Cahuzac

Cahuzac : le mensonge non-verbal

Image de prévisualisation YouTube
Cliquez sur le bouton « Play » de la vidéo pour la démarrer

Transcription texte

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle analyse non-verbale du Décodeur du Non-Verbal. Aujourd’hui on va s’intéresser à l’affaire Cahuzac. Donc à l’heure où je fais cette vidéo, l’ex Ministre du budget a avoué détenir des comptes en Suisse. Mais comme moi et les informations télévisées, cela fait deux, j’ai appris très récemment les tenants et les aboutissants de cette affaire. Peu importe.

Aujourd’hui je vous propose de regarder une série de cours extraits vidéos où Jérôme Cahuzac nie détenir de tels comptes et on va s’attacher à décoder les indices non-verbaux qui mettent sur la piste du mensonge.

Je vais vous passer dans quelques secondes les extraits que vous pouvez retrouver sur le site le Monde.fr et d’ores et déjà flécher les indices non-verbaux qu’il faut repérer. Et on se retrouve juste après pour l’analyse fine avec des pauses entre chaque indice non-verbal pour que vous puissiez
les garder en tête. Alors c’est parti ! On se retrouve juste après :

Ok nous revoilà ensemble. On va maintenant étudier quels sont les indices qui auraient pu nous montrer la supercherie. Et il y en a pléthore.

Mais avant de commencer l’analyse comme toujours, une remise en contexte et quelques avertissements s’imposent. Quand on s’intéresse au mensonge, on va décoder les indices de stress. Car je rappelle que les indices de mensonges en tant que tels n’existent pas mais ce sont les
indices des stress générés par le mensonge et la peur surtout de se faire attraper qui sont observables.

Je rappelle aussi que le fait d’être questionner à la radio ou à la télé est un élément à mettre dans le contexte. C’est à dire qu’au delà du thème difficile sur lequel Cahuzac est questionné, les questions elles mêmes dans cet environnement médiatique peuvent être stressantes….

Alors cette analyse est un peu particulière puisqu’elle va à la fois traiter de non-verbal, autour de la gestuelle mais aussi sur les formulations
de phrases qui sont tout aussi intéressantes.

Analyse non-verbale de Cahuzac

La première chose que l’on remarque c’est la relative immobilité de Cahuzac sur tous les extraits. L’immobilité est la première réaction que le cerveau commande au corps d’avoir et c’est plus particulièrement le système limbique en cas de stress qui joue ce rôle parce que tout simplement l’immobilité nous permet de prendre connaissance de tous les éléments, tous les facteurs autour de nous, de faire un état des lieux de la menace et
de choisir la meilleure option ensuite. Il est immobile dans tous les extraits.

L’une des stratégies qui l’emploie avant même de rentrer en détail dans chaque extrait est de plaider l’innocence. Ce qu’il a fait pendant des mois et ensuite après l’innocence, se faire passer pour une victime. Pour enfin se remettre à une autorité compétente (la justice française. Au fur et à mesure des extraits qui sont chronologiques, je ne sais pas si vous avez pu le remarquer, le discours et cette structure innoncence/victivme/aurotiré s’affinent.

Extrait RTL

Alors la première interview est très intéressante parce que justement c’est LA première et qu’il n’y a pas ou peu de préparation. A la prononciation de MediaPart, sa tête va vers le bas. Je ne sais pas ce qu’il ressent. Mais très généralement, la tête vers le bas est synonyme d’inconfort. Il a la tête vers le bas, il a la tête rentrée dans les épaules, que l’on appelle dans le jargon non-verbal l’effet tortue. Il cherche à se faire petit, à ne pas se faire repérer.

Par ailleurs quand une personne est confiante en ce qu’elle raconte elle a tendance à se tenir droite, à prendre de la place. A l’inverse, quand on est en insécurité, on a tendance à être avachi, c’est ce qu’on retrouve ici.

On peut imaginer facilement même si ils ne sont pas sur l’image que  ses pieds sont excités  sous la table. Ca se passe avant que la question ne soit posée. On le voit parce que l’on peut remarquer les épaules bouger, ce qui en somme, signifie que les pieds en dessous de la table sont en train de remuer. Même si il contrôle sa nervosité en façade, c’est pieds font la java en dessous. On a tendance à les oublier ceux là. Ils sont souvent indice de vérité. Dont ici de nervosité.

