Lorenzo Pancino

Interview de Lorenzo Pancino, la voix d’un « Dîner presque parfait »

Aujourd’hui, je reçois sur le blog Lorenzo Pancino. Comédien voix-off-animateur radio/télé, expert en coaching vocal et prise de parole, Lorenzo a de nombreuses casquettes dans le monde vocal. Il est d’ailleurs la voix d’un « Dîner presque parfait« . C’est donc dans le but d’en savoir un peu plus sur cet expert et sur l’importance de la voix dans la communication que je me suis rendu avec ma caméra dans les studios de Lorenzo pour l’interviewer.

Trêve de bavardage, c’est ici que cela se passe :

Pour découvrir toutes les techniques de Lorenzo et prendre la parole sans stress, cliquez ici…

Transcription texte de la vidéo

Romain Collignon : Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo du Décodeur du Non-Verbal. Je suis actuellement en compagnie de Lorenzo.

Bonjour Lorenzo,

Lorenzo Pancino : Bonjour Romain.

Romain Collignon : Peut-être ne connaissez-vous pas son visage, mais je suis sûr que vous connaissez sa voix. Lorenzo, tu as plusieurs casquettes : animateur radio, télé, comédien voix-off, tu fais aussi du coaching et des formations pour les métiers de la voix. Tu es donc un spécialiste de la voix et tu as lancé récemment une formation en ligne qui s’appelle Maxxivoice. Je pense qu’on va pouvoir en parler plus tard dans l’interview. Pour commencer, est-ce que tu pourrais nous parler de toi, de ton parcours, et de comment tu es devenu un spécialiste de la voix ?

Présentation de Lorenzo Pancino

Lorenzo Pancino : C’est simple. Déjà, tout petit (rire)… Tout petit parce qu’à l’âge de 5 ans je commençais à m’amuser avec un petit magnétophone que m’avait acheté ma mère. Je faisais des voix, j’imitais des accents, j’essayais de faire de Funès, etc. Ça m’a finalement suivi toute ma vie. Quand j’ai eu une vingtaine d’années, j’ai commencé à penser à faire de la comédie, de la radio, dès le début des années 80 avec la FM… Je te parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, cher ami (rire). Je suis parti aux États-Unis étudier la radio et je me suis dit que c’était ça que je voulais faire. Ce qui m’amusait, c’était l’idée de faire l’idiot, le con on peut le dire, de faire le show à la radio. J’ai commencé à aller apprendre le métier de la radio, puis le métier de la télé, et puis j’ai appris qu’en parallèle de la radio on pouvait aussi faire des voix et gagner sa vie avec les voix-off, donc j’ai commencé à faire des pubs, et je suis devenu au fur et à mesure un expert dans tous les domaines de la voix, de la voix-off, de l’animation radio. J’ai fait aussi de la télé. En 91 ou 92, la célèbre école Studio École de France m’a appelé pour former des animateurs radio. Là, j’ai formé tous les grands de la FM aujourd’hui, qui sont devenus des stars, comme Michaël Youn, Fred Testot, Jean-Pierre Dannic qui est mon ancien auteur et aussi l’auteur de Fun Radio avec Cauet. J’ai formé le duo de Kad et Olivier. Louise Bourgoin est passée entre mes mains. Après, j’ai formé plein de personnalités, comme Cyril Lignac récemment pour M6, ou Laura du Web sur France 2 Télématin. Je leur ai appris à poser leur voix. Le but du jeu était de leur apprendre les techniques marketing de radio ; comment apprendre, au lieu de faire des phrases de 3 kilomètres, à les faire en 10 ou 20 secondes. Être capable d’apprendre les bases de ce métier qui sont sourire, conviction, enthousiasme, les trois mots-clefs que toute personne doit connaître à partir du moment où elle regarde une caméra, qu’elle parle dans un micro, ou tout simplement qu’elle s’adresse à un public. Au fur et à mesure de ces années, j’ai eu en parallèle la radio, la voix-off et le coaching. Et puis il y a quelques années, en 2004, j’ai monté mon premier centre de formation qui s’appelle Coaching Voix Off. C’est un centre de formation pour les métiers de la voix-off et de l’animation radio. J’ai formé plus d’un millier de personnes. Il y a deux ans à peu près, j’ai créé Coaching Voix Off Online. C’est ça qui a été à la genèse de Maxi Voice. En gros, j’ai créé la première formation en ligne pour apprendre aux gens le métier de voix-off dans toute la francophonie. C’était un genre d’e-learning, c’est-à-dire une formation en ligne, où les gens apprenaient avec des coaches à distance le métier de voix-off. Beaucoup de gens voulaient apprendre le métier de voix-off,  mais aussi des directeurs commerciaux, des chefs d’entreprise, des hôtesses, des avocats, des gens qui avaient besoin de communiquer avec leur voix tous les jours venaient me voir et me disaient : «  je voudrais bien tout simplement apprendre à mieux parler et je vois que tu es un expert dans le domaine. Est-ce que tu peux m’apprendre ? » Ça a commencé à trotter dans ma tête et je me suis dit que j’allais prendre les meilleurs techniques que j’enseigne aux pros et aux futurs pro de la voix-off et de l’animation radio et essayer de créer des techniques pour le grand public et les entreprises, et puis les particuliers. Et donc, j’ai créé Maxxivoice. J’ai écrit comment arriver à donner des techniques, comment former des gens à distance. Les gens sont chez eux, c’est en ligne avec des vidéos, et surtout avec un système que j’ai inventé qui permet d’enregistrer directement les gens sur la plate-forme, ce qui fait qu’ils peuvent progresser, s’écouter, etc. Donc voilà, j’ai mis mes 25 ans d’expérience, tout mon savoir, et surtout j’ai mis dans mes méthodes la méthode que j’ai employée sur moi pour progresser. C’est ça qui est assez incroyable. C’est une méthode qui a été prouvée puisque je l’ai testée sur moi et sur toutes les personnes à qui j’ai enseigné mes techniques. C’est pour ça que je sais que mes techniques et ma méthode fonctionnent. C’est vraiment ma passion. Tu l’auras remarqué, je suis toujours passionné dans ce que je fais. (Rire)

