ENTRAINER-DECODER-GESTES 

Comment s’entraîner à décoder les gestes ?

Je vous propose d’aborder, dans cet article, différentes méthodes pour vous entraîner à développer le décodage de la gestuelle non-verbale.

Lorsque l’on se lance dans l’apprentissage du langage du corps, on s’aperçoit que peu d’ouvrages traitent ce sujet.

La majorité des auteurs se focalisent presque exclusivement sur la signification théorique des gestes et des postures.

Mais à quoi cela vous servira-t-il de connaître la signification d’un geste, si vous n’arrivez pas à le voir ?

L’entraînement quotidien à l’observation est donc la base indispensable du décodage de la gestuelle.

Mais comment faire ???

Je vais vous expliquer, et après avoir lu cet article, vous saurez ce qu’est l’observation active et comment elle doit être pratiquée pour être fiable et efficace.

Vous connaîtrez également les méthodes utilisées par les décodeurs d‘élite, pour s’entraîner et affuter leur décodage des gestes non-verbaux.

Attention ! Si vous ne voulez pas en savoir plus, arrêtez-vous là !!!

 

ENTRAINER-DECODER-GESTES 

 

Pour optimiser l’efficacité de votre décodage non-verbal, vos observations doivent être faites de manière routinière.

En faisant ça, les gestes vous parviendront sans que vous ayez à faire l’effort conscient de les rechercher.

C’est comme lorsque vous conduisez pour la première fois.

Votre attention est focalisée sur la technique de conduite et la route. Tout ce qui peut se passer autour n’est pas perceptible.

Avec l’habitude, la maitrise de la technique devient inconsciente et votre attention peut alors se porter ailleurs.

Dans l’observation et le décodage automatique du langage non-verbal, c’est pareil !

Avant de s’entraîner, il faut apprendre à observer

Bien observer est le prérequis de base pour décoder les gestes !

Malheureusement cela n’est pas inné et l’observation efficace doit être une compétence à acquérir.

Comme le disait Sherlock Holmes «la plupart des gens regardent mais n’observent pas !»

Cela vient du fait que lorsque trop de paramètres focalisent votre attention, certains stimuli ou événements, pourtant bien visibles, passent inaperçus pour vous.

Ce phénomène est appelé cécité d’inattention.

Il a été développé au cours des recherches scientifiques de 2 américains du département de psychologie à l’université de Berkeley, Arien Mark et Irvin Rock.

Pour un décodeur, cela correspondrait à observer la gestuelle non-verbale avec les yeux fermés …

Prendre conscience de ce qui nous entoure ne doit donc pas être un acte passif.

Et cette aptitude à observer de manière efficace et attentive est appelée : observation active.

Il est difficile, surtout dans les débuts, d’observer en temps réel. Et connaître la signification des gestes ne suffit pas à les percevoir.

Votre observation devra être volontaire et attentive.

Pratiquez l’observation active en mode furtif

Lors de vos analyses, il faut faire très attention à ne pas dévisager la personne que vous essayez de décoder.

C’est malheureusement une chose qui arrive, lorsque le décodeur est très concentré sur la perception d’éventuels gestes ou signes non-verbaux.

Cela doit se faire de manière discrète et être non intrusive.

Une personne qui voit qu’on l’observe peut se mettre à ressentir un sentiment d’inconfort dû à votre action. Et cela aurait pour conséquence une modification sur le résultat final de votre analyse gestuelle.

Cependant, au quotidien, les gens regardent et tentent continuellement d’analyser les réactions et émotions de ceux qui les entourent.

Ils veulent pouvoir interagir au mieux avec leurs semblables.

Et c’est cette même observation qui permet au cerveau limbique, depuis plusieurs milliers d’années, de protéger inconsciemment l’Homme de certains dangers.

Mais observer n’est pas épier !

L’objectif étant bien de faire preuve d’intelligence non-verbale et d’améliorer l’impact positif dans les relations sociales entre un décodeur et ses interlocuteurs.

Entrainements d’intérieur ou d’extérieur ?

Dans votre entrainement au décodage, comme pour le sport, il est bon de noter ses observations dans un carnet pour en assurer le suivi.

Il faudra bien sûr savoir rester discret et parfois même remplir le carnet après …

Je vais vous détailler les champs d’actions et les moyens d’études que vous avez à votre disposition au quotidien et qui vont vous permettre de passer de la théorie à la pratique.

Je les ai regroupés en 3 catégories :

  • La pratique du décodage sur des supports d’analyses visuels
  • Entrainement à l’analyse de la gestuelle dans des lieux privilégiés
  • Les logiciels

Avec tous ces moyens à votre disposition, vous pourrez pratiquer quel que soit l’endroit où vous êtes.

La pratique du décodage sur des supports d’analyses visuels

  • Décoder le non-verbal sur des images

C’est le premier mode d’entrainement.

Il permet de pratiquer très facilement votre décodage car l’observation de la gestuelle se fait sur des scènes figées et vous aurez ainsi tout le temps de décoder la gestuelle qui ne bouge pas.

Les photos rendent les émotions et les intentions faciles à interpréter car les visages et les postures sont figés.

