Poignée de main

Votre interlocuteur vous domine-t-il ? Observez bien sa poignée de main

C’est une scène du dernier film de la saga « La Planètes des singes » qui m’a donné l’envie d’écrire cet article. Au-delà d’un scénario de science-fiction mêlant manipulations génétiques et tests sur les primates, le passage illustré par l’image ci-dessous a particulièrement attiré mon attention et ce, pour deux raisons.

 

La paume de la main orientée vers le haut est un signe de soumission (© La Planète des singes : les origines)

La première raison est la suivante : quand on s’intéresse à la communication non-verbale, il est toujours bon de se rappeler nos origines. En effet, de nombreux gestes de l’espèce humaine sont liés à nos instincts primitifs et de multiples études ont été réalisées sur nos cousins éloignés afin de comprendre la signification de nos gestes et émotions.

La seconde raison tient dans la position des mains des primates de la scène ci-dessus. L’orientation de chacune d’elles illustre explicitement les rapports de dominants/dominés. J’explique d’ailleurs dans cet article l’impact et l’image projetée d’une personne en fonction de l’orientation de la paume de sa main lorsqu’elle s’exprime. En s’exprimant la paume  tournée vers le haut, elle parait non-menaçante. Si la paume est tournée vers le bas, c’est une image d’autorité qui est envoyée.

Mais si vous suivez le blog, vous le saviez déjà… n’est-ce pas ? Alors passons à la vitesse supérieure et allons beaucoup plus loin.

La poignée de main révèle l’attitude dominante ou soumise de votre interlocuteur

Un constat similaire se retrouve dans la poignée de main. En effet, il est possible de connaître l’attitude dominante ou de soumission chez votre interlocuteur en prenant conscience du déroulement de la poignée de main. En effet, la poignée de main peut traduire 3 états différents facilement observables. Les voici :

1) Domination : «  Cette personne essaie de me dominer. Je dois rester sur mes gardes. »

2) Soumission : «  Je peux dominer cette personne. Elle fera ce que je veux. »

3) Égalité : «  Je me sens à l’aise avec cette personne. »

1) La poignée de main dominatrice

L’attitude dominante est transmise en orientant sa main de façon à ce que la paume soit face au sol. Le message communiqué par l’image ci-dessous est le suivant : la personne avec la manche striée rouge et blanche (il s’agit peut-être de Charlie 😉 ) souhaite prendre l’ascendant sur son interlocuteur (manche blanche).

La flèche représente l’orientation de la paume

Moyen mnémotechnique – le jeu du bras de fer :


Si vous vous amusez parfois à faire un bras de fer, vous savez que le jeu consiste à aplatir la main de l’adversaire avec la sienne, c’est à dire avoir la main au-dessus de celle du compétiteur afin de prouver sa plus grande force (et donc sa domination).

La paume de la main gagnante est donc au-dessus.

A jeu de force égale, il aurait tout à fait été possible de jouer avec la règle inverse : la personne qui gagne est celle qui amène la main de l’autre au-dessus de la sienne en tirant (et non en poussant).

Mais ce jeu semble complètement idiot avec une telle règle car le dominant (plus de force pour tirer la main de l’autre) a sa main en-dessous de l’autre.

Ceci est incompatible avec notre patrimoine génétique et c’est certainement pour cette raison que l’on ne joue jamais au bras de fer de cette façon.

 

2) La poignée de main illustrant la soumission

L’opposé de l’attitude dominante est de proposer sa main avec la paume dirigée vers le haut (manche bleue et blanche)

La flèche représente l’orientation de la paume

C’est ce que nous suggère l’image de la planète des singes en introduction. Le singe de dos au premier plan demande l’autorisation (attitude du dominé face au dominant) en présentant sa main paume vers le haut. Le singe de face au second plan donne son accord et prend le contrôle de la situation en touchant la main du dominé paume vers le bas.

Vous pouvez adopter cette attitude de dominé lorsque vous présentez vos excuses à quelqu’un et que vous voulez qu’il se sente en charge de la situation. Il s’agit d’offrir sa main en guise de réconciliation.

 

3) Créer un climat d’égalité – la poignée de main verticale

Quand deux personnes dominantes se serrent la main, une lutte de pouvoir symbolique se met en place où chaque protagoniste tente inconsciemment de tourner la paume de l’autre dans la position de soumission (paume vers le haut). Le résultat courant est une poignée de main où les deux paumes restent en position verticale créant ainsi un sentiment d’égalité et de respect mutuel. C’est la poignée de main habituelle que vous pouvez avoir avec vos amis ou ayant lieu lorsqu’aucun rapport de dominant/dominé n’entre en jeu.