L’importance de la voix dans la communication

Romain Collignon : Super, Lorenzo.  Sur le blog du Décodeur du Non-Verbal, on parle beaucoup de communication non-verbale…

Lorenzo Pancino : Donc je ne bouge plus ! (Rire)

Romain Collignon : Au contraire. (Rire) Dans la communication, c’est très important, mais il y a aussi la voix qui est importante dans toute communication. Qu’est-ce que tu penses de ça ?

Lorenzo Pancino : C’est simple : 75% de l’impact de ton message quand tu communiques avec des gens passe par la voix. Beaucoup de gens disent qu’il y a le geste, qu’il y a le contenu… Dans les premières secondes, à partir du moment où tu parles, c’est la voix que ton auditeur, que ton public ou ton téléspectateur va entendre. C’est la voix la première chose. S’il te voit il va regarder ton physique. C’est pour ça que la présentation est importante. Mais dès que tu te mets à parler, c’est la voix qui est importante. Si ta voix chevrote, monte dans les aigus, ou bien si tu n’es pas stable et te mets à être totalement déstabilisé par l’enjeu, par ce que tu es en train de faire, c’est ta voix qui traduit tes émotions. Donc la voix est super importante. C’est en fait la base de toute communication orale. Beaucoup de gens disent que pour la prise de parole en public, il faut être bien sur scène, avoir les pieds bien à plat, il faut regarder les gens, être sûr de son contenu. Oui, mais si tu es mauvais sur la forme, que ton positionnement, ta respiration et ta voix ne sont pas stables, tu auras beau avoir le plus beau des contenus, ça ne passera pas. La voix est ce qu’il y a de plus important, car ça transpire ton émotion, tout ce que tu es. Si tu es stable, si tu es serein, si tu sais que maîtriser ta voix, tu maîtrises totalement ce que tu communiques, et donc tu te maîtrises toi. Tu n’essaies plus d’être, tu es tout simplement.

Romain Collignon : Merci Lorenzo. Dans ton coaching, dans ton expérience, la prise de parole en public ou avec d’autres personnes est importante. Du coup, tu me disais qu’il faut être à l’écoute de sa voix. Qu’est-ce que tu entends par là ?

