Logo du TED

[Etude de cas] 6 erreurs à ne pas commettre devant son public

En ce week-end du 14 juillet, ce n’est pas de feu d’artifice dont nous allons parler mais de décryptage de langage corporel. Je vous livre donc aujourd’hui mon interprétation d’un discours de Rajesh Rao de l’Université de Washington.

Cette étude de cas (proposée par Manrow dans la vidéo où je vous invite à me poser vos questions) est très instructive car elle illustre un certain nombre d’erreurs à éviter lorsque l’on parle en public.

Bien que le sujet de cette présentation soit des plus intéressant, vous n’aurez pas besoin de regarder les 17 min 01 s pour vous faire une idée de l’état d’esprit de l’orateur. Sans entrer dans les détails tout de suite, on sent que l’orateur n’est pas à son aise et qu’il vit un certain stress à prononcer son discours. Et cela peut se comprendre au vu du prestige de cette conférence (TED), du nombre de personnes présentes dans l’auditoire et des futurs milliers de visionnage de sa prestation sur le web ensuite. 🙂

Regardez la vidéo (les 3 premières minutes suffiront pour l’analyse du langage du corps). Je vous livre ensuite les 6 erreurs que j’ai repérées en dessous de la vidéo.

Les 6 erreurs détectées dans son langage corporel

 

  • Erreur 1 : l’orateur reste statique.

Bien que l’on puisse entendre des variations dans le ton de sa voix, son corps lui ne bouge pas. Il aurait été judicieux qu’il s’approprie l’espace donné pour donner plus d’amplitude au discours. D’ailleurs, il se déplace un moment pour aller chercher un objet, ce qui permet de donner une courte pause à l’auditoire avant de repartir dans ses explications. Son débit de parole reste très rapide. Casser le rythme en bougeant permet de faire respirer son auditoire afin qu’il assimile plus facilement la masse d’information fournie.

  • Erreur 2 : la position de ses mains traduit de l’anxiété.

L’anxiété est traduite par la position des mains qui sont mises l’une dans l’autre. Voici un conseil que j’ai appris dans mon club Toastmaster. Lorsque l’on ne sait pas quoi faire de ses bras ou de ses mains, la meilleure solution, c’est de les garder le long du corps. Ceci montre certes une certaine neutralité mais c’est toujours mieux pour l’orateur qu’un langage corporel non volontaire qui le desservirait.

  • Erreur 3 : la barrière entre l’orateur et l’auditoire.

Rajesh Rao monte involontairement une barrière quasi-constante entre son corps et le public en joignant ses mains devant son ventre. L’objet pointeur en est le prétexte. Je pense qu’il aurait eu plus intérêt à ouvrir son corps pour améliorer l’interaction avec le public tout en ayant les paumes des mains ouvertes.

  • Erreur 4 : Ne jamais tourner le dos à son auditoire.

L’orateur se retourne fréquemment pour montrer l’écran alors qu’il a un prompteur devant lui. Il n’est pas conseillé d’avoir le dos face au public mais d’être toujours dans son champ de vision.

  • Erreur 5 : Balancement de droite à gauche.

Il se balance fréquemment de droite à gauche portant son poids d’un pied sur l’autre ce qui conforte notre analyse du signe d’anxiété repéré avec les mains. On a ici un début de cluster relatif au stress.

  • Erreur 6 : Tenue vestimentaire peu dynamique.

D’un point de vue vestimentaire, je ne suis pas fan du T-Shirt blanc sous la chemise. Même si cela reste un avis personnel, on a l’impression qu’il sort tout juste de son labo’ pour présenter ses travaux. La tenue vestimentaire est aussi importante que le langage du corps. Elle est profondément associée à la communication non-verbale et joue également un rôle important dans l’image que l’on projette. Dans ce genre d’événement, je crois qu’il aurait pu se passer du T-Shirt.

Comme je le disais en introduction, ces 6 erreurs ne montrent pas un orateur dynamique. Son langage corporel le dessert et la portée de ses mots auraient pu grandement être améliorée en ayant une attitude plus ouverte. Parler en public est un exercice difficile où le niveau de stress est important. Avoir un langage corporel adéquat se travaille.

