Tube à essai

Lisez oui, mais surtout testez, essayez, expérimentez

« Le fossé entre la connaissance et l’action est beaucoup plus grand que celui qui existe entre l’ignorance et la connaissance » – Chris Guillebeau

A notre époque où il est possible d’obtenir et de consommer de l’information n’importe où n’importe quand, il est devenu très facile d’acquérir de nouvelles connaissances. J’espère d’ailleurs qu’en terme de langage du corps, le Décodeur du Non-Verbal vous apporte ce dont vous avez besoin. Mais, comme le suggère la citation, il est aussi important de se poser les questions suivantes :

Comment vais-je mettre en œuvre ce contenu que je viens de découvrir ? Où va cette information quelques jours (quelques heures) après l’avoir lue? Vais-je m’en rappeler ?

Et bien, à moins d’avoir une mémoire eidétique tel Stephen Wiltshire (ces travaux sont remarquables), l’information enregistrée est malheureusement oubliée ou bien seuls quelques souvenirs éparses subsistent. Et je trouve cela vraiment dommage : d’apprendre et de ne pas se souvenir. Pourtant, il existe méthode simple pour retenir ces informations sur le long terme.

Apprendre la communication non-verbale, c’est comme apprendre une recette. Même si on a connaissance de chaque ingrédient, on ne peut connaître la recette qu’en la testant, en l’expérimentant. La communication non-verbale est une science sociale qui ne s’apprend pas, mais qui se vit.

 

Vous avez pu constater que l’introduction de cet article sort quelque peu de la ligne éditoriale du Décodeur. J’ai décidé d’écrire cet article dans le cadre de la croisée de blogs. Cette dernière est un événement entre blogs liés au développement personnel. Pour ce mois d’août 2011, c’est Patrick Boutain du blog Mémoire Facile (que je vous conseille grandement) qui est l’organisateur de cette édition ayant pour thème : “Apprendre, mémoriser et se former tout au long de sa vie”.

Lire ne suffit plus

Lire ne suffit plus – Reading by Paulbence

Ma première rencontre avec le langage corporel remonte à 2007. J’étais à l’époque en stage dans une grande entreprise technologique. Et c’est lors d’une pause-café que l’un de mes collègues m’a parlé pour la première fois du langage corporel et plus précisément de l’orientation des yeux. J’étais fasciné par la mine d’information qu’il était possible de connaître par cette observation et quelques recherches google et pages web lues plus tard, j’avais pris conscience du potentiel de cette discipline. J’avais l’impression de tout connaître et d’être devenu un expert.

Cependant, quelques temps après, vous m’auriez demandé : « Romain, lorsqu’une personne regarde dans cette direction, quelle est la signification ? », j’aurais été incapable de vous le dire. Je me serais très certainement mélangé les pinceaux.  Je n’avais pas synthétisé sous forme mnémotechnique la technique MNV (que j’explique dans le guide de détection des mensonges) et qui me permet de me souvenir rapidement de ce que traduit l’orientation des yeux traduit.

Pourquoi je ne m’en souvenais pas à l’époque ? Tout simplement, car je n’avais pas expérimenté ce que j’avais lu ; les informations que j’avais apprises faisant un bref tour dans ma mémoire pour s’évanouir dans la nature ensuite.


Car il n’y a pas de secret. Pour apprendre le langage du corps, il faut tester, essayer, expérimenter.

Expérimentez ! Le meilleur moyen d’apprendre une science sociale

Bien évidemment, de nombreux travaux dans le domaine de la communication non-verbale ont déjà été réalisés et il ne faut surtout pas s’en priver. Il n’est par exemple plus nécessaire de partir en Papouasie-Nouvelle-Guinée comme l’a fait Paul Ekman dans les années 1970’ pour pouvoir comprendre les émotions.

Beaucoup d’études ont été faites, beaucoup d’encre a coulé sur le sujet, des séries télévisées ont fleuri mais concrètement très peu de matériel pédagogique existe (mise à part certaines formations) pour appréhender de manière concrète le langage du corps, pour tester ces connaissances sur le terrain et en appréhender pratiquement les aspects.

La plupart du temps, il s’agit de réelle consommation de connaissances sans réelle appropriation. Car je le répète, la solution pour apprendre le langage du corps, c’est d’expérimenter et de tester.

