Comment-débuter-décrypter-gestes

Comment débuter pour décrypter les gestes ?

Si vous souhaitez décrypter les gestes, vous avez besoin de connaître une méthode qui vous permettra de vous assurer que vos déductions sont pertinentes et justes. Et pour réaliser une analyse correcte, s’intéresser à la ligne de référence de votre interlocuteur est le premier exercice pratique.

Dans cet article, je vous propose de vous expliquer en quoi consiste ce premier pas et comment vous entrainer pour que vous soyez rapidement capables d’interpréter les gestes correctement.

Comment-débuter-décrypter-gestes

La plus grande peur du débutant est de se tromper dans son interprétation, de mal analyser un geste et lui donner une mauvaise signification. Le problème des faux signaux arrive aussi assez vite:  « Il se gratte le nez, c’est un indicateur ou pas? ».

Il est donc souhaitable de savoir distinguer ces mauvais signaux des véritables indices pour analyser la situation de manière efficace.

C’est grâce à l’étude de la ligne de référence de votre interlocuteur que vous y parviendrez. C’est donc le premier outil auquel vous devez vous intéresser dans votre apprentissage

Ligne de référence: votre arme n°1 pour débuter à décrypter les gestes.

Appelée aussi baseline (en anglais) ou ligne de base, cette ligne de référence est l’ensemble des comportements d’un individu quand il est « au repos », ce qui signifie quand il est dans une situation habituelle de sa vie quotidienne.

Pour contre-exemple, un postulant pour un entretien d’embauche dans une salle d’attente qui va bientôt commencer son interview N’EST PAS dans une situation habituelle.

Vous remarquerez certainement des signes de stress, de peur peut-être; c’est normal. Cela ne signifie pas que cette personne est stressée en permanence.

Vous l’avez compris, l’environnement et les circonstances jouent un rôle très important.

Pour débuter dans le décryptage des gestes – commencez par votre entourage :

Au début, vos proches sont l’échantillon idéal pour vous entraîner à définir une baseline. Et ce pour 3 raisons:

  • La première est que vous les rencontrez plus souvent dans des situations « ordinaires ».
  • La deuxième est qu’au début, pour déterminer la ligne de référence, il vous faudra un peu de temps, ou tout du moins quelques minutes.  Cette exercice va vous demander un effort de réflexion, c’est aussi pour cette raison qu’il vaut mieux éviter de caractériser la ligne de base quand vous êtes en pleine conversation. Pendant un diner de famille, par exemple, vous pouvez vous mettre quelque peu en retrait pour vous exercer sans que cela n’inquiète personne.
  • La dernière raison  est qu’il existe ce que nous appellerons des « stéréotypes non-verbaux ». En effet, vous remarquerez au fur et à mesure de votre apprentissage que, même si chaque baseline est unique, il y a de grandes tendances. Quand vous rencontrerez quelqu’un de nouveaux, vous pourrez peut-être rattacher le décryptage de ses gestes à une baseline connue et gagner ainsi du temps dans votre analyse. Mais cela exige d’avoir créé au préalable un genre de « catalogue » et commencer par votre entourage est de loin le plus simple.

Comment établir la baseline d’un individu quand on débute à décrypter les gestes ?

Premièrement, comme je l’ai déjà annoncé plus haut, cette analyse va vous demander un effort de réflexion. L’idéal est d’être un peu à l’écart pour ne pas être dérangé. Vous verrez qu’au fur et à mesure, par associations, vous deviendrez de plus en plus rapide et cette contrainte pourra être oubliée.

Vous allez observer votre « cible », celui dont vous analysez la ligne de référence et vous poser les questions suivantes:

  • De manière générale quelle est la posture de cette personne (bien droite ou affalée) ?
  • Son attitude : ouverte ou fermée ?
  • Comment sont ses gestes (plutôt rapides ou plutôt lent) ?
  • Comment place-t-elle ses mains le plus souvent ?
  • Quand elle parle avec d’autres personnes, à quelle distance se tient-elle?
  • A-t-elle des gestes qu’elle fait souvent? des mimiques ?
  • Parle-t-elle en faisant beaucoup de gestes ou au contraire bouge-t-elle très peu ?
  • En parlant des jambes: sont-elles généralement croisées ou pas ?
  • Cette personne a-t-elle pour habitude de prendre beaucoup d’espace pour sa propre personne ?

