gestes-entretien-d'embauche

Comment utiliser ses gestes dans un entretien d’embauche ?

Un entretien d’embauche est toujours un moment très stressant vu son importance pour notre vie professionnelle. Il est indispensable de faire bonne impression et de laisser une trace mémorable de notre passage, de sortir du lot pour être recontacté et décrocher le Job.

Vous trouverez dans cet article les conseils indispensables qui vous permettront d’optimiser votre entrée et d’ajuster vos gestes pour gagner en valeur face au recruteur.

gestes-entretien-d'embauche

Peut-être avez-vous peur de ne pas vraiment savoir comment vous comporter ? Comment vous démarquer ? Et c’est bien normal, vous n’avez qu’une seule chance et votre interlocuteur est un professionnel (peut-être même a-t-il suivi une formation en communication non-verbale…) et il y a probablement une multitude d’autres candidats… Ne vous inquiétez pas, la suite de l’article vous montrera, pas-à-pas, comment saluer votre interlocuteur et quels gestes utiliser pour captiver et intéresser votre embaucheur. Il se souviendra de vous, de manière positive, bien sûr ;-).

Vous le savez déjà si vous suivez ce blog, la partie non-verbale de la communication prend la place la plus importante dans une conversation. Un entretien d’embauche ne déroge pas à la règle mais encore plus important, pendant les 7 premières secondes, le non-verbal est 4 fois plus important que le verbal. Il faudra donc en tenir compte et assurer notre introduction.

Etape 1: Votre entretien d’embauche commence sur le parking !

Eh oui ! Surtout dans les grandes sociétés, les bureaux des recruteurs ont vue sur le parking.

Comprenez-le, c’est peut-être pour lui le seul moment où il peut vous voir au naturel, avant que vous ne vous démeniez pour vous mettre en valeur. Même si les informations qu’il récoltera seront fragmentaires, Une canette qui tombe de la voiture quand vous en sortez, un mégot de cigarette que vous écrasez par terre avant de rejoindre l’entrée plutôt que de le mettre à la poubelle, seront des gestes qui, pour lui, seront autant d’indicateurs sur votre personnalité. Ne négligez donc pas ce moment avant de vous rendre à votre entrevue.

Etape 2: S’enregistrer près de la secrétaire, la préface de votre entretien.

Bien souvent, ce n’est pas votre recruteur qui vous accueillera (sauf dans les petites entreprises où c’est le patron lui-même qui fait passer les entrevues). Dans les plus grosses boîtes, c’est une personne tierce qui vous recevra et vous introduira. Ce qui signifie qu’elle contactera le recruteur pour lui annoncer votre arrivée.

Vous vous en doutez, le ton de la voix qu’elle adoptera pour annoncer votre arrivé en dira long à votre embaucheur sur ce qu’elle pense de vous et, qu’il le veuille ou non, son jugement sera altéré par cette information.

Mieux encore, il arrivera que vous ayez à attendre et que ce soit elle qui vous fasse entrer dans le bureau… Imaginer l’influence de son langage non-verbal sur la perception qu’aura le recruteur… N’oubliez donc jamais de lui montrer tout le respect auquel cette secrétaire a droit.

Pour cela, vous avez une arme imparable, votre sourire ! Petite démo avec une vidéo de la série 1jour1geste !

Image de prévisualisation YouTube

Sourire libère de l’endorphine, hormone du plaisir qui vous mettra dans un état d’esprit positif et, cerise sur le gâteau, grâce à ses propriétés contagieuses, générera chez votre interlocuteur des émotions positives également.

Etape 3: L’arrivée dans le bureau – les gestes à utiliser.

Souvenez-vous que pendant les 7 premières secondes, vos gestes sont beaucoup plus important que le reste. Quelle que soit la manière dont vous êtes introduit: présenté par la secrétaire, appelé par le recruteur voire qu’il vienne en personne vous chercher… Il y a des automatismes à utiliser qui vous permettront de gagner plus facilement sa sympathie.

