vignette-synergologie

Qu’est-ce que la synergologie ? (pour les nuls)

Bonjour les Décodeurs,

Dans cet article, je vais vous expliquer pourquoi je n’ai pas choisi de me tourner vers la synergologie lorsque j’ai démarré mon apprentissage de la communication non-verbale (c’était fin 2010) et pourquoi avec le recul, j’estime avoir fait le bon choix.

synergologue

J’ai toujours eu l’idée d’écrire cet article (pour vous faire part de mon expérience à ce sujet) et comme vous me posez de plus en plus régulièrement la question « Romain, es-tu synergologue ? » et que la réponse est « Non », il me semblait important aujourd’hui de partager avec vous mon approche sur le sujet.

Peut-être la comprendrez-vous, peut-être pas. La synergologie déchaine souvent les passions, pour le meilleur et pour le moins bon.

Commençons tout d’abord par voir ce qu’est la synergologie. Je vous expliquerai ensuite les raisons de mon choix de ne pas l’avoir étudiée.

> Qu’est-ce que la synergologie ?

Je ne vais pas me compliquer la tâche (à défaut de mal la faire) et simplement copier / coller ce que l’on peut trouver en première page du site officiel pour la définition.

La synergologie est la discipline qui permet d’appréhender l’esprit humain à partir de la structure de son langage corporel.

Cette discipline a été inventée par Philippe Turchet dans les années 90.

Alors lorsque l’on parle de non-verbal, surtout au début, lorsque l’on commence à se plonger dans ce monde fascinant du langage corporel et à faire des recherches, la synergologie n’est jamais très loin derrière.

Bien souvent, elle y est même associée (et oui, comme on l’a vu dans la définition, c’est LA discipline) pour arriver à un raccourci du type :

« Tu décodes le non-verbal, mais alors tu es synergologue »

(c’est un peu plus subtile que ça, vous allez voir).

D’ailleurs, lorsque j’ai décidé de me former à la communication non-verbale, je me suis renseigné sur cette discipline car elle était quasiment l’unique méthode permettant d’analyser le non-verbal (surtout à l’époque fin 2010 où c’était un peu le désert en ressources francophones sur le sujet).

J’avais même interviewé Christine Gagnon, synergologue, pour me faire une idée de l’intérieur. Vous pouvez retrouver cette interview ici.

Et après avoir enquêté sur le sujet, j’ai décidé de me former ailleurs.

Ce choix de me former ailleurs est le reflet de plusieurs critères que je vais exposer dans les lignes ci-dessous.

> La synergologie – un  terme que je ne comprenais pas

Vous connaissez le pouvoir de la première impression ?

On dit bien souvent qu’on n’a pas deux fois l’occasion de faire une bonne première impression.

Et bien la première fois que j’ai entendu parler de la synergologie, j’ai essayé de paraître intelligent et de décomposer le terme pour le comprendre et savoir si je ne faisais pas fausse route.

Logie – Ok, ça a un rapport avec une discipline scientifique, avec de la méthode

puis

Synergo – et là Aïe j’étais perdu sans mon Bescherelle.

Sachant que j’avais à coeur de trouver un aspect pratique du décodage du non-verbal, de perfectionner une sorte de nouvelle compétence, la première impression que me laissait le terme en lui-même m’annonçait sans aucun détour que ça risquait d’être compliqué.

La suite vous montrera que je ne m’étais pas trompé.

> La science autour de la synergologie

Je crois que peu importe le sujet sur lequel on se forme, il est important que le formateur s’appuie sur des données tangibles, qui ont fait leurs preuves.

En tout cas pour moi, cet aspect comportant une base scientifique (sans pour autant venir forcément d’un professeur émérite avec des centaines de publications) est très important*

Mais quand on m’affirme quelque chose, j’ai besoin de savoir.
« Ok, qu’est-ce qui appuie ce que tu viens d’affirmer ? »

C’est mon côté analytique ingénieur.

– Un débat sans fin –

Alors peut-être que vous suivez cet éternel marronnier du débat entre les synergologues et les personnes académiques sur la pertinence scientifique de cette discipline ?

