Pas grand chose j’aurais envie de vous dire et d’ailleurs, aux premiers abords, je me suis posé la question si cet article valait le coup d’être écrit. Après réflexion, je me suis dit qu’il y avait tout de même certaines choses dont j’aimerais vous parler et que vous pouvez vous aussi vous amuser à observer. Tendez l’oreille, c’est parti !

La première se sont les rougeurs qu’il est possible d’observer sur le haut des oreilles lorsqu’une question dérange. Il est connu que les rougeurs au niveau des joues surviennent en cas de stress mais au final elles sont assez contrôlables pour un grand nombre de personnes. Par contre les rougeurs au niveau des oreilles en cas de gêne est beaucoup moins (impossible ?) à contrôler. C’est donc un indice important que vous pouvez observer pour détecter un sujet abordé délicat.

Se couvrir ou se gratter les oreilles

Par ailleurs, vous n’êtes pas sans savoir que les enfants, pour couvrir des informations négatives provenant  à leurs oreilles se les couvrent. Je vous laisse avec le photo ci-dessous si vous ne voyez pas de quoi je parle.

Couvrir les oreilles

Couvrir les oreilles

 

Même si à un bas âge, ce comportement est tout à fait acceptable et légitime, il reste exclu à l’âge adulte. Cependant, lorsqu’une information arrivant à nos oreilles ne nous plait guère, on aura tendance à se frotter les oreilles avec la main. C’est ce que l’on appelle un geste de protection émotionnelle. Si à l’âge de l’enfance il s’agissait de couper l’information auditive néfaste, l’âge adulte reproduit dans des proportions beaucoup moins extravagantes le quasi-même dispositif. Donc un geste beaucoup plus subtile comme se frotter le lobe de l’oreille visera à empêcher une information auditive non désirée d’arriver jusqu’au cerveau.

Si vous souhaitez découvrir plus d’informations sur les oreilles,

je vous propose de continuer votre lecture avec les articles suivants :