La peur de parler en public

Lorenzo Pancino : Tu sais que beaucoup de gens ont du mal avec la prise de parole. C’est une des peurs principales des gens. Il y a un célèbre comique américain, Jerry Seinfeld, qui dit dans l’un de ses sketchs que la peur de parler en public est la première peur devant la mort, c’est-à-dire que les gens ont plus peur de parler en public que de mourir. Il dit que dans un cimetière, les gens préfèrent être dans un cercueil que de prononcer l’oraison funèbre. (Rire) Et c’est typiquement ce que les gens ressentent aujourd’hui. À l’idée de prendre la parole,  80% des gens vont être tétanisés. Pendant 3-4 minutes, voire plusieurs jours avant de faire un discours ou de présenter un produit et faire face à leur patron ou leurs collaborateurs, ils sont totalement tétanisés, ils ont la boule au ventre, certains se portent même malades pour ça. Pourtant, les gens savent de quoi ils vont parler puisque ça fait des semaines et des semaines qu’ils préparent leurs sujets, donc ce n’est pas le contenu qui leur fait peur. Ce qui leur fait peur, c’est le jugement de l’autre, la peur d’être ridicule, et forcément de tout oublier si notre cerveau n’est plus relié sur le moment, sur la façon dont on va paraître aux yeux de ses collaborateurs et de son entourage, etc. Cette peur là peut être maîtrisée en maîtrisant tout simplement sa respiration. Il y a des techniques de respiration, des techniques vocales… Savoir bien articuler par exemple. Vous avez remarqué comme beaucoup de gens parlent trop vite ? Ils veulent se débarrasser, ou la pensée va trop vite, et donc ils parlent beaucoup trop vite. Être capable de bien articuler, poser sa voix. Là, pendant que je te parle, mon ventre est toujours le plus bas possible. Il faut parler avec le ventre. La plupart des gens parlent avec les poumons, donc laissent entrer l’air dans les poumons. Et plus l’air est dans les poumons, plus on observe cet effet de bouteille d’eau qui se remplit, le stress monte et la voix avec, et forcément le cerveau n’est alors plus relié au cœur ni au ventre. L’alignement n’est plus là. Si l’air ne circule pas, tu ne peux pas parler, c’est impossible. Ou alors ta voix va monter, et tu vas être totalement déstabilisé… Et pour ton public en face, c’est une horreur, parce que tu vas avoir les regards des gens en face. Là, tu ne penses plus qu’à une chose, c’est à ta feuille, et tu vas trembler. Au lieu de parler aux gens, tu vas te focaliser sur ton texte, et c’est la dernière chose à faire. Donc, maîtriser la respiration, être à l’écoute de ta voix, ça te permet de comprendre comment tu fonctionnes. C’est un peu le test du répondeur. Tu sais, c’est : « Bonjour, je ne suis pas là pour le moment, etc. » Les gens se détestent quand ils réécoutent leur voix sur leur répondeur. C’est apprendre aux gens à s’aimer, à aimer sa voix, à aimer s’écouter. Une fois qu’on sait comment fonctionne sa voix, comment l’analyser, l’impact qu’a sa voix, c’est beaucoup plus facile quand je dis avec une voix qui monte et qui descend : « Bonjour et bienvenue dans cette superbe soirée ». Tu t’écoutes, tu te dis que ce n’est pas terrible. Mais si je t’apprends à dire la même chose avec une voix bien posée, tu te dis que tu assures. Si je t’apprends à faire cette voix-là, à faire ce ton-là, tu vas dire « wow, finalement j’aime bien quand je parle ». Tu vois la différence ? C’est ça que j’enseigne. C’est en gros à savoir s’écouter avec une bonne musicalité, avec une musicalité que tout le monde a. Par exemple, quand tu entends un animateur ou un présentateur à la télé, ou un bon orateur, tu te dis que tu as l’habitude d’écouter ce genre de voix et ça te rassure. Alors, tu l’écoutes. L’inverse te dérange. Il faut arriver à bien s’écouter et à avoir cette bonne musicalité. S’écouter, c’est la première base pour bien parler en public, et ensuite bien respirer. Et ensuite, il y a une troisième chose.

Le langage du corps et la voix

Romain Collignon : On pourrait enchaîner sur le langage du corps et la voix. Tu as travaillé à la radio notamment, et derrière un micro ou une caméra, tu bougerais de la même façon, je pense ?