En tout cas, si vous vous posiez la question, aucune publication dans des revues à comité de lecture ni d’évaluation des résultats par les pairs  (autres sociologues, psychologues ou académiciens du non-verbal) n’existe.

Comme c’est un débat que je regarde désormais de loin, je vous invite à lire l’article du Professeur Lardellier à ce sujet si vous souhaitez aller plus loin.

* Note de Romain – Cette volonté d’avoir des choses carrés doit venir de mon background d’ingénieur physicien ou peut-être parce que j’ai travaillé pendant 5 années dans l’accompagnement et le financement de la recherche française.

> Une discipline contraire à mes valeurs

Parfois (trop souvent), on associe le fait de décoder le non-verbal comme le fait d’épier son prochain.

Même si cette approche faisait fureur dans les années 2000, mon approche de la communication est liée à des valeurs d’empathie, de développement de potentiel, de bien-être personnel et de bien-être de l’autre.

Donc à partir du moment où, où pour citer un principe de la synergologie,

« Le corps dit tout haut ce que l’esprit pense tout bas », il y avait un décalage dans les valeurs.

S’il n’y a pas une amélioration de soi, ni une amélioration de la vie des autres, mais simplement une sorte de prise de pouvoir sur autrui, je ne voyais pas trop l’intérêt.

> L’aspect international n’y était pas

Même si aujourd’hui la synergologie est enseignée à l’étranger, elle est restée pendant des années restreintes à la francophonie (France, Québec, Belgique, Suisse)

Il y a des bons chercheurs académiques en France, je ne dis pas le contraire.

Mais pourquoi se limiter à des enseignements issus de la langue de Molière quand il est possible d’en apprendre davantage dans la langue de Shakespeare.

Et c’est d’ailleurs un angle sur lequel je souhaitais absolument baser le blog, l’approche internationale de la communication non-verbale.

L’idée de vous partager ce qui se fait à l’étranger et notamment dans les pays anglophones afin d’ouvrir les esprits, proposer de nouvelles choses sans rester dans un vase clos.

> La synergologie, trop complexe pour être appliquée ?

L’un des points que je prône sur le Décodeur du Non-Verbal et que j’essaie de vous transmettre dans mes analyses non-verbales, c’est le côté pratique.

Celui de faire le pont entre les études scientifiques certes pleines de sens mais parfois pompeuses pour le quidam ou quand il s’agit de mettre en application les résultats.

Quand on y regarde de plus près, le non-verbal c’est généralement simple (ça je l’ai compris avec le recul).

Rappelez-vous, la simplicité (et surtout dans le non-verbal) est l’ultime sophistication.

Or la synergologie détient un catalogue de gestes avec une précision telle que je ne sais même pas comment les synergologues arrivent à mettre en place leur enseignement au quotidien !

Si je prend cette image en exemple :

Synergologie Analyse

Analyse de Jean-François Coppe prise sous le filtre de la synergologie

 

D’ailleurs, les analyses sur une photo, ne représentent pas les situations réelles. Dans la vraie vie, les gens bougent, changent de postures. Il existe des éléments flagrants (et manquants) comme la prise en compte du contexte de l’observation, ce qui est nécessaire dans la production du sens et que la synergologie semble oublier (tout comme l’étude en cluster des gestes).

> Ai-je des regrets de ne pas avoir suivi le cursus de synergologie ?

Non.

Pas du tout.

Parce que j’ai eu la chance de pouvoir dessiner, notamment à travers mes rencontres, mes lectures, mes interviews, mon propre parcours d’apprentissage, sans être lié à une vision unilatérale de la discipline mais avec une plus grande ouverture d’esprit.

Trouver la voix de mon apprentissage de la communication non-verbale, je ne dis pas que c’était facile au début.

Surtout fin 2010, où encore une fois, il n’y avait pas grand chose d’autres que la synergologie dans les ressources francophones pour démarrer.

J’ai fait le choix de vous parler aujourd’hui de mon choix de ne pas avoir suivi un cursus de synergologie et ce sera je pense la dernière fois parce que je n’ai pas grand chose de plus à dire sur le sujet.

Mais j’aimerais tout de même vous poser ces questions pour ouvrir la discussion :

Je vous écoute !

