire, c’est mémoire-facile de l’ami Patrick.

5) La magie du prénom

Comment retenir facilement les prénoms ?

Mieux que de se souvenir de tous les détails de la vie de quelqu’un, mon truc, ce sont les prénoms. Et je crois que ce sont les 20/80 pour se souvenir de quelqu’un. On dérive ici un peu de la communication non-verbale mais le thème est assez proche pour que je vous fasse partager quelques-unes de mes techniques dans cette approche d’intelligence sociale. Et pourtant peu de gens se souviennent des prénoms.

En combien de temps on oublie le prénom de quelqu’un qu’on vient juste de rencontrer ? Surtout si une multitude de gens se présente à la suite ? 1/4 de seconde, 1 seconde, quelques minutes ?

Pas évident de se souvenir des prénoms de personnes que l’on vient juste de rencontrer et pourtant se souvenir d’un prénom a un grand effet sur l’ouverture de son interlocuteur. Il créé un sentiment de proximité immédiat et montre que l’on s’intéressa à l’autre car on s’est donné au moins la peine de retenir son prénom. J’utilise deux astuces pour m’en souvenir plus facilement et je voulais vous les faire partager :

  1. Lorsque je rencontre une nouvelle personne, je répète machinalement son nom. Une répétition est toujours mieux que zéro. Si je suis amené à réutiliser ce prénom, je m’en souviens plus facilement. “Salut, moi c’est Damien !” – “Salut Damien, Romain, enchanté !”
  2. Associer ces nouveaux prénoms à des personnes que je connais bien et qui portent le même prénom. Ça me permet d’associer deux personnes : l’une que je connais bien (et le prénom aussi) avec une personne que je viens de rencontrer.

Pour conclure, ces astuces d’expériences fonctionnent très bien et elles sont loin d’être exhaustives. J’aimerais beaucoup que vous puissiez partager les votres dans les commentaires. A tout de suite 😉

Skyfall

Pourquoi James Bond a l’air si cool et détendu ?

Et si on commençait par une devinette :  selon vous qu’elle pourrait être la différence entre Daniel Craig et Jim Carrey, ou bien encore entre Vincent Cassel et Dany Boon ?

Ma 1ère réponse, Daniel Craig (alias James Bond) et Vincent Cassel sont des acteurs qui incarnent dans la majorité de leurs films des personnages détendus qui ont l’air plutôt cool : des personnages à la fois énigmatiques et que l’on se veut intérieurement de connaitre. De l’autre côté, pour Dany Boon ou Jim Carrey, ce sont des personnages loufoques et hilarants : des messieurs tout le monde avec un zeste de folie.

Et puis il y a ma deuxième réponse : en général, Daniel Craig et Vincent Cassel jouent des personnages avec un statut social élevé (agent secret, directeur de ballet…) . Dany Boon et Jim Carrey (postier, douanier…), ce serait plutôt l’inverse. Alors quelle réponse choisir ? Et bien les deux ! 🙂

Le langage corporel est étroitement lié au statut social

A travers cette devinette, puisque les deux réponses sont à priori correctes, je voulais vous montrer qu’il existe une corrélation entre statut social et la façon de bouger.

Une personne ayant un statut social élevé, souvent lié à l’éducation qu’elle a reçue, aura tendance à utiliser la palette de mots et de concepts verbaux dont elle dispose afin d’exprimer ses idées. Les gestes ici, même s’ils participent à 2/3 du message perçu, sont moins utilisés. Les mots se suffisent à eux-mêmes. A l’inverse, une personne avec un statut social moins élevé, aura tendance à beaucoup gesticuler afin que son message verbal soit mieux perçu.

James bond utilise ces principes avec une grande efficacité. Il bouge très peu, plus particulièrement lorsqu’il est sous pression. Lorsqu’il est intimidé par les “méchants”, il reste de marbre, sans laisser transparaître une émotion et parle avec des phrases courtes et d’une voix monotone. Il dégage du respect et montre qu’il n’a pas peur. C’est un personnage qui à l’air vraiment cool et détendu dans m’importe quelle situation. Il est tellement cool qu’il est capable de faire l’amour après avoir tué une dizaine de méchants de l’armée soviétique 😉

A l’inverse, Jim Carrey s’exprime dans ses films avec de amples mouvements, souvent désordonnéa lorsqu’il s’agit de jouer le comique.