Lorenzo Pancino : (Accent italien) Oui, moi je suis italien, c’est normal… (Rire) Si on nous coupe les mains, on parle peu. Mais il y a quand même des choses à ne pas faire. Par exemple, je parle avec les mains mais je les contrôle quand même. Tu remarqueras chez les gens que quand ils parlent, quand tu leur fais lire un texte, ils sont raides, ont les épaules rentrées, au lieu d’être tout simplement posés. Regardez tous les présentateurs quand ils parlent, ils savent poser leurs mains. Quand vous le faites, vous inspirez confiance, vous montrez que vous êtes stable, serein et calme. Ça, ça rassure le téléspectateur, ça rassure le public, parce que ça montre que vous êtes à l’aise, vous êtes bien. Au niveau du geste, il suffit d’avoir le dos droit, le ventre bas, voilà. Quand je dis le ventre bas, on laisse gonfler le ventre, comme si on allait faire pipi ou qu’on avait mangé une bonne choucroute avec du cassoulet et un peu de spaghetti. On a le ventre bien rempli. Si on se lâche, comme ça, vous voyez en quelques secondes que vous allez mieux, que vous vous sentez mieux, parce que tout à coup vous n’avez plus besoin de contrôler. Le secret de tout ça, c’est de ne plus contrôler. C’est, je dirai, apprendre à contrôler et à maîtriser pour ne plus contrôler. La maîtrise de la voix et de la respiration te permet de ne plus contrôler ce que tu es, et donc de ne plus être crispé. En gros, tu contrôles ta respiration, tu contrôles ce que tu es, pour te lâcher plus sereinement. C’est le fait de contrôler ta respiration et ta façon de parler qui te permet de te lâcher plus facilement, et de ne plus y penser.

Romain Collignon : Aurais-tu des choses à rajouter par rapport à cette interview ?

Lorenzo Pancino : Oui, il y a cette notion d’écoute, de respiration, de geste, mais il y a aussi des choses qu’on n’enseigne nulle part, ce sont les techniques de présentation pour capter l’attention. Être capable par exemple quand on a un public en face de soi de parler dans les yeux, regarder les gens dans les yeux. Quand on fait ça dans une salle, les gens sont plus gênés que vous-même. Plus vous allez regarder les gens dans la salle, plus les gens se sentent concernés par ce que vous dites. Au fur et à mesure, vous faites l’adhésion totale de votre salle. Évidemment, si vous avez mille personne vous ne pouvez pas avoir tout le monde, mais rien que le fait d’avoir les deux ou trois premiers rangs, ça les stimule et les rend accros à ce que vous dites. Vous pouvez arriver à fasciner les gens tout simplement en leur souriant, en leur faisant un petit clin d’œil, et progressivement, vous vous mettez tout le monde dans la poche. Ça c’est un petit truc. Après, en matière de techniques de présentation, il y a un truc très important quand on parle en public ou face à une caméra, c’est d’automatiser les vingt première secondes d’un speech. Quand vous rentrez sur scène, ce qu’il y a de plus terrifiant, ce sont ces vingt premières secondes. C’est le bonjour. Si on est capable de gérer son stress avant avec la respiration, au moment tu entres en scène, ton ventre est stable, et tu as automatisé ton bonjour. Si tu automatises ces vingt première secondes de ton discours, c’est-à-dire que tu l’as complètement dans ta tête et que tu sais le ton qu’il faut employer sur ces premières secondes, ensuite tu connais le reste de ton contenu. Il y a toujours quelques petites techniques pour relancer la machine, pour sourire, pour séduire, mais le reste de ton discours après c’est tout simple. Après, c’est une question d’organisation de ton speech, avec une intro, un peu d’humour, etc. Le but est de mettre sa propre personnalité ensuite, de ne pas se cacher. Beaucoup de gens me disent, « comment je fais si je trébuche ? » Et bien tu trébuches ! Mais les gens vont préférer voir quelqu’un qui bafouille avec sourire et avec humour que quelqu’un qui bafouille et qui est complètement déstabilisé parce qu’il a bafouillé. On pardonne toujours à quelqu’un qui est sympathique et qui bafouille. Alors que quelqu’un qui est complètement serré et coincé et qui bafouille, on va dire qu’il est vraiment mauvais. L’idée, c’est d’aider toujours les gens à jouer sur leur propre naturel, sur leur propre personnalité. Chaque personnalité est unique, c’est très important, et chacun est capable de bien présenter, de bien communiquer à l’oral. Il suffit juste d’avoir quelques petites techniques. Ces clés, ce sont la respiration, l’écoute et les techniques de présentation pour arriver à capter et relancer l’attention. Parler doucement, sourire, etc.

Le sourire, il ne faut jamais l’oublier

Romain Collignon : Tu parles beaucoup du sourire.

