Qualités pour décoder les gestes

Les 4 qualités du Décodeur du Non-Verbal

Dans cette vidéo, découvrez les 4 qualités essentielles pour bien décoder les gestes de vos interlocuteurs

Image de prévisualisation YouTube

Cliquez ici pour lire la transcription texte de la vidéo

Le TOP 4 des qualités pour déchiffrer les gestes

Bonjour, ici Romain, le décodeur du non-verbal. On se retrouve dans cette nouvelle vidéo de la série « 1 jour / 1 geste ». Cette vidéo va être un peu particulière parce que je vais répondre à une question qui m’a été posée récemment par Deborah, qui m’a demandé « Romain, quelles sont, selon toi, les qualités essentielles pour devenir un bon décodeur du non-verbal ? » Alors, j’ai réfléchi à la question, Deborah, et je ne pense pas qu’il y ait une seule qualité pour bien décoder le non-verbal. À mon sens, il y en a 4, et c’est l’objet de cette vidéo. Je vais vous dire quelles sont pour moi les 4 qualités essentielles. La première consiste à avoir une certaine ouverture d’esprit. Il faut savoir que pour pas mal de gens, ce lien entre la gestuelle et le fait que l’on puisse comprendre les sentiments, que l’on puisse interpréter ce que ressentent nos interlocuteurs, ça paraît un peu farfelu, ça paraît un peu ésotérique. Je peux le comprendre, parce qu’on est dans une société qui est très focalisée sur les mots, qui est très focalisée sur ce côté rationnel, ce qui fait que pour beaucoup de gens, lorsqu’ils ont découvert le langage du corps, ils se sont dit « ça m’intéresse pas, c’est pas quelque chose de sérieux ». Pourtant, c’est sérieux, et cette première qualité pour voir d’avoir cette ouverture d’esprit, c’est la chose essentielle pour devenir un bon décodeur du non-verbal. Ensuite, la deuxième chose, la deuxième qualité, je pense qu’il est important pour vous de toujours remettre en cause ce que vous apprenez.

C’est-à-dire de ne pas se fier à un seul auteur, de ne pas se fier à un seul expert. C’est-à-dire même moi, ce que je vous raconte. Ce que je vous invite à faire, vraiment, c’est de tester ce que je vous enseigne. Certes, j’ai de l’expérience, j’ai été en contact avec de nombreux experts du domaine, dans de nombreuses branches différentes, en partant de l’anthropologie, la sociologie, la psychologie, ce qui permet d’avoir un regard assez large de la discipline, mais vous, si vous entrez dans ce domaine de la communication non-verbale par un angle d’attaque, je vous propose d’élargir vos horizons, d’essayer de voir ce qui se fait, et surtout d’apprécier, d’appréhender et de tester tout ce que vous pouvez apprendre dans votre propre vie. Parce que c’est ça le principal, que vous puissiez utiliser la communication non-verbale dans votre propre vie. Donc, deuxième chose, c’est de vraiment remettre en cause tout ce que vous apprenez, ne pas tout prendre pour comptant. Troisième chose, ça va être l’ouverture aux autres. Si vous partez dans cette discipline, si vous souhaitez maîtriser tous les codes, tous les signaux de la communication non-verbale de manière personnelle, c’est-à-dire pour dominer les autres, pour que les autres soient à vos pieds, ce genre d’état d’esprit qu’ont malheureusement certaines personnes, pour moi ça ne marchera pas. L’élément essentiel, pour moi, pour devenir un bon décodeur du non-verbal, c’est d’avoir cette approche empathique, cette approche de connexion avec les gens avec qui vous interagissez. D’avoir cette approche où derrière vous souhaitez aider les autres. D’ailleurs, en aidant les autres, on s’aide soi-même. Donc voilà, une des qualités essentielles c’est de ne pas appréhender la communication non-verbale de manière trop personnelle. Enfin, je pense que la quatrième qualité est la plus essentielle, dont d’ailleurs je n’ai pas assez parlé dans les vidéos, et je devrais peut-être en faire une spécialement consacrée à ça, c’est le fait d’agir. Et d’ailleurs, c’est une phrase que j’apprécie beaucoup dans cette thématique, qui est une phrase de Chris Guillebeau qui dit que « le fossé entre l’ignorance et la connaissance est beaucoup plus petit que celui qui existe entre la connaissance et la compétence ». À savoir que tout ce que vous apprenez dans ces vidéos, c’est bien, vous les apprenez, ça devient une connaissance, donc vous passez de l’ignorance à la connaissance.

Maintenant, pour que cette connaissance devienne une compétence, c’est-à-dire que vous ayez internalisé tout ce que vous avez appris, ce n’est pas une mince affaire, il faut beaucoup travailler, beaucoup pratiquer. La quatrième qualité que je vois chez les décodeurs du non-verbal qui arrivent à maîtriser tous ces codes et signaux, toute la gestuelle, simplement ils appliquent, ils vont observer, ils vont noter, ils vont essayer, ils apprennent une posture, une signification, ils vont tester sur le terrain, au travail, dans la rue, avec leurs amis, pour justement que ces connaissances deviennent une compétence. Donc, selon moi, ce sont les 4 qualités essentielles que vous devez développer pour être un bon décodeur de la communication non-verbale. Maintenant, peut-être que derrière votre écran vous avez aussi d’autres idées en tête, d’autres qualités qui sont pour vous essentielles pour être un bon décodeur du langage corporel. C’est simple, si vous les avez, vous les marquez dans les commentaires, je serai ravi de vous lire. Quant à nous, on se retrouver dès demain pour une prochaine vidéo. Je vous dis à très bientôt.

3 réponses
  1. Decodeurdunonverbal
    Decodeurdunonverbal dit :

    Dans cette vidéo, je vous explique les 4 qualités qui selon moi sont
    essentielles pour devenir un bon décodeur du non-verbal.

    Répondre
  2. Caiden Talazus
    Caiden Talazus dit :

    « Le fossé entre l’ignorance et la connaissance est beaucoup plus petit, que
    celui qui existe entre la connaissance et la compétence » Chris Guillebeau
    Merci pour cette jolie citation, je vais m’en resservir

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Envie de vous exprimer ?