Se protéger d'une question stressante

Comment se protéger d’une question stressante ?

Face à une question stressante, notre corps dispose d’un certain nombre de mécanismes de sécurité qui lui permet de se protéger.

Vous connaissez peut-être les gestes barrières tels que les bras croisés. Ceux dont j’aimerais vous parler aujourd’hui sont d’une toute autre nature et ils s’appellent les gestes de protection émotionnelle.

Vous verrez que dans votre apprentissage de la communication non-verbale, savoir repérer ces gestes est essentiel, notamment pour identifier si une question fait mouche chez quelqu’un. C’est à dire pour identifier si celle-ci dérange ou au contraire si la personne à qui elle est posée reste tout à fait à l’aise.

Je vous parle de tout ça dans la nouvelle analyse non-verbale de la semaine.

Image de prévisualisation YouTube

Cliquez ici pour réduire la transcription texte de la vidéo

Bonjour, c’est Romain le Décodeur du Non-Verbal.

Ravi de vous retrouver pour cette toute nouvelle analyse non-verbale de l’actualité, au cours de laquelle je vais m’appuyer sur le phénomène qui fait la Une des médias en ce moment et qui bouleverse la classe politique européenne : à savoir, l’afflux record de réfugiés attendu en Europe.

Conférence de presse de François Hollande

Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue lundi dernier, François Hollande s’est exprimé sur le sujet des migrants.

Il s’est aussi vu poser la question suivante par un journaliste : “Êtes-vous prêt à accueillir des réfugiés chez vous ?“

L’analyse non-verbale de cette semaine va s’attacher à regarder la réponse non-verbale du Président par rapport à cette question qui, comme vous vous en doutez sûrement, n’est pas des plus simples à répondre.

Je ne vous en dis pas plus. Je vous laisse regarder l’extrait, faire votre analyse du langage corporel derrière votre écran et on se retrouve juste après pour l’analyse complète.

L’expression de l’empathie

Première chose que j’aimerais vous montrer dans cette vidéo, c’est l’empathie de François Hollande en lien avec la question du journaliste.

Les mouvements de tête

Pendant que ce dernier explique le contexte et donne notamment l’exemple du Premier Ministre finlandais en la matière, François Hollande acquiesce de la tête à plusieurs reprises.

Ça ne se voit pas forcément ici avec l’arrêt sur l’image ici, mais vous l’avez très certainement remarqué dans l’extrait vidéo.
Ce va-et-vient de la tête illustre son intérêt et sa profonde compréhension des propos tenus par le journaliste.

Les sourcils se haussent

A cela s’ajoute le haussement des sourcils. Cet élément non-verbal montre qu’il accueille le message, qu’il est d’accord avec ce qui est dit et qu’il en a bien conscience.

Ce haussement des sourcils, dans certaines contrées comme en République du Vanuatu, va même jusqu’à signifier le mot “Oui“. C’est un profond signe de reconnaissance et d’accord.

09-14-2015-Hollande-Refugies-IMAGE-EXTRAIT-3

Se protéger d’une question stressante

Oui mais voilà.
Vous n’aurez pas été sans remarquer que ce haussement de sourcils s’accompagne d’une fermeture prolongée des yeux. C’est ce que l’on appelle un geste ou un mouvement de protection émotionnelle.

La fermeture prolongée des yeux

09-14-2015-Hollande-Refugies-IMAGE-EXTRAIT-2

Tout au long de l’extrait, François Hollande clignait des yeux de manière normale mais au moment où le journaliste lui demande s’il est prêt à accueillir des réfugiés dans sa maison secondaire, il ferme les yeux de manière plus prolongée (à deux reprises d’ailleurs).

Il se trouve face à une question qui le stresse, qui le met mal à l’aise, qui l’embarrasse et cela peut se comprendre.

A ce moment précis, son cortex visuel a besoin que ses yeux se ferment pour traiter l’information qui lui parvient et qui est perçue comme une « menace » – en l’occurrence, il se doit de bien répondre.

Les gestes de protection émotionnelle comme la fermeture prolongée des yeux font partie de ces mécanismes de sécurité du corps qui permettent de se protéger d’une information désagréable.

Dans le cas de cet extrait vidéo, la fermeture des yeux de François Hollande empêche l’information visuelle (le journaliste), vecteur d’informations désagréables, d’arriver jusqu’à l’organe de la vue.

Un réflexe de protection

Si je vous explique ce point sur les gestes de protection émotionnelle, c’est que vous aussi, dans la vie de tous les jours, vous pouvez être amené à les observer. Sachez que lorsqu’ils apparaissent, la personne en face de vous se protège de la question qui lui est posée ou de l’information qu’il reçoit.

Voilà pour cette nouvelle analyse non-verbale de l’actualité.

Si l’enseignement de cette semaine vous a plus et que vous souhaitez retrouver un nouveau rendez-vous de ce type la semaine prochaine, cliquez sur le pouce bleu pour le dire.

Et par la même occasion, profitez-en pour vous abonner à la chaîne Youtube. Vous serez comme ça prévenu de la sortie des prochaines vidéos dès qu’elles sont publiées.

Pour aller plus loin

Maintenant j’ai un court message pour vous, si vous souhaitez aller plus loin dans votre apprentissage de la communication non-verbale.

Le blocage visuel du jour est l’un des nombreux gestes de protection émotionnelle qu’il est possible d’observer. A vrai dire, les gestes de protection émotionnelle peuvent s’observer là où un organe des sens existe (la bouche, le nez, les oreilles, etc.)

Les gestes de protection émotionnelle

Les gestes de protection émotionnelle

Dans le KIT du Décodeur du Non-Verbal dont cette fiche fait partie, je vous apprends à identifier l’ensemble de ces gestes de protection émotionnelle. Pour télécharger le KIT, cliquez tout simplement sur le bandeau orange en bas de cette vidéo ou sur le lien dans la description.

Voilà c’est tout pour aujourd’hui,
Je vous dis à très vite pour une prochaine vidéo :)

Ressource supplémentaire accompagnant cette vidéo :

Image de prévisualisation YouTube
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Envie de vous exprimer ?