[Video] Qui est le plus à l’aise sur cette photo ? – 1actu1geste #2

Je profite de ces quelques jours entre Noel et le nouvel an pour tout d’abord vous souhaiter de joyeuses fêtes ! J’espère que vous avez pu profiter de vos proches comme il se doit et que le champagne attend au frais pour ce week-end. 😉
De mon côté, je viens de passer quelques jours en Bretagne en famille et ai profité de ce temps calme pour vous préparer cette courte vidéo (du moins plus courte que d’habitude 😉 ).
J’analyse dans cette vidéo le langage corporel des acteurs de la série Entourage. Comme vous allez le voir, ils sont plus ou moins à l’aise devant les photographes et cela se voit… dans leur gestuelle !

Lire la suite

Couple qui prend de la distance

[Vidéo] Décoder les 4 réactions fondamentales en situation de stress

Dans cette vidéo, vous allez découvrir les 4 réactions fondamentales du corps lorsque l’on est confronté à une situation stressante (face à un danger, en présence d’une personne que l’on n’apprécie pas, etc…). Ces 4 réactions sont la base du langage du corps et il est important de savoir les repérer. Lire la suite

Ampoule

[Video] Aller à l’essentiel dans vos prises de parole en public

En juin 2011, j’ai intégré un club Toastmaster afin d’améliorer ma prise de parole en public (vous pouvez retrouver l’ensemble de mes discours ici). Afin de vous faire partager mon expérience dans cet apprentissage, je publie chacun de mes discours en vidéo en expliquant sa spécificité, chaque discours que je prononce vise à améliorer une facette essentielle dans l’arsenal de l’orateur. D’ailleurs, ces techniques sont toutes aussi valables pour votre prochaine présentation. Dans cet article, je vous propose donc de découvrir mon 3ème discours intitulé “Un produit qui ne s’use pas est une tragédie pour les affaires”.

L’objectif du discours ? Aller à l’essentiel

Le 3ème discours Toastmaster consiste à aller à l’essentiel – Crédits : Bulb by Kirsty Andrews

<– La vidéo de mon discours est juste en dessous. MAIS AVANT, je vous invite fortement à lire les deux paragraphes suivants car ils vous permettront de mieux saisir le contexte du discours –>

Pourquoi aller à l’essentiel ?

Dans un discours/présentation, il faut avoir une idée claire du but à poursuivre. Est-ce que je veux que mon auditoire apprenne quelque chose de ma présentation ? Est-ce que je veux que mon auditoire fasse quelque chose ? En bref, tout discours doit avoir une finalité. En gardant consciemment à l’esprit quelle est la finalité de son discours, tout le reste découle : des information à apporter en passant par la structure à mettre en place jusqu’à la façon de présenter. Dans une présentation, il existe concrètement deux finalités :

  • la finalité générale
  • et la finalité particulière

La finalité générale est l’intention qui sous-tend le discours. Il existe 4 grandes familles : informer, persuader, distraire et inspirer. Pour ce discours, la finalité générale était d’informer car je souhaitais présenter à mon auditoire un sujet nouveau ou élargir leur connaissance. Si vous me suivez, pour le second discours consacré aux sports à Paris, il s’agissait de divertir.

La finalité particulière quant à elle est différente de la finalité générale. Elle tient en une phrase et consiste à exposer le but à atteindre à travers le discours. Elle doit répondre à trois exigences :

  • 1) Etre exprimée du point de vue des auditeurs (qu’est-ce que je veux que les gens pensent ou fassent après m’avoir écouté ?
  • 2) Employer des mots précis
  • 3) Etre réaliste et proposer un objectif réalisable.

Quand j’ai écrit ce discours, ma finalité particulière était la suivante : “A l’issue de mon discours, mon auditoire identifiera l’obsolescence programmée comme l’origine de leur prochaine panne de téléphone portable”. 

Ce n’est qu’après avoir couché sur papier cette finalité particulière que j’ai commencé à décider des principaux éléments ainsi que des idées et du plan pour les étayer.

Aller à l’essentiel consiste à  :

  • choisir un sujet de discours,
  • déterminer la finalité générale et particulière,
  • avoir une structure qui va dans le sens de ces finalités ; l’intro, la conclusion et le développement également,
  • parler avec assurance, sincérité et conviction en maîtrisant une éventuelle nervosité,
  • parler sans note.