Pour cela vos gestes doivent être orientés pour :

  • Apporter de l’énergie positive (en réalité c’est quelque chose auquel vous devrez faire attention pendant tout l’entretien d’embauche, j’y reviendrai plus loin).
  • Baisser les barrières de sécurité émotionnelles, montrer que vous n’êtes pas une menace.

Pour y arriver, vous devrez utiliser des gestes d’ouverture (que votre interlocuteur voie la paume de votre main; ne lui tournez pas le dos, même pour fermer la porte (ça demande un peu d’exercice, je sais). Ce qui est pratique, étant donné que ce sont des gestes que vous avez la capacité de gérer consciemment, c’est que vous pouvez vous entraîner à l’avance, que vos entrées deviennent un automatisme fluide et naturel.

Vous pouvez même, lors de vos essais, vérifier l’influence que ces gestes entraînent sur vos « sujets de test ».

Etape 4: Serrer la main du recruteur au début de votre entretien.

Vous l’avez constaté, je m’attache à ce que les 2-3 premières minutes soient vraiment excellentes. C’est normal, ce sont ces mêmes premiers instants sur lesquels vous pouvez agir le plus efficacement. Vous pouvez mieux contrôler vos gestes en entrant que pendant l’entretien d’embauche lui-même où vous devrez vous concentrer sur les questions, la qualité de vos réponses, etc…

On demande souvent comment faire pour serrer la main de manière adéquate. Il est vrai que certains ont tendance à vous donner une main flasque à souhaits alors que d’autres vous broieront littéralement les phalanges. La réponse est simple, à vous de vous adapter… Donc commencez par une pression moyenne que vous diminuerez ou augmenterez le plus vite possible (en restant fluide) suivant le retour de votre interlocuteur. De nouveau, c’est une étape que vous avez l’occasion d’entraîner avant le rendez-vous.

Etape 5: Les gestes pendant l’entretien proprement dit.

Comme je l’ai annoncé plus haut, ce n’est pas pendant l’entretien que vous contrôlerez le plus facilement votre langage non-verbal. Néanmoins, il y a quelques idées simples que vous garderez en tête et que vous vérifierez de temps à autre pendant la rencontre:

  • Est-ce que par j’apporte de l’énergie positive à travers mon comportement ? Si ce vous êtes perçu comme celui qui prend de l’énergie, vous n’encouragez pas votre embaucheur à vous revoir ! La formation Impact Gagnant travaille d’ailleurs ce point en profondeur.
  • Mon attitude montre-t-elle que je suis attentif à la discussion? (suis-je tourné vers mon interlocuteur ? Est-ce que je garde un contact visuel?)

Si vous les maîtrisez, vous pouvez aussi utiliser les techniques de synchronisation verbale et non verbale mais faites attention à ne pas singez votre embaucheur, c’est un pro des relations humaines, ne l’oubliez pas !

En résumé – comment bien utiliser vos gestes dans un entretien d’embauche:

  1. Votre entretien d’embauche commence bien avant d’avoir votre recruteur face à vous.
  2. Vous devez optimiser vos premiers gestes car c’est sur cette partie que vous pouvez vous entraîner à l’avance, tester et vous améliorer pour être au top le jour J.
  3. Vous êtes celui qui doit apporter l’énergie, c’est le secret pour qu’on aie envie de vous revoir.

Deux dernières petites choses, même si ce n’est pas du non-verbal :

  • Si vous avez décroché cet entretien d’embauche, c’est que vos compétences techniques ont été pré-validées, donc c’est surtout vos capacités humaines qui intéresseront votre recruteur. Aussi, ne soyez pas radin dans vos réponses et n’ayez pas peur de créer une vraie discussion plutôt que de vous en tenir juste à des « oui et non » comme forme de réponses.
  • Faite ressortir votre spécificité, ce qui fait que vous n’êtes pas comme les 15 autres qui sont passés avant vous. Préparez cela à l’avance,  il suffit d’y avoir réfléchi.

A vous de jouer !

Entraînez-vous à améliorer votre entrée et votre poignée de main et dites-nous dans les commentaires ce que vous avez observé chez votre interlocuteur.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Envie de vous exprimer ?