Lorenzo Pancino : Oui. Je dirai que s’il faut tout oublier de toutes les techniques, c’est le sourire qui doit rester. Quelqu’un qui parle vite avec le sourire, on va juste lui demander de répéter à la rigueur. Mais au moins il restera une image sympathique de la personne qui parle. On a tous eu des expériences de personnes qui présentaient leur projet, leurs produits, avec un ton monocorde, triste. Or, même quelqu’un qu’on considère triste et monocorde quand il parle, on peut en faire quelqu’un de plus passionnant. Et ça marche aussi quand vous avez un rendez-vous, si vous êtes investisseur, entrepreneur, ou si vous avez un entretien d’embauche. Toutes ces techniques marchent pour tout, pas simplement pour parler en public mais aussi pour se présenter soi-même.

La formation en ligne pour apprendre à maitriser sa voix

Romain Collignon : Ça me permet de faire une transition. On a parlé au début de Maxxivoice. J’aimerai bien revenir dessus. Dans cette formation, tu donnes vraiment l’impression que c’est destiné aux débutants comme aux professionnels. J’ai vu notamment pour les étudiants la possibilité d’améliorer ses capacités en une heure ou deux seulement.

Lorenzo Pancino : On donne des cours très courts pour apprendre à gérer son stress, avec des petites techniques toutes simples. En deux heures de temps, avec des techniques de respirations, des techniques pour capter l’attention du prof, pour savoir la gestuelle, comment être à l’aise pour présenter son oral, etc. C’est vraiment le cours express. Je préconise toujours, si on veut vraiment maîtriser sa voix, la technique de présentation, un minimum de 21 heures. Donc 21 heures réparties sur 21 jours. L’idée, c’est qu’au bout d’un vingtaine d’heures (tout dépend du niveau de départ, certains sont plus ou moins à l’aise au départ), la personne la plus timide, la plus réservée, la plus introvertie peut obtenir le pouvoir de la voix et les techniques nécessaires pour qu’elle soit plus à l’aise en toute circonstance. Maxxivoice, c’est vraiment la plate-forme de formation en ligne pour apprendre n’importe quel type de prise de parole, que ce soit d’ailleurs en public ou au téléphone. C’est important. On va arriver dans une société ou le visiophone va être plus important, il faut aussi être capable de parler devant une caméra aujourd’hui. Il faut savoir se présenter en toute circonstance. Maxxivoice répond à cette demande. Ce n’est pas simplement un outil de formation en ligne où on est seul, car on est quand même assisté à distance par des professionnels des médias. J’ai coaché mes propres coaches à ma méthode. On a la possibilité d’envoyer les enregistrements, puisque ça fonctionne avec des textes qu’on enregistre directement sur la plate-forme. On se compare avec des exemples de pros, il y a aussi des auto-évaluations, des quizz, des exercices de simulation de présentation. À un moment donné très précis dans la méthode, on vous demande si vous voulez envoyer ça à un coach. Là vous envoyez votre enregistrement et le coach vous répond d’un manière audio directement, par exemple : « là c’est bien mais tu parles un peu trop vite », ou « attention à ton enthousiasme, tu en fais un peu trop, réduis un peu le truc », etc. Il y a donc un système d’envoi à un coach, et pour le perfectionnement, par exemple si tu as besoin de préparer un oral ou une présentation dans ta boîte, tu as la possibilité de prendre un rendez-vous de 30 minutes avec un coach par Skype pour travailler ton propre texte, ta présentation.

Romain Collignon : Demain, par exemple, j’ai une présentation à donner, je peux faire appel à un coach ?

Lorenzo Pancino : Voilà. Je donne plein de cours, j’ai coaché beaucoup de gens en one-to-one comme on est là, mais c’est très cher, une journée avec moi c’est 2000 euros, donc tu imagines un peu. Évidemment, tu progresses vite, car tu peux tout de suite rectifier le tir. Seulement, je me suis aperçu que beaucoup de gens qui venaient me voir n’avaient pas les techniques de base. Et ce qui compte le plus, c’est de s’entraîner. Si on passe une heure à faire de la respiration, ça va te couter cher l’air. (Rire) Donc si tu es capable de t’entraîner chez toi et de vérifier toutes les techniques que tu as acquises avec l’outil Maxxivoice, c’est beaucoup plus facile pour moi sur Skype de rectifier les choses, en te disant simplement « allonge ton expiration, fais attention à ton articulation, à ta technique, sois plus enthousiaste, vas-y pousse un peu », et là je peux vraiment aller dans le perfectionnement et pas dans l’apprentissage complet. C’est très complémentaire. L’outil te permet de t’entraîner, l’envoi au coach permet de vérifier si tu as bien fait les exercices, et ensuite le coaching par Skype permet de te perfectionner et surtout de travailler tes propres textes de présentation. C’est pour ça que je pense que l’outil est vraiment complet aujourd’hui et me plait beaucoup, même si on pourra toujours le perfectionner.