Vous l’avez compris, cette liste est loin d’être exhaustive. J’ai repris les critères principaux mais il ne tient qu’à vous de la faire évoluer en fonction de ce que vous repérez.

N’hésitez pas à refaire l’exercice plusieurs fois avec la même personne à des moments différents. Vous pourrez ainsi confronter vos différentes lignes de référence et confirmer (ou infirmer) certaines de vos hypothèses.

Image de prévisualisation YouTube

Je pense que vous avez maintenant tous les éléments en main pour créer une baseline correcte de vos proches. Nous allons maintenant voir comment l’utiliser dans une interaction.

Débuter en décryptage de geste: faire ses premières déductions

Nous considérons ici que vous êtes dans une conversation avec quelqu’un dont la ligne de base est maintenant caractérisée.

Le but du jeu pour décrypter les gestes est de détecter les attitudes et les gestes de votre interlocuteur qui montrent une rupture avec la baseline établie ( vous pouvez vous aider du kit du décodeur pour y arriver plus facilement) et déceler si cette modification entraîne plutôt du confort ou de linconfort.

je vous donne un exemple: un de vos collègues a pour habitude d’être quelqu’un de très calme, d’une attitude souvent fermée, il exécute peu de gestes. Généralement, quand il arrive au bureau, il vous fait signe de la main et part directement dans sa pièce pour travailler.

Aujourd’hui, en arrivant, il a fait un détour pour vous serrer la main et vous remarquez dans son attitude des gestes d’ouverture en saluant les autres membres du personnel. Vous remarquez aussi que sa posture est bien plus droite que d’habitude.

Vous pouvez en déduire assez facilement qu’il lui est arrivé quelque chose de bien. Même si vous n’avez pas l’habitude de discuter souvent avec lui, c’est peut-être le bon jour pour lier conversation et lui demander ce qui le met dans un état si joyeux.

Il vous apprendra qu’il va se fiancer, qu’il a gagné une belle somme au Lotto, peut-être quelque chose que vous jugerez insignifiant mais qui à coup sûr pour lui a de la valeur. Dans tous les cas, ça lui fera plaisir de se rendre compte que d’autres soutiennent sa joie.

Vous ne pouvez vous en rendre compte uniquement si vous avez au préalable défini les caractéristiques de sa ligne de référence.

Résumons comment débuter pour décrypter les gestes.

Pour réaliser un diagnostic correct, éviter les fausses interprétations et les faux signaux, il est indispensable d’avoir au préalable établi la ligne de référence de votre interlocuteur. Ce qui signifie avoir caractérisé ses attitudes et gestes habituels dans une situation de type « ordinaire ».

Pour commencer, vous devez vous entraîner sur votre entourage pour vous créer une « base de données » de lignes de base. Ainsi, vous pourrez associer vos analyses à de nouveaux individus et améliorer ainsi votre vitesse.

Dans un deuxième temps, vous chercherez à repérer tout comportement qui sort de cette baseline et l’analyserez pour en déduire une signification. N’oubliez pas néanmoins d’analyser vos gestes en cluster, ce qui rajoutera un filtre à faux signaux supplémentaire.

A vous de jouer !

Votre exercice est le suivant: vous allez choisir une personne que vous voyez au moins 3 fois par semaine et vous allez caractériser sa ligne de référence.

Vous la retravaillerez chaque fois que vous la rencontrez pour affiner votre analyse. Dites-nous dans les commentaires les résultats de votre analyse. Si chacun fait cet exercice, rapidement, en relisant les commentaires, vous découvrirez sans doute des lignes de référence que vous pourrez adapter à quelqu’un de votre entourage et vous apprendrez encore plus vite.

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Envie de vous exprimer ?