Votre observation active n’a également aucune incidence sur le contexte et vous pouvez prendre le temps de noter en détail vos analyses sur un carnet.

Vous êtes entourés d’images !

Elles se retrouvent sur tout type de support, ayant chacun leurs particularités émotionnelles observables, mais également une diversité gestuelle importante que vous allez retrouver en situation réelle.

Magazines people, images publicitaires, photos de famille, affiche de film,

Même si certains inconvénients existent tels des émotions simulées ou parfois un contexte difficile à prendre en compte, ce support reste très efficace pour débuter votre entrainement.

  • Analyser des vidéos

C’est le mode d’entrainement suprême pour vos analyses non-verbales !

Il combine de multiples avantages dont celui d’être le plus proche de la réalité, tout en conservant le contexte intact.

Ce support vous permet notamment d’affiner votre décodage en vous repassant plusieurs fois les scènes, sans les perturber par votre présence et même faire des arrêts sur image pour détailler les émotions.

Vous pouvez aussi appliquer certaines techniques à votre entrainement, comme celle qui consiste à couper le son et que Le Décodeur du Non-Verbal vous explique lors de la vidéo :

Dans les coulisses de l’analyse non-verbale :

Image de prévisualisation YouTube

Parmi tous les genres de vidéos que vous pouvez rencontrer, certains sont à privilégier pour leurs ressources en gestuelle non-verbale authentique.

Vous trouverez donc les émissions de téléréalité, tv-show, journaux télévisés et débats politiques.

Mais aussi certaines séries américaines, notamment la saison 1 de « lie to me », chorégraphiée dans sa communication non-verbale par Paul Ekman, psychologue Américain, spécialiste reconnu dans le domaine de la détection des micros-expressions, du mensonge et du langage du corps.

L’entrainement sur le terrain

La liste des situations et des occasions dans lesquelles vous allez observer la communication non-verbale n’est limités que par le fait qu’il faut qu’il y ait au moins 1 personne à analyser !

Durant votre entrainement sur le terrain, vous allez vous rendre compte que des lieux sont, plus que d’autres, propices à l’observation et au décodage.

Ils peuvent aussi parfois déclencher sur les personnes une dominante de catégorie gestuelle non-verbale ou au contraire avoir une palette de signes très variés.

Vous pourrez, par exemple, décoder une majorité de comportements d’inconfort et de protection, dans le métro, les ascenseurs et chez les orateurs dans les conférences.

Ou au contraire, des postures et gestuelles de séduction, d’impatience voire de la dominance comme dans les gares, les cafés ou les aéroports.

Vous devez donc, pour vous entraîner, choisir des lieux qui regroupent certains critères :

  • La commodité : vous permettre de pratiquer facilement vos analyses.

En étant bien installé pour pouvoir vous concentrer facilement et en ayant du temps pour observer et décoder.

  • Le choix des attitudes : plutôt ciblées ou diversifiées.

L’entrainement dans des lieux où la gestuelle est variée vous permettra d’avoir une progression importante. Mais il faut être rapide !

  • La discrétion : les endroits où vous ne perturberez pas le contexte.

Dans certains lieux, vous pourrez même vous permettre de sortir votre carnet et noter en temps réel vos analyses.

Après vous être entrainé sur des photos et des vidéos, votre pratique en situations réelles vous permettra de transformer vos connaissances en compétences.

C’est l’objectif ultime !

Entrainez-vous comme un ninja !

Après les entrainements sur les supports visuels dont je vous ai parlé, vous avez la possibilité de pratiquer certaines techniques à l’aide de logiciels dédiés au non-verbal.

Ils proposent de vous améliorer dans certains domaines particuliers comme le travail sur la reconnaissance des émotions, des expressions faciales ou des micro-expressions.

Les logiciels de qualité reprennent les travaux de certains psychologues émérites tels Paul Ekman ou son élève le Dr David Matsumoto, spécialisés dans le domaine de la communication non-verbale. Ils sont cependant en anglais.

Le Décodeur du Non-Verbal, a donc développé une méthode de cours et d’entrainement permettant de détecter ses propres émotions, celles de vos interlocuteurs ainsi que les micro-expressions : emotions.ninja

Lorsque l’on étudie et que l’on s’entraine à décoder la gestuelle non-verbale, le travail de reconnaissance des expressions et micro-expression est indispensable.

Pour un exemple de ce que sont les expressions faciales et le logiciel « émotion.ninja », visionnez la vidéo suivante :

Image de prévisualisation YouTube

Le bilan de l’entrainement du décodeur

Vous connaissez maintenant les méthodes et les techniques d’entrainement pour le décodage de la gestuelle non-verbale.

Le mal qui touche beaucoup d’apprentis décodeurs est de ne se limiter qu’à l’apprentissage théorique.

Il est certes important, mais comme pour la conduite automobile, la pratique est indispensable.

Je vous invite à passer à l’action, dès la fin de la lecture de cet article et de commencer l’entrainement en suivant l’une des méthodes dont je vous ai parlé.

 

Ne reportez pas à plus-tard, l’entrainement c’est maintenant !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Envie de vous exprimer ?