Autre chose. Il fuit le regard de son interlocuteur ce qui est un signe classique de mensonge. C’est l’une des première fois qu’il est sollicité sur ce sujet. Quand on ment on évite de faire des contacts visuels car inconsciemment on pense être vu au travers, démasquer. Vous verrez qu’ensuite, une fois empêtré dans le mensonge et pris dans cette spirale, son regard sera fixe vers ses interlocuteurs pour justement convaincre qu’il dit la vérité. Observez bien cela dans les prochains extraits.

Assemblée Nationale

Ici maintenant encore pas mal de choses à observer. Premièrement, les perturbations vocales tel que les « euh » sont présentes. A mon avis, c’est encore un moment où le speech n’a pas été préparé. On est le même jour que la précédente interview. Donc écoutez bien ces perturbations vocales. On observe également ce que l’on appelle un objet barrière. C’est à dire qu’en cas de stress, on peut être amené à disposer entre notre corps et la source de stress un objet pour se protéger. Ici c’est le microphone qui joue ce rôle. De plus on peut voir qu’il serre et tapote le micro, il cherche à se rassurer. L’immobilité est toujours présente. Il ne bouge pas. Il n’y a aucun geste de mains venant appuyer et démontrer le discours comme pourrait le faire tout orateur voulant donner du poids à ses mots et convaincre de la vérité. Ici il a plutôt tendance à se faire petit et à se cacher.

Et pourtant juste avant, lorsqu’il dit une vérité « J’appartiens au gouvernement Hérault, etc… », je remets la vidéo sur le passage concerné la main gauche s’exprime. Et à partir du moment où il ment, elle s’arrête : immobilité.

Par ailleurs concernant cette scène, j’aimerais juste revenir sur un passage ici qui vous as peut-être échappé. Au montage, on voit la réaction primaire de Jérôme Cahuzac faisant suite à la question. Alors c’est juste ici. Au départ je ne l’avais pas vue et c’est en préparant cette analyse
que je l’ai ensuite découverte. Et bien on voit ici un léger mépris.

Europe 1

Autre extrait maintenant. Plus tard dans le temps. Ce qu’il est intéressant à remarquer, c’est que le discours s’est vite amélioré. Il est désormais bien ficelé. Il a été répété. La structure reste cependant relativement la même. Innocence, victime, autorité tiers. Ce qu’il est intéressant de remarquer dans cet extrait, c’est la fréquence de clignements des yeux. En temps normal (sans stress particulier) on a tendance à cligner 6 à 8 fois par minute. Ici on va compter ensemble. 9 fois. Il y a donc quelque chose qui se trame ici. Je vous repasse l’extrait pour qu vous les contiez avec moi. Et voilà pour les clignements des yeux.

Autre point, il fixe désormais ses interlocuteurs désormais. Il  connaît son discours et en est convaincu. Il peut se permettre désormais de fixer ses interlocuteurs pour voir si ce qu’il dit est bien gobé. D’ailleurs l’extrait suivant commence dans cette optique. Ecoutez bien.

BFM TV

Et dans ce dernier passage c’est tout aussi intéressant d’un point de vue non-verbal. Tout d’abord pendant la question du présentateur on a un sourire social de Jerome Cahuzac, non authentique. Ce genre de sourire apparaît pour masquer toute autre émotion qui pourrait apparaître sur le visage. On a tendance à sourire de cette manière lorsque l’on se sent gêné. Ici cela va lui donner un air crispé. Sujet grave mais un sourire de façade apparaît ce qui est en complète contradiction avec l’accusation. Il cherche à dissimuler ses émotions.

Autre point cette fois-ci d’un point de vue vocal, l’ex Ministre du budget reprend mot pour mot les questions. C’est souvent un signe de mensonge parce que le cerveau n’a pas le temps ni les ressources pour inventer une autre réponse.

Il y a deux exemples me sautent aux yeux ou  plutôt aux oreilles « Je n’ai jamais eu de compte en Suisse » et «  A aucun moment ». Je remet la vidéo pour que vous puissiez vous aussi l’entendre.

Nous voilà au bout des 4 extraits. C’était l’analyse non-verbale de Jérôme Cahuzac. Alors la liste des indices n’est peut-être pas exhaustive et je vous
invite à poster un commentaire en dessous de la vidéo si un aspect particulier vous questionne ou si vous avez repéré d’autres indices.