Objectifs atteints ? La réponse dans la vidéo (ou parfois ma tête est coupée). 😉

Dans les temps, 6 min 47. (5-7min)

Rappel des points à améliorer identifiés lors de mes précédents discours

  • Introduction : la dernière fois, elle était trop longue. Je pense que cette fois-ci, on peut considérer l’introduction mieux réussie. Elle était percutante et surtout inattendue. Qui autorise de nos jours à sortir son téléphone portable quand quelqu’un parle ? En tout cas, j’ai eu des remarques positives de ce côté là.
  • Prendre le temps de respirer, ce n’est pas une course. J’ai encore eu du mal à ne pas accélérer dans ce 3ème discours.
  • D’ailleurs les hésitations, elles viennent en partie de ça. C’était un point auquel je devais faire attention. Le premier discours avait montré un grand nombre d’hésitations, le second un peu moins, le troisième encore moins. Mais on m’a donné la solution ultime pour arrêter les hésitations (voir plus bas)
  • Une remarque concernant ma mobilité. Je suis resté relativement statique lors du précédent discours alors que le sujet se prêtait effectivement à la mobilité. J’ai essayé ici de prendre plus d’espace.
  • Vous m’aviez conseillé de poser des questions – ce fut chose faite !

Les points forts de ce second discours (selon les évaluateurs)

  • L’appel du public pour capter l’attention dès l’introduction. A travers l’action de sortir le téléphone portable (peu commun lors d’un prise de parole en public) et les questions.
  • Le lien entre introduction et conclusion (le téléphone)
  • Les arguments imagés et faciles à retenir.
  • Objectifs semblent  bien atteints
  • Thème intéressant
  • Assurance, connaissance du sujet

Les suggestions d’amélioration

  • L’emploi du pronom “on” – il faut que je varie
  • J’utilise un langage parlé (d’où l’emploi du temps) qui peut être bénéfique pour la clarté mais peut rebuter d’autres personnes.
  • Il faut que je parle plus lentement. Mon débit de parole est trop rapide. C’est le point noir de mes 3 premiers discours. Ça sera mon principal objectif lors de mon prochain.
  • Certaines lettres sautent : “Y a” ou lieu d'”il y a” – cf. au dessus.
  • Prendre le temps de faire des pauses pour éviter les hésitations et établir le contact visuel individuel.

Je vais désormais me pencher sur mon projet de discours n°4 qui se basera sur la fluidité et le choix judicieux des mots tout en essayant de mettre en place les suggestions d’améliorations. Vous retrouvez bien entendu le débriefing sur le blog. 🙂

En attendant avez-vous des remarques sur ce 3ème discours à la fois sur le thème et sur la présentation ? Je serais ravi de vous entendre 🙂

8 à l'envers

Comment mieux aborder un(e) inconnu(e) ?

Que ce soit  pour demander l’heure à un passant ou bien engager la conversation avec cette jolie inconnue au coin de la rue, il y a plusieurs façons pour s’y prendre. LA bonne…  et LES mauvaises. Lire la suite

Logo

Votez pour le futur logo du Décodeur du Non-Verbal

Sur le Décodeur du Non-Verbal, c’est Noël avant l’heure. En effet, j’ai décidé d’offrir à ce blog une vraie identité visuelle. Pour être plus précis, j’ai décidé de lui offrir un logo tout neuf. Pour rappel, le logo actuel nest pas un logo mais plutôt une suite de mots  😉

NDLR : j’ai tenu compte de vos commentaire merci, cliquez ici pour voter pour les nouveaux logos faisant suite à cet article

N’étant pas un expert de Photoshop, j’ai donc demandé à des graphistes de travailler sur un logo pour le blog.

Lire la suite

Ecriture sur fond blanc

Votre talent de décodeur est incontestable… et voici pourquoi !

Je répète souvent sur le blog qu’il est difficile de tromper quelqu’un avec le langage du corps. Ce dernier extériorise nos émotions et la plupart du temps, ce phénomène se déroule sans que nous le sachions. Pour cette raison, votre talent de décodeur est incontestable. Ce que vous observez est toujours authentique. A partir de ce constat, je vous propose donc découvrir pourquoi. 😉

Lire la suite

sherlock holmes

Les 10 commandements du Décodeur

Depuis que vous lisez les conseils non verbaux du Décodeur vous avez appris à décrypter de nombreux gestes. A chaque article, votre boite à outils s’enrichit de nouvelles connaissances. Malgré tout, j’ai bien peur d’avoir une mauvaise nouvelle pour vous. Vous n’avez peut-être pas encore appris à utiliser le plus précieux de tous ces outils : celui sans qui tout ce savoir ne sert à rien. J’irais droit au but : savez-vous utiliser votre capacité d’observation ? C’est une question importante à se poser. Car après tout, à quoi cela sert-il de savoir qu’une femme se touche les cheveux quand un homme lui plait mais que vous ne remarquez pas votre charmante voisine du palier faisant ce geste chaque matin en vous croisant ? 😉