Avez-vous suivi un cursus de synergologie ? Etes-vous synergologue ? Que pensez-vous de cette approche du non-verbal ?

Dans la continuité de cet article, découvrez :
10 réponses
  1. Pantoufle01
    Pantoufle01 says:

    Bonjour Romain,

    Pour répondre à ton article sur la Synergologie, je vous livre ici quelques réflexions suite à ma participation au niveau 1 de leur formation (il est bien entendu que celles ci n’engagent que moi).

    pour devenir Synergologue il faut compter 3 ans, 15 séminaires de 2 jours et trois examens avant de pouvoir prétendre au titre…

    concernant l’étymologie du mot elle est présentée de cette manière:
    Syn: Etre ensemble
    Ergon: Mouvement du corps
    Logos: Discours, méthode…

    Cette activité est régie par un Code d’éthique qui contient des principes fondamentaux:
    1- l’intégrité dans la démarche
    2- la transparence professionnelle
    3- l’objectivité dans le traitement de l’information
    4- l’impartialité de jugement
    5- l’honnêteté de positionnement

    Il est mis l’accent lors des cours sur le fait de ne pas rentrer dans l’interprétation mais dans la notion d’un décalage entre les mouvements du corps et les « paroles ».
    Qu’il faut chercher à identifier les raisons de ce décalage, chercher à rentrer en congruence avec son interlocuteur afin d’améliorer notre communication dans un contexte donné (toujours pris en compte)…

    Pour ce qui est de la complexité, je vous rejoints sur ce point, la méthode est décrite à partir d’un lexique corporel (plus de 1700 entrées lors de ma formation) extraite d’un corpus de propositions.

    En Synergologie, on considère qu’il faut 5 à 7 items identifiés pour confirmer un décalage (inutile de vous dire que la vidéo est essentielle, en instantané je ne vois pas comment faire…)

    Par contre je tiens à signaler qu’en me documentant sur le sujet (depuis Darwin jusque David Givens, Paul Ekman, David Matsumoto, Joe Navarro, Eric Goulard Romain Colignon ect.. ) je n’ai pas décelé d’écarts dans  » la lecture » du non verbal, mais plus une recherche certainement trop détaillée pour un usage de tous les jours…(comme la photo l’indique, sachant qu’il manque encore des choses…)

    Les raisons qui m’ont poussé à stopper au premier niveau (malgré un très bon score aux tests), sont:

    -D’une part un coût important (la formation complète : plus de 6000 euros sans compter les frais de déplacements)
    -En accord avec d’autres étudiants, des sujets traités en séminaire qui auraient pus être dispensés à distance
    -La volonté des formateurs d’en faire peut être trop ( à mon goût) et de ne pas forcement être tous ouverts aux critiques…
    -Une approche que je trouve plus abordable et agréable des autres grands noms du secteur
    -Enfin, il est vrai que je les trouve peu ouverts aux autres spécialistes du domaine, j’ai le sentiment qu’ils veulent garder le Bébé…

    La Synergologie est une bonne école, un peu trop renfermée sur elle même, et qui recherche peut être un peu trop le détail…

    bien entendu tous ces commentaires n’engage que moi,
    bonne lecture à tous et à bientôt,

    Répondre
  2. Pascal C.
    Pascal C. says:

    Bonjour! Je suis aussi étudiant dans le domaine de la Synergologie pour maintenant 3 ans. Je suis d’ailleurs finissant et je passerai les test finaux d’ici moins d’un mois.
    Je suis tout à fait ouvert au fait que vous ne vouliez pas étudier dans le domaine de la Synergologie, je respect ce choix et ça n’affecte pas mon envie de continuer à lire vos billets, que je trouves toujours très intéressants!
    Cependant, je n’ai pu m’empêcher de lire ce billet et je l’ai trouvé un peu taché d’incompréhensions et de malentendus.
    Comme le commentaire plus haut l’indique (Pantoufle01), il faut faire attention sur certains points. Certains points que je trouves important de clarifier pour véhiculer la bonne images de la Synergologie.

