Femme et téléphone portable

Pourquoi gesticulons-nous au téléphone portable ?

Attraper son portable et le porter à son oreille : deux gestes quotidiens presque devenus un automatisme. Chaque jour nous est donné l’occasion d’observer ce ballet de personnes connectées au réseau. Pour ma part, je le trouve fascinant. Avez-vous vous aussi déjà prêté attention aux personnes usant de leur téléphone portable ? Bien que le canal de communication principal reste le verbal, lorsque nous téléphonons, nous avons l’habitude de bouger, de faire des gestes, faire la moue, rire, sourire… Ceci mérite bien une petite investigation ! ;-)

Cet aspect comportemental assez troublant car à priori inutile m’a toujours interloqué. La première fois que je me suis posé la question (et je m’en pose beaucoup), je me disais que ce phénomène aurait pu faire l’objet d’un sujet de thèse. « Pourquoi faisons-nous des gestes au téléphone ? » Il faut croire qu’à mon plus grand regret les études sur le sujet n’ont pas été très poussées, ou bien restent confidentielles, comme l’impact des ondes sur notre cerveau ;-) Mais heureusement, j’ai réussi à trouver cette analyse précieuse de Sadi Plant (Motorola) sur l’effet du téléphone portable d’un point de vue social.

Malgré les apparences, le langage du corps est également important au téléphone

 

A priori on peut se dire qu’au téléphone, votre interlocuteur perçoit uniquement les mots et l’intonation de votre phrase. Le langage du corps qui pourtant est le plus important dans une conversation en vis-à-vis ne peut pas être vu au téléphone et que donc, une part importante du message n’est pas transmise. A cette fin, on pourrait donc considérer qu’il est inutile d’utiliser des gestes lorsque l’on téléphone.

Mais ce n’est pas le cas. Notre corps et nos mouvements ont un impact direct sur notre respiration et par conséquence sur notre façon de parler. Si vous ne me croyez pas, essayer de courir un 100 mètres le plus vite possible et essayer ensuite de parler. ;-) Le rythme respiratoire influt sur l’air expiré et sur la vibration des cordes vocales. Nos mouvements lorsque nous parlons ont donc un impact sur notre intonation et l’énergie de nos mots. Prenons l’exemple suivant autour de la colère :

 

Vous aviez promis d’aller chercher votre ami Ted à l’aéroport, et comme vous avez complètement oublié qu’il rentrait de 2 mois de Thaïlande (sans faire exprès bien sûr), il vous appelle en colère. Si vous étiez l’un en face de l’autre, et heureusement ce n’est pas le cas, vous pourriez voir ses lèvres pressées l’une contre l’autre, les sourcils dirigés vers le nez, les rides entre les deux sourcils apparaître et les pupilles contractées.. Il pourrait également vous pointer du doigt. Sans entendre les mots, le message serait très clair. Votre ami est en colère contre vous.

Au téléphone, vous ne pourrez pas voir ses gestes mais par le ton de la voix et les mots vous n’aurez aucun problème à les imaginer. Dans le hall de l’aéroport, il doit très certainement gesticuler de colère et faire les 100 pas. Si nous montrons de la colère sur notre visage, les muscles affectent aussi notre voix. Elle sera plus profonde et plus serrée. Le rythme de la voix d’une personne en colère peut être plus rapide que la normale, les mots sont entrecoupés et la respiration plus rapide.

Cet exemple sur la colère vaut pour toutes les expressions étudiées dans cet article : les muscles de notre visage affectent notre voix et le message verbal qui sont transmis.

Même si la communication non-verbale ne se voit pas, elle a un fort impact sur l’intonation et les mots que l’on emploie et ainsi sur le message que l’on communique. Très souvent, lorsque l’on est au téléphone avec quelqu’un, on s’imagine les postures et le comportement de la personne à l’autre bout du fil. Faites la comparaison entre votre amie Aline qui vous annonce qu’elle vient d’obtenir le job de ses rêves ou certaines standardistes (pas toutes heureusement :-) ) assises dans leur chaise et n’ayant pas le cœur à répondre au téléphone. Leur façon de tenir le téléphone, de s’exprimer avec les mains, sont diamétralement opposées. Cette image que l’on se créée par les mots de notre interlocuteur aura de fortes chances d’être la bonne.

Chers lecteurs, connaissez-vous le compte twitter et la page Facebook du Décodeur du Non-Verbal ? Venez y faire un tour :-)

4 réponses
  1. Johann
    Johann dit :

    On ne s’en rend pas souvent compte mais c’est vrai que le body language à une grande influence sur notre voix. D’ailleurs si on sourit au téléphone, ça se rensent dans la voix et transmet une bonne humeur, c’est même très conseillé chez les standardistes.
    Tout est lié 🙂

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Envie de vous exprimer ?