—-

Cette analyse vidéo est la première que je réalise sur le blog. C’est d’ailleurs un très bon exercice pour décrypter le langage du corps. Si vous avez des extraits que vous souhaitez que je décrypte et pouvant être une bonne étude de cas, je vous invite à poster le lien dans les commentaires. 🙂

10 réponses
  1. Séb
    Séb dit :

    Bonjour,

    Voilà, comme convenu, mon ressenti. Je précise que j’ai regardé la vidéo hier soir, j’ai commencé à prendre des notes, mais j’avais la flemme de synthétiser et transposer, ce que je viens juste de faire…

    Bon, évidement, rien à redire sur les six erreurs : en effet il y a les effets de balancements sur les pieds. J’ajouterai quand même quelque chose, à quoi j’ai pensé cette nuit. C’est un peu hasardeux, mais bon… En fait j’ai remarqué que quand une personne est indienne ou pakistanaise, il y a toujours des mouvements de tête lors de discussions. Mais là, rien du tout… Peut-être un indice inverse dû à la culture? Peut-être cela explique t-il pourquoi la tête ne bouge pas, en mouvements saccadés (comme sur ta propre vidéo).

    Au départ, il y a de la pesanteur du corps sur les pieds, comme un sumo : le ventre est contracté, les épaules baissées, ça m’a rappelé des postures de karaté (oui, je sais, karaté et sumo, c’est pas pareil, 🙂 ).
    Il s’humecte les lèvres régulièrement, mais étonnamment il transpire très peu (à un moment on voit sa main qui n’est pas moite).
    Il pointe son appareil vers le public, comme pour le tenir en respect, mais je suis étonné que ses mains ne soient pas plus haut (comme un boxeur en garde).
    En fait, je me suis dit qu’il avait un certain stress, mais pas de peur. Un peu comme un artiste martial qui va au combat.

    Petit à petit, je me suis dit : « en fait il dit aux autres que c’est son bébé », les mains l’une sur l’autre devant le ventre, avec les doigts vers soi, comme une femme enceinte. En plus la distance « ventre-mains » correspond bien à un ventre maternel…
    Je ne vois aucune expression de communication vers l’autre dans ses yeux, comme si il ne parlait qu’à lui même (attention cependant, quand on est sur scène, on a les projecteurs, donc on ne voit pas le public), et à 6mn45, quand il demande au public « are you ready ? », le mouvement d’humectation des lèvres laisse place à un mouvement plus ample, comme si il voulait « ravaler » ce qu’il vient de dire, comme quand on vient de dire une belle ânerie. Son invitation, pour moi, n’était pas sincère, à ce moment là.

    Je me suis finalement dit (pour conclure) :
    1. Il connaît son sujet
    2. Il n’a pas vraiment envie d’être là, mais c’est une sorte d’obligation qui va lui apporter quelque chose.
    3. Il n’a pas vraiment envie de partager avec ce public, il est venu dire, mais pas échanger.

    J’attends vos commentaires avec impatience!

    ps : Mes prochaines fois (s’il y en a) seront peut-être influencés, car j’ai acheté « je sais que vous mentez » et « le langage universel du corps »…

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Merci Séb pour ce retour très pertinent.

      La provenance et/ou le contexte social de la personne joue un grand rôle. As-tu déjà lu cet article ? Je n’avais pas connaissance de ces mouvement de droite à gauche dans la culture indou. Ton analyse montre que le contexte social dans lequel il évolue n’a pas ces codes. Et preuve en est, une petite recherche sur son CV montre qu’il est arrivé aux États-unis à l’âge de 17 ans. Bien vu donc 😉

      Répondre
      • Michael
        Michael dit :

        C’est incroyable le niveau d’analyse que vous avez!

        Ca fait un peu peur : rien qu’en regardant une personne on peut en deduire ses intentions (pourquoi est il là?, que veux il?)

        Mais en même temps, c’est très intéressant, car ces analyses nous donnent des pistes à travailler pour bien présenter.

        Je pense que même si le public n’a pas votre niveau d’analyse, il ressent quand meme toutes ces choses là sans vraiment les comprendre.

        Michael

        Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Hello Sylviane,

      Le fait de prêter consciemment attention aux postures fait effectivement perdre en spontanéité. Par contre quand cette analyse est intégrée au cerveau de manière consciente, elle nous fait gagner en spontanéité. 🙂
      Dans cette étude de cas, il s’agit de se demander : « Quelles sont les postures utiles pour bien faire passer mon message ? » Si certaines postures freinent l’impact du message, autant les éviter ne penses-tu pas ?