    «Le mot « synergologie » a été formé à partir des préfixes sun (être ensemble), ergo (actif), logos (discours) Etymologiquement être actifs en situation de production de discours.» (Extrait du site de la Synergologie)

    C’est un terme qui est compliqué, certes, et qui reflète très bien le domaine. Car, vous serez probablement d’accord avec moi, le domaine du non-verbal est un domaine compliqué. Le corps humain et la compréhension de son esprit est un art extrêmement complexe. C’est n’est jamais noir ou blanc, c’est un domaine remplie de nuances et d’exceptions! Ce n’est pas simple!

    Pour ce qui est de la scientificité des éléments qui sont enseignés, énormément du contenus qui est enseigné en Synergologie se base sur des faits scientifiques, des observations et d’autres travaux de différents professionnels. Très souvent durant nos séances de formations, notre formateur appuie ses informations sur des ouvrages de différents professionnels. Il suffit de regarder la bibliographie du livre «Le langage universel du corps» de Philippe Turchet qui fait 14 pages, pour voir qu’énormément des informations qui sont transmises sont basés sur des recherches concrètes.

    Je suis aussi tout à fait d’accord avec vos valeurs et je ne voudrais pas utiliser mes connaissances dans le domaine du non-verbal pour mettre à nu les gens pour mon propre plaisir. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on nous enseigne et on met l’accent sur l’authenticité dans la communication. La Synergologie est régie par un code d’éthique et l’intention derrière tout ça n’est pas d’épier son interlocuteur, mais bien d’arriver à entrer dans une communication authentique, écologique et saine. Nous ne sommes pas à la recherche du mensonge, mais bien à la recherche de la vérité. Dans la Synergologie le terme Authenticité se base principalement sur trois mots : Assertivité, Empathie et la Réflexivité qui, en somme, reflète la possibilité que l’autre puisse avoir raison, de comprendre les sentiments de l’autre et de dire ce que l’on ressent sans détours ni supercherie. Ce qui compose une communication saine.
    Donc nous serons probablement d’accord qu’avoir un bon sens de l’empathie est essentiel dans la Synergologie et qu’il amène inévitablement à un développement de soi. Enfin, de mon côté, j’ai pu en apprendre beaucoup sur moi-même et être en mesure d’entretenir des relations beaucoup plus saine en prenant compte des sentiments et des positions que mes interlocuteurs pouvaient avoir. Autant d’un côté professionnel que personnel!

    Je suis toutefois d’accord avec vous quand vous dites que la Synergologie n’est enseignée qu’en français! C’est vrai, c’est bien le cas. J’ai pu discuter avec Philippe Turchet sur le sujet et la réponse fut qu’éventuellement nous aimerions enseigner la Synergologie en anglais et présenter nos connaissance dans cette même langue. Si je ne me trompe pas, dans le moment la Synergologie est enseigné autant en Français qu’en Espagnol et même en Japonais!

    Pour le point suivant, oui on peut dire que le langage non-verbal peut être relativement simple si on coupe au Rasoir d’Occam dans une situation de séduction ou de simple jasette avec un vielle ami.
    Par contre, dans des situations plus importantes ou tendues, dans le domaine juridique, policier ou de la santé, si on veut vien « Pin-Point » l’état de notre interlocuteur et comprendre son comportement, le domaine du non-verbal devient un petit peu plus compliqué puisqu’il représente énormément de contradictions possibles.
    C’est vrai que la Synergologie compte énormément d’items (énormément!), mais dans l’ensemble, nous ne regardons pas les items un à un. Vous serez d’accord avec moi, un seul item ne veut rien dire. C’est un ensemble de mouvement qui nous donnerons une idée globale de la situation. C’est ce que nous appelons la méthode des Assattes qui consiste à relevé plusieurs items avant de déterminer l’émotion de l’individu. Ce qui relève initialement d’une méthode d’analyse que nous utilisons, nous faisons de l’inférence ce qui veut dire que nous partons d’un ensemble d’item avant d’arriver à une conclusions. Nous ne prenons pas une conclusions pour ensuite trouver les items qui vont venir valider notre pensé.
    Il faut savoir aussi qu’il y a une échelle d’importance qui est associé à tous ces items, c’est l’échelle des Assattes qui permet d’établir la richesses de nos observations. Il va sans dire qu’un clignement des yeux est beaucoup moins riche qu’une micro-expression de colère! Oui il y a une énorme bibliothèque de mouvement, mais lors d’observation nous priorisons les éléments importants autant en terme de mouvement qu’en terme de cognitions.