Conclusion : ” Statut social élevé = peu de gestes pour s’exprimer, les mots utilisés impactent ” – “Statut social bas = beaucoup plus de gestes pour compenser les mots”

Pour continuer la lecture, je vous invite à découvrir les 3 règles indispensables pour bien décoder le langage du corps.

Sourire authentique

Le sourire, l’arme ultime pour être apprécié

Qui n’a jamais trouvé sympathiques les gens souriants ? Lorsqu’on les rencontrent, ces personnes laissent toujours sur leur passage un sentiment positif, une bouffée d’air dont on aimerait bien pouvoir profiter de nouveau. Le sourire est pour moi l’arme ultime dans les relations, celle qui entraîne une réaction positive chez les autres, celle qui fait tomber les barrières, celle qui fait d’un inconnu une personne que l’on souhaite connaître. Focus aujourd’hui sur le sourire.

Sourire authentique vs sourire forcé

Laissez-moi tout d’abord vous raconter l’histoire de David :

Les premiers jours du Printemps étaient arrivés et les rayons du soleil donnaient leur première chaleur aux terrasses des troquets. David et Estelle, des amis de longue date, s’étaient retrouvés autour d’un verre afin d’en profiter. Au cours de leur discussion, David croisa le regard d’une belle jeune femme de l’autre côté de la terrasse. 1 fois, deux fois… A chaque fois qu’il croisait son regard, elle avait l’air de sourire. David se dirigea vers elle pour engager la conversation. Elle n’avait pas l’air de parler beaucoup mais elle continuait malgré tout de lui sourire… Estelle observant la scène à distance décida finalement de s’approcher derrière lui et lui glissa à l’oreille : “Oublie David, elle pense que tu es un crétin”. David était stupéfait. Pourtant la jeune femme était toujours en train de lui sourire. Comme la plupart des hommes, David n’avait pas compris la signification négative de ce sourire.

Il est évident que si David avait lu cet article et mis en application ce qui va suivre, il n’aurait pas perdu son temps avec cette jeune femme. Il aurait tout de suite pu identifier le sourire forcé de la demoiselle. En effet, il existe deux types de sourire : le naturel (ou authentique ou spontané) dont je vous parlais en introduction et le sourire forcé. Les différencier n’est pas aisé pour un novice mais grâce au travaux de Guillaume Duchenne de Boulogne, scientifique français du 19ème siècle, ceci a pu être mis en évidence.

Guillaume Duchenne de Boulogne a été l’un des premiers à mettre en évidence les muscles impliqués dans le processus du sourire. Résultats de ses travaux, on utilise deux sortes de muscles lorsque l’on sourit : le muscle grand zygomatique et le muscle orbiculaire de l’oeil.

Le muscle grand zygomatique (Crédit : Wikipedia)

Muscle orbiculaire de l’oeil (Crédit : Wikipedia)

Les muscles grands zygomatiques permettent d’étirer les deux coins de la bouche ce qui a pour effet d’exposer les dents. Les muscles orbiculaires quand à eux rendent les yeux plus petits et créent les “pattes d’oies” sous les yeux. L’implication de ces muscles est importante à comprendre puisque tandis que les muscles grands zygomatiques peuvent être contrôlés consciemment dans le processus du sourire (ironie, insolence, dédain… pour en revenir à l’histoire de David), les muscles orbiculaires quant à eux sont synonymes d’un sourire réel lié au plaisir. En s’attachant à observer les petites rides au niveau des yeux, nous avons là un indice majeur d’avoir en face de soi un sourire sincère.

Si vous avez suivi les découvertes de Guillaume, pouvez-vous identifier sur ces deux photos le sourire naturel du sourire forcé ?

Sourire sincère ou sourire forcé ?

Sur quelle photo a t'on un sourire sincère ?

View Results

Loading ... Loading ...
Regard fémin

Pourquoi parle-t’on d’intuition féminine ?