Le Décodeur du Non-Verbal – un labo d’apprentissage

Tester, c’est ce que j’essaie de faire à travers le Décodeur du Non-Verbal. J’essaie de partager mes lectures, mon apprentissage et mettre à disposition mes expériences, qu’elles soient dans le domaine de la communication non-verbale (retrouvez cette partie mythique de Trivial Pursuit) ou bien dans ma prise de parole en public (retrouvez ici mon premier discours).

Je n’ai pas la science infuse dans ces domaines – au contraire, je suis en plein apprentissage et les progrès se voient à vue d’œil. J’aime quand vous remettez en question ce que j’écris, j’aime pouvoir discuter et chercher des solutions aux difficultés que vous rencontrez. C’est de cette manière qu’on avance, qu’on avance vite.

Dans le domaine de la communication non-verbale, il est tellement facile de prendre une notion pour acquise. Mais comme dans toute science sociale, elle n’est jamais totalement exacte au sens de suivre une logique inébranlable. Alors si vous ne testez pas en live, connaître la signification d’un geste n’a que peu d’intérêt. Le cas le plus commun d’erreurs sont les clusters que j’explique dans les 3 règles indispensables pour bien décrypter le langage du corps. Sans pratique, il est facile de se tromper et de mal interpréter un geste esseulé. En testant, on affine son jugement et l’interprétation devient de plus en plus pertinente.  Être un expert dans l’interprétation du langage du corps ne peut se faire qu’avec la pratique afin d’aiguiser son sens de l’observation et façonner son sens de l’analyse.

Lisez-vous le blog en spectateur ou le pratiquez-vous ?

Pour tester ses connaissances et les renforcer, diverses formes et méthodes sont possibles.  Mais au final,  j’en préconiserai une seule.

Il y a tout d’abord les tests en ligne. En voici deux : le premier vise à différencier les sourires sincères des sourires forcés. Le second est le test de reconnaissance faciale des microexpressions de Paul Ekman. Basé sur la répétition de certains patterns d’émotions, notre mémoire est sollicitée de façon à mieux les retenir. Pour moi, ce genre de test et d’exercices, ce n’est que de l’échauffement.

Car il faut être réaliste. Être derrière un écran et s’entrainer c’est bien mais rien ne changera la pratique sur le terrain. Et c’est là où la plupart des gens s’arrête. En faites-vous partie ? Car si vous me suivez depuis le début, vous savez que c’est sous cet aspect bien particulier que j’essaie de construire le blog ou que j’ai écris le guide : la pratique.

Alors désormais, si vous désirez vraiment développer votre sensibilité et votre rapport aux gestes, je vous demanderai de faire l’exercice suivant. Il sera à appliquer à chaque nouvel article ou thème du blog :

Exercice :

1)      Prenez un article/une idée du blog : par exemple, 70% des personnes croisent leurs bras avec leur bras gauche au-dessus de l’autre.

2)      Prenez un carnet et faites deux colonnes. L’une où il est écrit : « Gauche au-dessus de droit » et l’autre « Droit au-dessus de gauche »

3)     Testez : Sortez dans la rue/métro… et comptez le nombre de personnes avec les bras croisés et mettez une barre dans l’une ou l’autre des colonnes.

4)      A la fin de la balade, faites le total. Vous verrez dans un premier temsp vous que n’atteindrez pas exactement 70 %, et qu’ensuite, vous aurez fait un effort conscient d’observer le fait suivant : la plupart des gens ont le bras gauche au-dessus du droit. Cette information fait désormais partie de vous  ; vous l’avez mémorisée.

C’est donc avec un exercice concret et pratique que vous pouvez enregistrer l’information dans votre mémoire à long terme. De la même manière, quand je vous dis que le sourire est une arme fatale, ne me croyez pas sur parole si vous n’en n’êtes pas déjà convaincu mais testez-le. Souriez pendant une journée à quiconque vous croisez et regardez les effets ravageurs d’une belle dentition à l’air libre. 😉

Pour résumer, et si vous ne l’avez pas déjà compris, je voulais à travers cet article vous pousser à agir. Car ce n’est pas en lisant des techniques sur le langage du corps qu’on apprend à le décrypter mais en testant ces techniques qu’on se les approprie. D’ailleurs, lors de votre prochaine ballde d’expérimentation, n’oubliez pas que le blog est accessible via l’iPhone. Cela pourra vous servir si vous souhaitez vérifier l’une de vos observations. 🙂

J’ai parlé de balade d’observation. Peut-être avez-vous d’autres techniques/endroits pour aiguiser votre sens de l’observation. Si c’est le cas, on se retrouve dans les commentaires car je suis curieux de les connaitre. 🙂

9 réponses
  1. Santoryo
    Santoryo dit :

    Je pense tu as tous dit :] le tout est l’action ! tu aura beau lire des livres , articles sur la communication non-verbale ! si tu ne mets pas en pratique je pense pas tu arrivera pas à grand chose. à moins que tu sois une personne qui est une bonne mémoire ! Et je pense pour n’importe quel domaine bien souvent la pratique est primordial, la pratique te permet de voir de tes erreurs afin d’être plus vigilent la prochaine fois.