    Ce qui m’amène à mon dernier point, nous n’analysons que très rarement des photos. Car, comme vous le dites, une photo ne veut pratiquement rien dire, il n’y a pas de contexte, il n’y a pas de mouvements et il y a une marge d’erreur énorme. Nous préférons de loin analyser une vidéo qu’une photo. Nous n’offrirons pas notre expertise si ce n’est que pour analyser une capture d’écran qui peut ne refléter qu’une secondes sur mille. Nous utiliserons des photos comme celle du dessus seulement à titre d’exemple pour pour stopper sur des moments sur lesquels nous voulons décrire un moment. Tout comme Paul Ekman le fait avec le FACS ou comme n’importe quel expert le fait de temps à autre. Cela ne reflète pas notre champs d’expertise!

    Pour ce qui est de mon expérience dans le domaine de la Synergologie, en ce moment j’adore! J’ai appris à être beaucoup plus objectif que je l’étais, j’ai appris à écouter mes interlocteurs beaucoup plus, à accepter que mes interlocuteurs ne puisse pas penser de la même manière que moi et de comprendre leurs émotions. Ça m’a aussi permis de remarquer certains moments ou les gens voudrait recevoir de l’aide, mais n’osent pas le demander, surtout dans ma vie personnel!

    Voilà! Désolé pour ce long commentaire haha!

    Répondre
  3. Tony
    Tony says:

    Pantou a tout dis !
    Meme si je n ai pas fait d étude de synergologie, par manque de budget , et pourtant j essaye encore de me la faire payer …
    Cela fait quand même un moment que je potasse le sujet et a dire vrai je crois que tu fais juste du copier coller de la synergologie mais version simple pour attirer le plus grand nombre de gens sur ton site pour y acheter « la synergologie pour les nuls  » mais avec un nom différent genre c est toi qui a trouvé ca tout seul …
    J ai beaucoup lu Darwin et suivi les travaux de Paul Ekman qui sont vraiment des bases solides .
    Turchet a un stock enorme de vidéo décoder , fruit de nombreuses années de travail et de recherche ( prouvées) .
    Ton explication sur le  » pourquoi je ne suis pas synergologue  » ne veut rien dire ! Des phrases sans sens pour brouiller les esprits (genre pnl) !
    T es qu un copieur qui a trouvé le moyen de faire des sous avec le mérite d un autre , bravo c est astucieux .

    Répondre
  4. BERTRAND
    BERTRAND says:

    Pourquoi avoir modéré mes propos ???? Non, la synergologie n’est pas la panacée. Oui, lire ekman est la base de ma pratique. OUI , payer aussi cher pour voir ce qui saute aux yeux me parait ridicule. Quant aux propos de Pascal C, ça ressemble plus à un lavage de cerveau!!! Du redit et relu dans les livres de turchet !!!! Ça me fait penser à une secte 😉 Faut il être niais pour débourser tant de fric alors que cette « formation » est bidon !!!!

    Répondre
  5. REMY
    REMY says:

    Bonjour, je me suis inscrite pour recevoir le kit du non verbal. La première étape ne m’a pas été envoyée, à savoir le login et le mot de passe, donc impossible d’y accéder. Le paiement par CB lui, s’est fait très facilement. Je suppose que ce n’est qu’un malentendu et que je ne vais pas tarder à le recevoir.. dans ce cas, je le préciserai.
    Nathalie

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] de s’intéresser donc au décodeur du non verbal, qu’on connait aussi sous l’appellation de synergologie. Avec cette méthode, le langage du corps pourrait également innover le monde de la communication, […]

  2. […] développant mon expertise du langage corporel (que l’on assimile aussi parfois en France à la pratique de la synergologie) que le corps communique des messages, il communique tout comme le font les mots. Voire même […]

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Envie de vous exprimer ?