ascenseur

La police de l’amour autorise le contact visuel dans le métro

Qui n’a jamais vécu ce moment de solitude lorsque, une fois franchis le hall de son lieu de travail, l’on se retrouve dans un ascenseur rempli de personnes inconnues au bataillon ? L’ambiance qui se dégage : pesante. Pas un mot, pas un regard. Simplement une atmosphère lourde qui règne dans cette cage de quelques mètres cube.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ?

Ce climat est similaire lorsque l’on prend le métro (la ligne 13 du métro parisien se doit à ce titre de porter la palme d’or) : pas un mot ne sort, on s’évite du regard.

Des gens désagréables ?

En fait, je suis persuadé que chacun d’entre nous pourrait avoir une discussion intéressante avec la dame juste à côté ou l’homme en costard/cravate d’en face. Pourtant ils ont l’air de tirer la tronche. 🙁 Aussi étonnant que cela puisse paraître, ils ont de fortes chances d’être heureux. 🙂 Simplement, tous ces gens ont appris un même code, une même règle et s’attachent à ne pas l’enfreindre.

Si vous êtes curieux,  je vous propose à la fin de l’article 2 vidéos très sympas illustrant ce que je vais vous expliquer.

Les règles de bonne conduite dans un ascenseur

En effet, il existe une liste de règles non-écrites que la plupart des cultures suivent assez scrupuleusement lorsqu’elles se retrouvent dans des endroits à forte affluence. Je parle ici du nombre de personnes/m2. Par exemple dans un ascenseur, lorsque l’on se tient dans une file d’attente afin d’acheter son billet de train ou dans les transports publics. Voici ces règles :

  1. Je me dois de ne parler à quiconque. Cette règle n°1 inclut également les personnes que je connais.
  2. Tout contact visuel avec autrui est prohibé.
  3. Garder un visage neutre est conseillé. Aucune émotion visible ne sera tolérée.
  4. Ouf, j’ai un livre ou un journal (pas les 20min qui pourrisse le cerveau svp), je vais faire semblant d’être complètement absorbé par cette lecture.
  5. Variante de la règle 4. Je garde mes écouteurs de mon iPod dans les oreilles
  6. Oula, il y a du monde dans cet ascenseur, mieux vaut ne pas bouger.
  7. Il est important que je regarde chaque numéro de l’ascenseur défiler (afin de trouver une excuse à ne pas outrepasser la règle 2).

Appliquez-vous également ces règles ? 😉

Ce  comportement est une sorte de masquage. Il s’agit tout simplement de tentatives visant à cacher nos émotions aux autres en portant un masque le plus neutre possible. Mais d’où viennent ces règles vous me direz ?

De l’intrusion non désirée dans l’espace intime

 

Hmm. Même si le titre tend à être un peu racoleur, laissez-moi vous l’expliquer. 😉

Pour désigner les gens qui voyagent avec nous pendant les périodes de pointe, on emploie souvent des mots comme « désagréable », « malheureux » ou bien encore « abattu ». Ces mots sont utilisés pour décrire le vide émanant des expressions, des regards des voyageurs mais en fait il s’agit d’un mauvais jugement. Ce que l’on observe, c’est un groupe de personne qui masque ses émotions. Ils ne sont pas forcément tristes. En fait ils adhèrent aux règles afin d’éviter l’invasion non désirée dans leur zone intime. Il s’agit donc de se protéger de cette intrusion non désirée.

En arrivant sur Paris, avec tout la fraîcheur d’un provincial, j’avais ce même apriori et me disais que je ne tomberai pas dans ce mimétisme si triste. Pourtant, les trajets dont je me souviens, ce sont ceux où j’ai pu donner un coup de main à un voyageur encombré par sa valise, laisser ma place à une personne et de voir un sourire sur leur visage. Le reste du temps, mes sourires sont souvent pris pour quelque chose de non conforme. En effet, sourire n’est pas un comportement accepté dans la liste que l’on vient de voir.

La police de l’amour – le contact visuel est autorisé dans le métro new-yorkais

 

« The Love Police » – littéralement « La police de l’amour ». Pas de commentaires, tout est dans la vidéo. J’aurais bien aimé être dans ce wagon tout de même 🙂

Image de prévisualisation YouTube

Quand je vous disais plus haut que les gens ne sont pas forcément désagréables mais suivent tout simplement des règles de conduite pré-établies. Regardez cette expérience que j’ai découverte sur le blog de Félix. La scène se passe dans un ascenseur. Il s’agit du principe de preuve sociale, qui consiste à appliquer les gestes et attitudes de ceux qui nous entourent. Cet exemple dans l’ascenseur est bluffant (hilarant ?) :

Image de prévisualisation YouTube

Maintenant que vous connaissez-vous ces règles, les utilisez-vous ? Avez-vous des variantes ? Si vous n’avez pas prêté encore attention à ce genre de choses, essayez d’analyser gestuellement vos compagnons de voyages et postez vos impressions dans les commentaires. 😉

7 réponses
  1. Axel
    Axel dit :

    L’ambiance des grandes villes c’est spécial et c’est vrai qu’à Paris il n’est pas trop dur de sortir de la masse en étant quelqu’un un minimum dynamique et souriant. Ce qui est marrant c’est que j’ai eu la même réflexion que toi récemment sur la pression sociales qui règne dans les transports en commun lorsque l’on respecte les fameuses règles dont tu parle.

    Ça fait plaisir de voir des gens dynamiques comme dans la vidéo, j’espère que cela aura changé la vie de certains des passagers.

    Répondre
  2. Fajr Breeze
    Fajr Breeze dit :

    Nous au Maroc, on a le tram qui a le même problème que votre métro. Rien que des robots, c’est pour ça que je vous demande l’autorisation de traduire quelque phrases de votre post on citant bien sûr la source.

    Répondre
  3. Gilianes
    Gilianes dit :

    Salut Romain ! Je trouve la vidéo de l’ascenseur totalement bluffante … néanmoins, tu noteras qu’elle relève davantage de la psychologie des petits groupes, un champ expérimental très en vogue aux US dans les 50′ que de la communication non verbale. d’ailleurs, c le sujet le plus jeune, et aussi celui qui n’a pas le bon dress code que est le plus influençable ! je me disais aussi que c étonnant comme il est plus facile d’influencer un petit groupe en étant un participant que l’animateur … et plus facile de convaincre 3 personnes dans un dialogue plus ou moins informel qu’une seule dans un entretien en face à face (son boss par exemple et a fortiori son futur boss !). en tout cas bravo pour tes articles, j’enchaîne avec plaisir et sans ennui (pas de tête dans la main ….).

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Envie de vous exprimer ?