Romain Collignon : D’ailleurs, il y a deux « x » à Maxxivoice, il y a une petite histoire derrière ?

Lorenzo Pancino : Oui. C’est qu’au début, quand j’ai inventé le mot Maxxivoice, il n’était pas libre sur internet avec un « x ». Tout le monde pense que c’est à cause de Maxximum, l’une de mes premières radios, et voient ça comme un petit clin d’œil. J’y ai pensé après, mais pas sur le moment. Le temps que j’achète ça au gars qui possédait le nom de domaine sur internet et qui était à Sarasota aux États-Unis, il me demandait 150000 dollars. (rire) J’ai laissé courir le truc, j’ai acheté tous les autres Maxxivoice, et puis un beau jour il est revenu vers moi et m’a dit qu’il me le faisait pour 15000 dollars. Je l’ai laissé traîner encore, puis il est descendu à 2000, puis je l’ai eu beaucoup moins cher, presque 10 fois moins. (Rire) Donc aujourd’hui je l’ai avec deux « x », mais aussi avec un « x ». Mais il y avait bien une histoire derrière.

Romain Collignon : Écoute je crois qu’on a fait le tour de ce qu’on pouvait raconter sur la voix, même si on pourrait passer des heures à en discuter.

Lorenzo Pancino : Oui, ce qui est important, pour résumer tout ça, c’est que la voix et la prise de parole en toute circonstance sont totalement liées, là où beaucoup de gens et de livres voudraient vous faire croire que la prise de parole est quelque chose d’extrêmement précis, avec beaucoup de théorie. En fait, quelques techniques peuvent suffire pour tout simplement être à l’aise. L’important est d’être à l’aise avec sa propre personnalité. Quelqu’un d’extraverti va en faire trop parfois, quelqu’un d’introverti ne va pas en faire assez. L’idée, c’est d’arriver à faire le juste milieu avec sa propre personnalité, que ce soit avec quelqu’un de timide qui sort un peu de sa timidité, et quelqu’un d’extraverti qui sort de cet excès de confiance et calmer un peu ça pour séduire le public.

Romain Collignon : Merci Lorenzo. Je crois qu’on a bien compris l’importance de la voix, donc je te dis à bientôt.

Lorenzo Pancino : À très bientôt Romain, merci à toi.

Précision : tous les liens de cet article pointant vers Maxxivoice sont des liens affiliés, c’est-à-dire que si vous achetez une formation en suivant ces liens, je toucherai une petite commission qui me permet de continuer à vous proposer du contenu chaque semaine. Merci à vous 😉

13 réponses
  1. xavier theoleyre
    xavier theoleyre dit :

    Elève passionné de Lorenzo je vous conseille
    fortement sa formation…
    Il m’a permis de faire mes premier interviews…
    C’est un partage fabuleux et une expérience sans
    égal….

    La voix …cela nous emmène dans l’entité de
    l’être…en fait tout ce qui accompagne et
    transmet les mots
    la voix le visage les geste tout cela rentre dans
    la communication.

    Ce qui est extraordinaire c’est que l’on comprend
    que les geste les sourire et même l’état
    intérieur, l’intention tout cela au moment ou
    l’on parle…..se traduit dans la voix.
    la voix et une empreinte….unique
    personnelle….et traduit avec beaucoup de
    fidélité notre ‘état intérieur… Et ce que l’on
    apprends avec Lorenzo c’est à moduler son état
    à le mettre en phase avec le message que l’on
    souhaite transmettre…en fait il nous apprends à
    être sincère pour que cette sincérité porte le
    message en toute cohérence avec ce que l’on veux
    transmettre et à le transmettre ainsi avec
    fidélité et conviction.
    Ce qui est frappant c’est que même quand l’image
    n’est pas enregistrée.. les gestes des mains , le
    sourire, paraisse et influence grandement la
    qualité de la voix….C’est une expérience très
    enrichissante…bien qu’elle demande de la
    persévérance et de l’entraînement . mais comme
    c’est très ludique cela se fait sans
    difficulté… pour peux que l’on s’y tienne.

