Le ventre est l’une des parties les plus sensibles du corps. Il renferme les principaux organes vitaux et le protéger est donc très important. Nous avons tendance à protéger notre ventre en cas de stress. Ceci, pour les plus curieux, est une réaction liée au comportement du système limbique visant à protéger notre corps en cas de stress. Au même titre que la tête, le cou, le torse et les parties génitales.

L’exemple des bras croisés est en quelque sorte l’étendard du non-verbal du ventre. Je ne reviendrai pas sur eux mais derrière le croisement de bras, il y a effectivement quelque chose d’important : la protection de son ventre. Ce n’est pas toujours lié à une situation stressante mais ceci en est un bon indice. Il suffit de regarder cela en cluster.

Vous pouvez retenir en règle générale que lorsque votre interlocuteur va éloigner son ventre ou son buste, il se trouve dans une situation d’inconfort, de stress. Si à l’inverse il a tendance à rapprocher cette partie du corps, c’est bon signe. Tout du moins cela montre un certain intérêt envers la chose (personne, sujet de conversation, etc…) vers laquelle il est tourné.

Une autre réaction dont j’aimerais vous parler est cette fois-ci interne. En cas de stress, via le système parasympathique nerveux, le fonctionnement normal de nos organes se détracte. Vous avez forcément déjà connu ou eu la boule à l’estomac avant de prendre la parole en public ! Et bien c’est une réaction normale du système parasympathique. Pour en savoir plus sur le sujet, cet article devrait vous combler.

Bon après ce petit encas sur le ventre et le buste,

 pourquoi ne pas aller jetez un œil sur les autres articles qui ont été publiés et qui ont trait, de prêt ou de loin au non-verbal du ventre ? C’est par ici que cela se passe :