Je discutais récemment avec une amie du blog Décodeur du Non-Verbal. Elle me disait que sans connaître la réelle signification des gestes, elle arrivait à ressentir inconsciemment l’intention des gens, et que parfois dans certaines situations, elle avait le sentiment que des personnes ne disaient pas la vérité. Ce n’est pas étonnant.

Il est bien connu que l’intuition féminine fait rarement défaut.  D’ailleurs pourquoi parle-t’on d’intuition féminine et non d’intuition masculine ? Lorsque l’on dit qu’une personne est « sensible », “perceptive” ou “a eu une bonne intuition sur quelqu’un”, qu’est-ce que cela veut dire ?

Toutes ces expressions renvoient sur la capacité dont dispose notre inconscient à lire le body language d’une personne et à le comparer aux signaux verbaux. En d’autres mots, quand on a un bon feeling envers quelqu’un, c’est que son langage corporel est cohérent avec ses mots. C’est ce que l’on peut ressentir par exemple lorsque l’on donne une présentation. Si l’on voit l’auditoire affalé dans son fauteuil, tête vers le bas et bras croisés, on a l’impression que le message que l’on donne n’est pas reçu avec enthousiasme. Et il y a de fortes chances que cela soit vrai, le langage corporel de l’auditoire dit : “Désolé mais ce que tu racontes n’est pas très intéressant” et votre inconscient se dit : “Mes propos n’ont pas l’air de motiver l’attention de l’auditoire”. Dans ce cas, il serait peut être judicieux de tenter une autre approche pour essayer d’augmenter l’implication de l’auditoire.

Les femmes sont de loin plus intuitives que les hommes

Les femmes ont cette capacité innée à relever et décrypter les signaux non-verbaux ainsi que d’avoir l’œil pour les petits détails. C’est pourquoi les hommes peuvent difficilement mentir à leur femme et s’en tirer comme ça, et réciproquement, les femmes peuvent facilement embobiner leurs maris sans qu’ils ne s’en rendent compte.

Des recherches à l’Université d’Havard ont montré scientifiquement ce fait. Dans cette étude, il était demandé à des femmes et des hommes de regarder de courtes scènes non sonorisées mettant en scène une conversation entre un homme et une femme. Les résultats ont montré que les femmes ont réussi à interpréter la situation 9 fois sur 10 alors que pour les hommes, le ratio tombait à 4. Cette étude a aussi montré que les hommes exerçant des professions d’artistes, acteurs ou infirmiers avaient des résultats similaires à ceux des femmes. Les hommes gays atteignaient également ce score.

L’intuition féminine est particulièrement développée pour les femmes ayant élevé des enfants. Durant les premières années, les femmes se basent essentiellement sur la communication non-verbale de l’enfant pour communiquer. C’est aussi pourquoi elles sont le plus souvent de meilleurs négociateurs que les hommes.

Qu’est-ce que les images du cerveau montrent?

Les femmes ont des dispositions génétiques propres qui leur permettront de savoir toujours mieux communiquer que les hommes. Les images IRM du cerveau montrent clairement que les femmes ont de loin une meilleure capacité pour la communication et pour décoder que les hommes. Il existe 14 à 16 zones actives du cerveau chez les femmes lorsqu’il s’agit d’évaluer le comportement des autres. Chez les hommes, 4 à 6.

Exemple de prise de vue IRM d’un cerveau humain

C’est ce qui explique pourquoi une femme, sans faire dans les clichés, peut gérer le diner pour ses hôtes et rapidement deviner l’état des relations des autres couples présents, qui a une dispute, qui apprécie qui, etc… C’est aussi ce qui explique pourquoi, d’un point de vue féminin, les hommes ne parlent pas beaucoup, et d’un point de vue masculin, les femmes ont l’air de ne jamais se taire. 😉

Plateau d'échers

Décoder le langage des mains et gagner aux échecs

Les mains parlent d’elles-mêmes. D’ailleurs, si vous êtes un joueur d’échecs, lire cet article vous fera certainement remporter un grand nombre de parties. Il existe deux gestes typiques que l’on effectue avec les mains, chacun traduisant un état d’esprit diamétralement opposé. Comme toute communication non-verbale, ces gestes sont inconscients. Alors pourquoi ne pas en tirer parti pour gagner une partie ? 😉

Lire la suite