Gorille

Les animaux et la communication non-verbale

J’accueille aujourd’hui François, vétérinaire et auteur du blog santé animale avec qui j’ai eu récemment l’occasion d’échanger autour du thème « Les non-verbal chez les animaux » suite à la publication de l’un de ses articles consacré aux bases de l’éducation animale. Ce sujet passionnant et à l’origine de nos propres comportements vous permettra de mieux appréhender votre propre langage corporel.

Si dans les différentes espèces animales le répertoire vocal est plus ou moins évolué, le non-verbal aura aussi une importance capitale.

Des insectes aux espèces plus évoluées sur l’échelle de l’évolution, je vais tenter dans cet article de vous expliquer rapidement comment les animaux communiquent entre eux, par des attitudes posturales, mais pas seulement.

Il est intéressant pour nous humains de connaître le langage des animaux, parce qu’il nous permet au mieux de communiquer avec eux. Et parfois même se prémunir de certains dangers.

Par exemple, il vaut mieux éviter de s’approcher trop près d’un serpent qui prend une posture caractéristique en « S », car il signale de la sorte son intention d’attaquer.

Ah, petite précision pour le reste de l’article, il n’y aura rien de magique, chamanique ou ésotérique. On trouve malheureusement beaucoup sur internet des quantités d’information sur des soi-disant personnes capables de parler aux animaux. Ces dernières proposant alors bien souvent des formations très chères pour pouvoir à notre tour parler avec les animaux… Ce que j’en pense ? Pour citer Bartabas, l’illustre artiste spécialiste des spectacles équestres

« L’homme qui murmurait à l’oreilles des chevaux ? je l’ai surtout vu murmurer à l’oreille des gonzesses ! »

Plus sérieusement, il y a des études et des faits scientifiquement prouvés. C’est là-dessus que je vais m’appuyer.

Insectes, arachnides et reptiles pas si bêtes !

Dans les bases du comportement animal, il existe une différence entre un comportement phylogénétique, inné et commun à toutes les espèces, d’un comportement ontogénique, appris, et propre à un individu.

Araignée agressive

Disons pour résumer que pour les espèces les moins évoluées sur l’échelle de l’évolution, la majeure partie des comportements sera d’origine phylogénétique, innés.

OUI MAIS : cela ne veut pas forcément dire que ces comportements ne sont pas élaborés !

Bien entendu il y a des basiques que l’on va retrouver dans toutes les espèces, exemple le comportement agressif. Il est assez amusant de noter qu’au niveau de la gestuelle, un animal agressif voudra toujours adopter des gestes qui le montrent plus imposant qu’il n’est en réalité.

La mygale prête à en découdre va lever ses premières paires de pattes vers le ciel pour exposer ses crochets à la vue de l’intrus. Le cobra va se dresser et se « coiffer », indiquant ainsi qu’il est sur le point de déclencher une attaque.

Mais on va retrouver chez certaines espèces un langage corporel beaucoup plus subtil et notamment chez l’abeille.

Figurez vous que pour indiquer une source de nourriture, celle-ci va décrire des cercles, mais pas n’importe comment.

Danse en rond de l’abeille

Elle va effectuer la « danse en rond »  pour une source qui se trouve à une distance maximum de 20 mètres, et une « danse frétillante » pour une source plus éloignée.

La danse oscillante de l’abeille

 

Et les mammifères alors ?

Un cheval agressif

Le répertoire comportemental des mammifères est, bien entendu plus riche que celui des insectes. Et l’on retrouvera chez eux une communication non-verbale extrêmement dense. Chez ces animaux, la communication passe énormément par le langage corporel et facial.

Ce sont des animaux qui communiquent énormément entre eux, mais aussi avec leurs propriétaires et il peut être intéressant d’avoir les clés de décryptage de leur langage pour éviter certaines erreurs d’éducation, par exemple. Savoir reconnaître un chien dominant d’un chien dominé dans un même foyer permet d’éviter des conflits incessants. A ce titre, laissez les chiens se battre une bonne fois pour toute pour ne plus les voir ensuite se chamailler.

On retrouve beaucoup de similitude entre le langage non-verbal des chiens et chats et il n’est pas étonnant de voir que ceux-ci peuvent souvent se comprendre.