Lire la suite

Neon de bar

[Video] Structurer son discours pour mieux parler en public

En juin 2011, j’ai intégré un club Toastmaster afin d’améliorer ma prise de parole en public (vous pouvez retrouver l’ensemble de mes discours ici). Suite à votre enthousiasme, j’ai décidé de continuer à vous faire partager mon expérience dans cet apprentissage. Je publie chacun de mes discours en vidéo en expliquant sa spécificité, chaque discours visant à améliorer une facette particulière dans l’arsenal du bon orateur. Dans cet article, je vous propose donc de découvrir mon second discours intitulé “Le Paris sportif”.

Son objectif ? La structuration.

<– La vidéo de mon discours est juste en dessous. MAIS AVANT, je vous invite fortement à lire les deux paragraphes suivants car ils vous permettront de mieux saisir le contexte du discours –>

Pourquoi structurer un discours ?

La première raison est d’en accroître l’impact. Lorsque votre discours est structuré, l’auditoire écoute avec d’autant plus d’attention que vous prenez le temps d’organiser vos idées dans une certaine logique. De plus, structurer un discours présente de nombreux avantages :

  • il est plus facile à comprendre
  • l’auditoire s’en souvient plus facilement
  • il est plus crédible
  • il est plus agréable à écouter

La structuration d’un discours consiste à :

  • Préparer un plan rationnel qui permette aux auditeurs de suivre et de comprendre le discours sans difficulté
  • Clarifier le message en sélectionnant judicieusement les données  ou les arguments qui le renforceront
  • Faire des transitions harmonieuses entre deux idées
  • Préparer une introduction et conclusion qui frappent les esprits

Objectifs atteints ? La réponse dans la vidéo.

Comment structurer un discours ?

La première étape est de trouver le choix du sujet. Vivant à Paris, j’ai décidé de parler de cette ville et plus particulièrement des possibilités (ou non) offertes pour faire du sport. Je me suis attaché à ce que mon sujet soit à la portée de n’importe qui et qu’il ne soit pas trop vaste. Il faut garder en tête que ce discours doit durer entre 5 et 7 minutes et que j’ai besoin de ce temps pour exposer en totalité une seule facette d’un vaste sujet. Une fois mon sujet choisi, j’ai défini les idées que je souhaitais développer.

La seconde étape a été d’organiser mes idées selon une suite logique. Il existe plusieurs angles d’approche possibles pour organiser ses idées :

  • Le problème et sa solution : il s’agit d’exposer un problème et de proposer une façon de le résoudre. C’est ce type de plan que j’ai choisi pour ce discours.
  • La chronologie : le discours s’organise selon le déroulement temporel des événements
  • La causalité : ce type de discours démontre la relation de cause à effet
  • La comparaison : il s’agit de comparer ou d’opposer plusieurs propositions, généralement dans le but de convaincre l’auditoire que l’une est préférable à l’autre.
  • Les thèmes subsidiaires : dans un discours de ce genre, le sujet principal est subdivisé en thèmes.

Une fois les idées organisées selon une suite logique, je me suis attaché au corps du discours. Ce dernier contient les faits et les idées que je souhaite exposer. On parle ici d’idées principales.

Dans mon discours, les deux idées principales étaient : il est difficile de faire du sport à Paris et/mais il existe des astuces pour éviter ces difficultés.

Ces idées principales sont ensuite déclinées par des idées secondaires. Dans le premier cas, il est difficile de faire du sport à Paris car il y a beaucoup de monde et finalement peu de place libre dans les salles de sport (idée secondaire 1 pour l’idée principale 1) et les abonnements sont chers (idée secondaire 2 pour l’idée principale 2). J’illustre ma seconde idée principale par deux idées secondaires : le multisport citadin et la méthode CLOE.

Ces mêmes idées secondaires doivent être étayées par tous les moyens disponibles : des statistiques, des témoignages, des exemples, des histoires, des anecdotes, des supports visuels, des faits. Par ex : ma réservation du cours de tennis, les abonnement dans les salles de musculation, le métro ou comment faire de la boxe gratuitement grâce à la méthode CLOE.

Il faut également faire attention à soigner les transitions pour aider l’auditoire à passer  sans heurts d’un sujet à l’autre. Ce sont des ponts précieux qui permettent aux auditeurs de suivre la suite logique du discours.