      Répondre
  2. Karine
    Karine dit :

    Ce qui m’a interpellé en 1er
    – son débit rapide…pas de pause ! Le public n’a pas le temps de réagir !
    – il tourne le dos à une partie de son public
    – visage trop sérieux = trop tendu…
    – il v avoir un torticolis … ! A force de tourner la tête et à droite !!

    Je tacherai de ne pas commettre les mêmes erreurs la prochaine fois !
    A bientôt

    Répondre
  3. Xavier
    Xavier dit :

    La respiration….et le regard…..
    C’est ce qui me frappe le plus….et de là le blocage des jambes, des mains…et le débit …
    N’empêche que je suis encore loin d’être capable de le remplacer au pied levé…surtout en anglais;)
    Bravo pour vos analyses….elles sont en effet très intéressantes.
    Et ces 6 erreurs…je m’emploierai à les observer..j’y suis maintenant sensibilisé .
    Toutefois comme le rappelle Olivier: Soyez imparfait…..mais agissez….
    C’est ce que je retiens aussi…aussi ……même imparfait le message peut toucher quelqu’un….parfois même …grâce à ses imperfections: la preuve:
    Si le discours avait été presque parfait…peut être ne l’aurais-je pas écouté aujourd’hui?

    Répondre
  4. tom74
    tom74 dit :

    Bonjour à tous,

    C’est un très bon exemple d’une personne très stressée.
    Totalement d’accord avec les erreurs citées.

    – balancement évident (très présent dans certaines psychopathologies)
    – statique et crispé (ne s’approprie pas son espace)
    – tourne le dos (évitement)
    – tonalité de la voix haute, locution très rapide,
    – regarde à gauche et à droite, mais sans marquer de pauses, …
    – ect, ect …

    Cette personnes est toute seule, sur scène, dans sa tête, et par rapport à son discours.

    Comme le disais, Seb, les indiens/pakistanais, ont tendance à dodeliner la tête dans une conversation. C’est d’ailleurs pour certains très déroutant (ils disent oui en dodelinant la tête de droite à gauche, comme s’ils disaient non : attention aux fausses interprétations !).
    Cela montre bien qu’il est tout seul et qu’il ne s’adresse à personne.
    D’ailleurs il pose une question : « are you ready ? », mais ne marque pas de pause symbolique pour laisser la place à une éventuelle réponse.

    Un grand moment de solitude …. alors qu’il aurait pu passionner son auditoire par le thème abordé !

    Salut à tous …

    Répondre
  5. Max-Emilien Robichaud
    Max-Emilien Robichaud dit :

    Merci pour cette vidéo et cette excellente analyse. Voici mes commentaires:

    1. Cet orateur est certes nerveux et c’est sans doute une expérience unique, inhabituelle pour lui. Son parcours comme orateur est sans doute soit récent et il me fait penser à un scientifique peu habitué à la prise de parole publique;
    2. Sa nervosité explique très bien ses difficultés dans cette communication publique et les erreurs notées sont bien réelles;
    3. En revanche, je suis plutôt sensible à sa situation de stress et j’ai apprécié tout de même sa présentation d’un contenu très bien préparé, songé et fort intéressant. Je m’imagine donner une conférence à TED…il faut souligner son courage;
    4. Outre les difficultés de langage corporel et aussi verbal et para-verbal, oui il y a certes une gestuelle répétitive, nerveuse et oui perturbante. Mais pour un novice, vraiment intéressé par son contenu, cela vaut le détour;
    5. Enfin je crois fort important de relever plusieurs pistes d’amélioration de cette présentation mais il est aussi important d’apprécier les bons côtés et ne pas jouer les gérants d’estrade mais de pouvoir se mettre à sa place et voir comment chacun ferait dans de telles circonstances. Je cherche à activer mes neurones miroir qui me permettent de retirer le positif et de me voir faire différent et mieux lors d’ une prochaine prise de parole publique.

    Au plaisir de vous relire
    Max-Emilien Robichaud
    Blogueur en bien-être
    Québec, Canada
    Membre Toastmaster (Organisation internationale en art oratoire et en leadership)

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Envie de vous exprimer ?