La poignée de main verticale crée un sentiment d’égalité

D’ailleurs, il y a deux ingrédients de base pour avoir une poignée de main créant du rapport afin que l’autre personne se sente à l’aise.

Dans un premier temps, il faut faire attention à ce que les deux paumes soient en position verticale. Comme on vient de le voir, cela évite qu’une personne ne soit ni dans une position dominante ni dans une position de dominé.

Dans un second temps, il s’agit d’appliquer la même pression que celle reçue. Personne n’aime sentir ses phalanges craquées sous les doigts de l’autre.

Rappelez-vous que la poignée de main a lieu afin de saluer quelqu’un mais également pour conclure un accord. Elle doit donc toujours être chaude, amicale et positive.

Dans un prochain article, je vous proposerai des stratégies pour contrer les personnes ayant une attitude dominante et retourner la situation. On verra également que ce jeu de poignée de mains est très prisé par les hommes et femmes politiques. Ca en devient même parfois stratégique.

En attendant la suite, aviez-vous déjà fait le rapprochement entre la poignée de main et ces différentes attitudes ? On se retrouve tout de suite dans les commentaires.

 

24 réponses
  1. Santoryo
    Santoryo dit :

    très bon article 🙂

    Il est dit aussi que lorsque la personne vous donne la main avec sa main droite et en même temps il vient appuyer avec sa main gauche au dessus de la main de l’autre personne c’est un geste de dominateur.

    Répondre
  2. Kirdin
    Kirdin dit :

    Article sympa.
    Deux petits points qui font crisser le psychologue:

    – n’invoque pas la génétique là-dedans, c’est une pratique socialement apprise 😉 Les choses seraient très différentes en Asie, par exemple.

    – il peut être stratégiquement utile de laisser croire à l’autre qu’il détient une position haute. Il faut donc alors lui « laisser la main ».

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Hello Kird’ 😀

      Merci pour ton retour d’expert en la matière.
      J’avais écrit il y a quelques temps cet article sur la caractère inné ou social des gestes :
      http://www.decodeurdunonverbal.fr/innes-genetiques-ou-culturellement-appris/
      La question est toujours à l’étude. Certains gestes effectués par des personnes n’ayant eu aucun contact avec d’autres civilisations (par exemple dans les travaux d’Ekman) ou qui seraient nées avec des déficiences sensorielles reproduisent des gestes qui ne peuvent être appris socialement. La question reste donc ouverte.

      Deuxième point, tout à fait d’accord 🙂

      Répondre
      • Kirdin
        Kirdin dit :

        Désolé pour le retour tardif.

        En effet, Ekman travaille sur des éléments innés. Encore que ses travaux sont remis en questions … Il s’agit principalement de réactions liées aux émotions. Les émotions ont 2 fonctions: préparer une action adaptative rapide et communiquer efficacement aux siens l’action adaptative.
        Ces émotions sont innées, et leurs effets presques universels. Cependant, les éléments plus récents des groupes sociaux sont plus complexes et encore assez artificiels car liés à des codes apparus au cours des quelques derniers millénaires/siècles (bien peu, en somme).
        En fait, je prépare une thèse sur la transmission des émotions … Je devrais la commencer en 2012, si je ne trouve rien de mieux avant 🙂

        Répondre
  3. JY Potion de vie
    JY Potion de vie dit :

    Salut Romain,

    Merci pour cet article ! En effet, il existe des gens qui présentent systématiquement leur poignée de main en position dominante, c’est assez frustrant !

    Je crois quand même que le pire, c’est les poignées de main fuyantes !
    Tu as raison d’attirer l’attention des lecteurs sur les poignées de main, car ce peut être un indicateur très révélateur de comment notre interlocuteur nous voit, même si cela peut évoluer au fil du temps bien entendu 🙂

    Répondre
        • Romain
          Romain dit :

          On lie souvent ce genre de poignée de main à un faible caractère principalement parce que la main peut être retournée facilement. Quand je reçois ce genre de poignée de main, j’ai l’impression que la personne en face n’est pas en mesure de tenir ses engagements.
          Mais attention, une poignée de main faible peut être aussi culturelle. Il me semble que dans certaines cultures africaines et asiatiques, une poignée de main molle est normale. Une poignée de main ferme pourrait être vue comme injurieuse.