Rappel des points à améliorer identifiés lors du premier discours

  • Introduction : la dernière fois, elle était trop longue. Je pense que cette foi-ci, on peut considérer l’introduction mieux réussie. Elle était percutante et surtout inattendue. En tout cas, je n’ai eu aucune remarque particulière de ce côté lors de l’évaluation. Dans le fond tout de même, je sais que je peux mieux faire. On peut constater un temps de chauffe mis en valeur ça et là par plusieurs hésitations dans les premières secondes du discours  : les fameux “euh”. Ensuite, le discours était beaucoup plus fluide. Ces hésitations restent selon moi pénalisantes et empêchent de capter directement l’attention de l’auditoire. Ce serait comme démarrer une course en restant coincé dans les starting blocs…
  • D’ailleurs les hésitations, c’était un point auquel je devais faire attention. Le premier discours avait montré un grand nombre d’hésitations. C’est mieux dans ce deuxième discours mais encore perfectible.
  • Prendre le temps de respirer, ce n’est pas une course. Je pense que c’est mission accomplie dans ce second discours. 🙂
  • Se focaliser sur un point précis. Là aussi, je pense avoir réussi. Le sport à Paris est assez spécifique pour être traité dans un discours. Si j’avais parlé plus généralement du sport, l’angle d’attaque aurait été trop large.
  • Varier l’intonation de la voix. Je n’ai pas eu de nouvelle remarque sur le sujet. Dans tous les cas, ce point précis fait l’objet du discours n°6 dans le parcours de l’apprenti Toastmaster. J’aurai le temps de me pencher sur le sujet à ce moment là. 😉

De l’humour

Je ne sais pas si vous avez remarqué mais le discours était ponctué de certaines touches d’humour et ne se prenait pas vraiment au sérieux. Pour cause, il y a 15 jours avait lieu un concours de discours humoristiques au sein de mon club. Je comptais initialement y participer mais n’ai pas eu le temps de finaliser mon discours à temps. J’ai donc repris mes idées “humoristiques” pour les intégrer dans ce discours structuré. L’humour dans un discours pourrait faire l’objet d’un article entier… Il ne faut pas hésiter à en jouer ça et là dans les discours. Cela rend l’auditoire plus perceptif.

Les points forts de ce second discours (selon les évaluateurs)

  • 2ème discours sans note
  • Discours bien structuré répondant aux objectifs du discours mentionné en début d’article
  • Bon humour
  • Bonne gestuelle
  • De l’imagination
  • Sympathique et vivant
  • Utilisation d’un accessoire pour appuyer le discours

Les suggestions d’amélioration

J’ai reçu très peu de points à améliorer. 😉 J’ai eu cependant une remarque concernant ma mobilité. Je suis resté relativement statique alors que le sujet se prêtait effectivement à la mobilité. C’est un point qui fera l’objet d’un prochain discours dans mon apprentissage.

  • 4 hésitations surtout concentrées en début de discours. Le reste était plus fluide.
  • Auto-critique. Mon discours n’a duré que 5:40. J’avais une plage de 5-7 minutes. Lors de mes répétitions, mon discours durait environ 8 minutes, ce qui était trop. Lors de mon passage, j’ai donc préféré enlever deux parties visant à étayer une idée secondaire. Finalement, j’aurais eu le temps de les dire. C’est à point sur lequel je devrais m’attacher la prochaine fois : bien maîtriser le timing.
  • Une introduction qui démarre sur les chapeaux de roues en veillant bien à ne pas hésiter sur les mots.

Je vais désormais me pencher sur mon projet de discours n°3 visant à aller à l’essentiel, c’est-à -dire que ce discours devra avoir une finalité soit d’ordre général (informer, persuader, distraire ou inspirer) et/ou particulière (amener les auditeurs à entreprendre quelques chose à l’issue du discours). Vous retrouvez bien entendu le débriefing sur le blog. 🙂

En attendant avez-vous des remarques sur ce deuxième discours qui pourrait m’être utile pour le prochain ? Je serais ravi de vous entendre 🙂

poignée de ma

Comment renverser la vapeur face aux attitudes dominantes ?

Dans un précédent article, je vous ai montré qu’il existe différentes façons de serrer la main de votre interlocuteur. Nous avons vu notamment que certaines personnes entretiennent cette attitude dominante en ayant la paume dirigée vers la bas. Maintenant et c’est l’objet principal de cet article, comment pouvez-vous renverser la vapeur face à une attitude dominante

Lire la suite

Nicolas Fradet

Interview de Nicolas Fradet, ex-professionnel du poker

J’ai récemment eu la chance d’interviewer Nicolas Fradet, un ex-professionnel du poker et spécialiste québécois de la communication non-verbale. Dans cette interview en français, Nicolas nous livre de nombreux conseils pour gagner au poker, notamment le concept très important qui consiste à établir une base.

Lire la suite