Reprenons l’exemple du comportement d’agression chez le chien et le chat. Que retrouvons nous ? Des animaux qui essaient d’en imposer. Ils ébouriffent leurs poils, retroussent leurs babines, se voussent le dos, tout ça pour paraître plus grand et plus fort qu’ils ne sont en réalité.

Ainsi un chien qui n’aurait jamais vu un chat de sa vie et que l’on placerait en présence d’un chat agressif va comprendre le message qui lui est adressé… si tu approches, gare à toi !

On retrouve aussi ces similitudes avec nos grands comportements à nous humains. Un animal agressif va avoir un visage aussi tendu que votre patron le lundi matin à la réunion hebdomadaire.

Un chien anxieux aura le même visage qu’un homme timide. Les commissures des lèvres tirées en arrière, le profil bas.

La parole c’est votre truc les humains, mais nous on a…

Les phéromones.

On ne pouvait parler du non-verbal des animaux sans évoquer ce mode de communication vraiment très développé chez eux, plutôt pauvre chez nous. Les phéromones sont des substances chimiques qui vont agir comme messager pour les animaux d’une même espèce.

Les animaux peuvent les sentir, car contrairement à nous, ils disposent d’un capteur très développé : l’organe de Jacobson, ou voméro-nasal.

Croyez moi, pour un vétérinaire comme moi, c’est vraiment une plaie. Tous mes confrères vous le diront, il suffit de recevoir un chat agressif à 8 H 00 le matin pour que la journée se passe mal avec tous les autres chats de la journée. Même les plus gentils auront un comportement un peu tendu ce jour-là. Pourquoi ? Parce que le premier chat de la journée aura largué sa dose de phéromones de stress, avertissant ainsi ses congénères.

Combien d’entre vous ont eu l’expérience de voir leur animal terrorisé en arrivant chez le vétérinaire ? Même si c’est la première fois qu’ils vont chez un nouveau vétérinaire (donc ils n’ont pas pu associer l’endroit à une expérience désagréable ) ?

Les phéromones vont aussi parfois nous servir en santé animale pour mettre en place des protocoles thérapeutiques. Il existe chez le chat et le chien des problèmes comportementaux qui se soignent grâce à des diffuseurs de phéromones maternelles, émises pendant le jeune âge de l’animal et qui auront tendance à le détendre.

Chez les humains ? On peut attribuer aux phéromones un phénomène assez intriguant qui est la synchronisation des menstruations dans un groupe de femmes vivant en communauté fermée. Pour le reste, des études sont en cours car ceci représenterait un marché énorme pour l’industrie pharmaceutique. Vous imaginez un peu ? Devenez plus attirant grâce à ce spray aux phéromones de Georges Clooney ? 😉

6 réponses
  1. Pierre
    Pierre dit :

    Pour ce qui est des animaux stréssés chez le vétérinaire, n’existe t il pas des produits qui permettraient de diffuser des senteurs « apaisantes » que les animaux connaissent ? Cela permettrai de calmer tous les visiteurs assez rapidement !?

    Répondre
  2. drFrancois
    drFrancois dit :

    Malheureusement non. Il existe bien des phéromones à diffuser, mais l’intensité du stress ne pourrait être contre balancé par des phéromones apaisantes. Crois moi que si ça existait, mon métier n’en serait que plus facile!

    Répondre
  3. Arieli
    Arieli dit :

    Bonjour Romain

    En préambule et pour réagir à cet article, je dirais qu’il y a parfois des humains qui se comportent comme des animaux.

    On parle « du roquet » agressif pour faire croire qu’il est plus gros et plus puissant que ce qu’il paraît. Les personnes qui répètent tout comme les perroquets. Pour d’autres, ils filent comme un serpent, tout en sinuosité.

    Vous avez aussi des individus aussi bornés que des ânes et j’en passe…

    Bref, la communication animale ressemble à s’y tromper avec ce que dégagent les êtres humains. Les comparaisons entre les espèces ne manquent pas. Il faut juste se rappeler les fables de Henri de La Fontaine…

    Répondre
  4. mentaliste.biz
    mentaliste.biz dit :

    Bonjour Romain,

    Excellent cet article, sur le comportement des animaux et nous avons gardés en fait au fond de nous, cette pseudo partie animale dans notre gestuelle.

    Joel

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Envie de vous exprimer ?