          Répondre
  4. Pascal
    Pascal dit :

    Tu parles de la position des paumes mais il faudrait également penser à la manière dont la personne en face serre la main.

    Si la personne serre très fort la main au point de l’écraser, nous nous retrouvons avec une personne plutôt autoritaire.
    Au contraire si la poignée est plutôt, on aura affaire à une personne plutôt fuyante et qui en plus de ça, ne va pas inspirer confiance.

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Hello Pascal,

      Il est clair qu’une personne serrant la main de l’autre avec insistance veut dominer son interlocuteur. Pour aller plus loin, cette attitude est aussi utilisée par quelqu’un qui se sent faible par rapport aux autres et veut s’assurer de ne pas être dominé.

      Pour la poignée fuyante, c’est effectivement ce qu’on discutait avec JYPotion un peu plus haut dans le commentaires.

      Je vois que le sujet pourrait être encore plus étayé avec les différentes poignées de main (pas seulement celles illustrant domination/soumission). 🙂

      Répondre
  5. Karine
    Karine dit :

    Hello

    Eh ben je découvre…je connaissais les poignées de mains molles ou trop fermes…mais celles avec les mains en haut et en bas?

    Pour moi, tout le monde faisait des poignées de mains d’égal à égal…

    Maintenant je vais observer…

    Merci pour cette découverte….j’en parlerai peut être à mes étudiants si c’est vraiment flagrant

    Karine

    Répondre
  6. Michael
    Michael dit :

    Salut Romain,
    je ne connaissais pas ces 3 positions de main. Je ne faisais seulement attention à la force du « serrage » de mains et également à l position du bras. Si le bras est tendu cela montre un certain dynamisme et une envie d’aller vers l’autre… mais tu pourras me confirmer! 🙂
    Michael

    Répondre
  7. Louis
    Louis dit :

    Salut,
    Je voudrais savoir, lorsqu’on me tend une main tournée vers le haut, est-ce judicieux de la serrer et de la retourner afin que l’interlocuteur se sente plus à l’aise ?
    Et merci pour l’article !

    Répondre
  8. Elise
    Elise dit :

    Salut Romain,

    je découvre ton site que je trouve super intéressant, merci de faire partager tes points de vues et réflexions de cette manière, c’est vraiment top.

    J’ai une petite question, je suis une jeune femme et j’ai dans mon métier souvent affaire avec des hommes, en majorité des hommes de terrain, bien ancrés et qui donnent des poignées de main parfois vigoureuses. Le peu de femmes dans ce métier donnent la main de manière plutôt molle, fragile, sans réel contact. Lorsque j’établi un contact, j’ai plutôt tendance à le faire de manière franche, je sais serrer la main comme un homme et bien que je ne le fasse pas car cela me semble innaproprié, je n’aime pas juste donner la main de manière molle. Cependant, en tant que femme, il y a-t-il une sorte de ligne directrice à suivre afin de ne pas être trop franche ou brut de pomme, mais pas non plus insignifiante face à des hommes, particulièrement en tant que commerciale?

    Si tu as une réponse ou des conseils je suis preneuse!

    merci et bonne continuation 🙂

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Salut Elise,

      Dans ta poignée de main, c’est effectivement bien d’être présente sans forcément passer 3 heures chaque semaine en salle de musculation pour donner la pareille aux hommes. Si tu souhaites montrer ta présence de manière positive, il ne s’agit pas d’oublier d’autres éléments, tel que le regard dans les yeux, la posture droite, la démarche dynamique à l’approche, le sourire.

      A bientôt sur le blog,
      Romain

      Répondre
  9. Fatima Ngamie
    Fatima Ngamie dit :

    j’adore tes documents mais j’aimerais avoir une idée de la poignet de main qui frôle juste les doigts donnant la sensation de ne pas vouloir saluer.et quand est il des personnes qui ne font que des bises surtout chez les femmes. merci

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Je n’ai pas de réponse à tes questions Fatima. Une gestuelle esseulée or contexte et sans analyse en cluster (cad sans autres éléments non-verbaux pouvant y être liées) reste vide de sens.

      Romain

      Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] que l’on ne représente pas une menace et que le contact social n’est pas une difficulté. Une gestuelle de soumission est conseillée dans cette phase. Cette dernière indique simplement que l’on peut être […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Envie de vous exprimer ?