    Pour mieux pratiquer je pense le mieux c’est ce que tu as proposé prendre un article et l’expérimenté jusqu’a ce que tu sois bien à l’aise et ensuite tu passe à un autre article ! et le mieux pour pratiquer ce genre d’exercice c’est de se mettre dans un endroit ou il y a du monde tels que : supermarché , fête , attente d’un bus , etc… ou il y a backfull !

    Sinon juste comme sa Romain t’en pense quoi de la synergologie?

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Je m’intéresse de prêt à la synergologie et je trouve les enseignements de Turchet très pertinents. Mais pour l’instant, je n’ai pas le temps de m’y former même si cela reste bien entendu dans un coin de ma tête.

      Répondre
  2. JY Potion de vie
    JY Potion de vie dit :

    Rien ne vaut l’expérience pour l’apprentissage et la mémorisation.
    Beaucoup de gens passent énormément de temps à lire, mais au lieu d’appliquer…. ils lisent d’autres livres !

    Un truc qui aide à la mémorisation, c’est de faire un résumé du livre sur papier (pas ordinateur) dès qu’il est terminé (le mieux c’est encore de chaque chapitre)
    C’est ce que j’utilise et ca marche bien pour les livres.

    Sinon l’information enregistrée n’est pas forcément oubliée.
    Nager, faire du vélo, ta maison d’enfance, les personnes que t’as rencontré, apprendre à conduire etc.

    Ca dépend de la répétition, de la mémoire procédurale, et aussi et surtout les émotions.
    Si t’arrives à associer ta liste des courses d’un jour précis à un souvenir que tu as DEJA dans ta mémoire à long terme, je peux te garantir que tu la retiendra toute ta vie si tu le souhaite.

    Bon l’utilité de cet exemple est très discutable, mais dans tous les autres domaines il y a un réel plus.
    En ce qui concerne Ekman, tu peux mémoriser tout le FACS si ca te chante, ou bien un futur avocat peut mémoriser tout le code civil. Là c’est déjà plus puissant.

    Certains gars mémorisent le coran, et la mémorisation de poèmes est une épreuve des championnats du monde.

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Il y a une époque où je faisais comme toi Jean-Yves des résumés de livre (surtout ceux relatifs au développement personnel) afin d’en garder l’essence et les grandes idées. Un mûr de ma chambre parsemé de feuilles A4 y était quasiment consacré.

      Répondre
  3. Michael
    Michael dit :

    Ton article m’a beaucoup fait réfléchir.

    Je me suis donc demandé si je faisais bien tous les exercices des livres que je lis… la réponse est non… je pense que le pourcentage de personne qui les font est d’ailleurs tres faible.

    Alors pourquoi?

    Tout d’abord parce que certains exercices
    sont beau sur papier mais difficile a mettre en place.
    ne me concernent pas (du moins c’estce que je pensais)
    demandent un effort…

    Je pense que c’est surtout ca le probleme : lire dans son canapé et réver de changer soi et le monde, ca va. Mais se lever et agir… c’est fatiguant! 🙂

    Michael

    Répondre
  4. Pascal
    Pascal dit :

    Ce que tu dis est vrai, beaucoup de personnes lisent l’information mais ensuite ne l’appliquent pas.

    Pour ma part, j’ai tendance à aiguiser mon sens de l’observation un peu partout, mais surtout dans mon école, où je peux observer les dynamiques sociales et c’est très intéressants de les analyser. Car après tous ces petits jeux m’ont beaucoup servi après dans mon travail.

    Je dis que ce sont des jeux parce qu’il faut que ce soit amusant, je prends plaisir à observer le langage non verbal. Si je ne trouvais pas de plaisir, ça ferait longtemps que j’aurai arrêté.

    Répondre
  5. nathalie
    nathalie dit :

    bonjours, j’aime bien me mettre sur une terrasse ou autres endroit public écouteurs sur les oreilles pour ne pas entendre les conversations et simplement observer. un peu comme dans un film de mime

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Envie de vous exprimer ?