    Cela me fait plaisir que toi Romain tu le
    présente ainsi sur ton blog car a vous deux vous
    formez un sacré doublé dans l’art de la
    communication et de ses secrets.

    A très bientôt
    Xavier

    Répondre
  2. Emmanuelle
    Emmanuelle dit :

    Bonjour,

    Merci pour cette interview/vidéo que j’ai trouvée très intéressante.
    J’ai eu à donner des conférences et je me sentais à l’aise car mon texte de base était préparé. Je tenais des petites fiches à la main tout simplement, le temps d’être dans l’ambiance. Les 3 premières minutes sont les plus difficiles.
    Et bien sûr tu peux appliquer tous les conseils que ce Coach nous donne.
    Plus de peur à avoir ! Question d’entraînement et d’avoir la passion de son sujet.

    A bientôt

    Emmanuelle

    Répondre
  3. Nivek
    Nivek dit :

    Merci pour l’interview, Romain 😉

    J’aime beaucoup Lorenzo Pancino, car en effet, il respire la passion ! :)
    J’ai pu suivre sa formation « Aujourd’hui j’assure mes oraux » spécialement dédiée pour les étudiants, et elle m’a énormément apporté !!! Très ludique, très pédagogique, et surtout très pratique ! (pas de place pour le blabla ! :p)

    A+ Romain !

    Répondre
  4. desblancs
    desblancs dit :

    Si c’est vraiment Loreznzo Pacino qui commente un Diner presque parfait, voici plusieurs fois que j’essaie de faire comprendre à m6 qu’on en a marre des inepties qu’ilpeut raconter et des effets qu’il utilise pour essayer faire de l’humour qui est complètement idiot et dégouterait de regarder l’émission. Si ce n’est pas lui, qu’il essaie de faire passer ce message au présentateur de cette émission.

    Répondre
  5. desblancs
    desblancs dit :

    J’espère qu’enfin par ce lien mon nième message pourra être pris en considération et trouvera une issue. A plusieurs reprises tant par internet que par courrier (on m’a toujours dirigée vers une autre adresse que celle que l’on m’avait indiquée) j’ai fait savoir que le présentateur d’un Diner presque parfait était absolument nul et pour ne pas dire complètement idiot et d’un niveau même pas digne des blagues Carambar. Ce n’est pas la voix off qui nous dérange, mais bien ce qu’elle nous sert. Je crois savoir maintenant qu’il s’agit de Lorenzo Pancino qui d’après ce qu’en dit Romain Collignon touche 2000 Euro par jour pour former des présentateurs. Nous avons dans l’émission 100 % Mag des personnes qui nous font rire sans pour autant tomber dans la bêtise profonde (pour ne pas dire « crasse ») . F. Bollaert , J.Ph. Doux et même J.L. Genest . Il y en a marre qu’on nous prenne pour des imbéciles (déjà que plusieurs émissions de la chaîne sont véritablement d’un niveau « au ras des pâquerettes ». J’ai 79 ans, j’aime l’humour et même parfois la grivoiserie (je ne suis absolument pas timorée mais je ne supporte pas la « connerie »). Alors par pitié, virez la voix off de Pancino et remplacez- le par un présentateur un peu moins tare (il y a des gens qui sont virés de leur poste avec des qualités autrement valables que celles de ce présentateur. Transmettez à qui de droit ma requête et pour l’amour du ciel faites quelque chose ! Si l’on ne sait pas manier l’humour, on apprend ou alors on se tait.

    Répondre
  6. iroise
    iroise dit :

    quel regal de se laisser porter par la voix de lorenzo : mais qui lui pose les questions ? l avez vous remarque ? avec ses : euhhhhhhhhhhhhhh! a repetition : il aurait besoin de cours , merci de me repondre , j adore lorenzo voice , grace mille …………….

    Répondre
  7. Johnson
    Johnson dit :

    Le script n’est pas nul. Il s’adapte à une cible spécifique. Question performance, on pourra dire ce que l’on veut il est très bon comédien… Ce style de voix off et de phrasé exagéré lui va même plutôt bien.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Envie de vous exprimer ?