Dans cette analyse, je ne suis ni juge ni parti, je décode simplement la gestuelle. Je ne connais pas Jérôme Cahuzac et je ne me permettrai aucun jugement.

Et d’ailleurs si vous avez vous aussi des séquences intéressantes à analyser, pensez à mettre un lien en dessous de la vidéo dans les commentaires. Je la regarderais. Et peut-être que votre vidéo atterrira sur le blog dans une prochaine analyse.

Je vous remercie d’avoir suivi cette vidéo et si vous avez appris quelque chose d’utile, ce que j’espère, pensez à la partager sur Facebook. Je vous dit à très bientôt pour une prochaine analyse du décodeur du non-verbal.

 

71 réponses
  1. fefal
    fefal dit :

    Excellent msg mais cela demeure plus facile quand il a avoué. Il serait interessant d’avoir le même genre d’analyse avant qu’il ait avoué :)

    Répondre
  2. Patrick
    Patrick dit :

    Bravo pour cet exercice d’analyses, enrichissant.
    Cependant que pensez vous de cette phrase de trop (pour moi)
    « ni maintenant, ni avant » pour moi c’est une précision que l’on ne lui demandait pas et à mes oreilles elle est suspecte.
    Merci pour cette analyse
    Patrick

    Répondre
  3. houss
    houss dit :

    salut romain, et merci pour ce super boulot, encore une fois 😉
    je voulais juste savoir ce que tu pensais de la direction du regard de Cahuzac sur la toute première interview, sur RTL. Quand le journaliste le questionne sur le compte en suisse, la direction du regard part sur la gauche, mais dès qu’il commence à mentir, c’est à dire à nier l’existence de ce compte, son regard se dérobe presque systématiquement vers la droite. J’ai lu quelque part que la direction du regard vers la gauche signifiait que l’on puise dans ses souvenirs, tandis que le regard dirigé vers la droite signifie que l’on puise dans son imaginaire…

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Bonjour Houss,

      Plus j’avance dans mon apprentissage et me sensibilise aux différentes approches d’apprentissage du non-verbal, plus je commence à émettre un avis critique sur certaines choses dont l’une d’entre elles est la direction des regards. Et c’est pour cette raison que volontairement, je n’ai pas mentionné ce point dans la vidéo. Cependant, merci de le soulever. La direction des regards n’est pas une donnée à 100% fiable. Pour qu’elle soit efficace, il faut l’observer en connaissant la ligne de référence de la personne décodée. C’est-à-dire, lorsqu’elle regarde à gauche en faisant référence à un fait imaginaire par exemple, c’est toujours le cas. A partir de là on peut comprendre ses préférences au niveau du regard dans tel ou tel cas (réel / imaginaire). Je ne connais pas Cahuzac et n’ai pas visionné assez de vidéos à son sujet pour connaître cette ligne de référence.

      Merci pour ton commentaire

      Romain

      Répondre
      • franck marcheix
        franck marcheix dit :

        Bonjour Houss et Romain,
        attention la direction des yeux a été une théorie de la PNL (programmation neuro-linguistique) particulièrement à la mode (en haut visuel, milieu auditif, en bas kinésthésique ou dialogue intérieur, à gauche : souvenir, à droite : imagination)
        seulement cette théorie n’a jamais tenue la route face à la science et aux expérimentations scientifiques. Rien aujourd’hui ne permet d’affirmer ce genre de grille de lecture.
        Même Bandler, le créateur de la PNL a réfuté cette théorie. Alors même si son créateur la réfute, que peut-on dire de plus ?

        Bien à vous…

        Les recherches infirmant la théorie des mouvements occulaires sont faciles à trouver dans la documentation scientifique.

        Répondre
  4. Laetitia
    Laetitia dit :

    Genial tres bien expliqué je suis contente, je commence à faire des progrès grâce à tes conseils. Le moment où il dément à l’assemblée pour moi était un moment de flagrant mensonge mon analyse était identique à la tienne. Continu à nous faire progresser. BOn dimanche à tous.

    Répondre
  5. brigitte
    brigitte dit :

    Bonjour, j’ai une remarque en ce qui concerne le sourire social, crispé, du dernier interview. Moi, j’y vois aussi, après la remarque « Les yeux dans les yeux », un sourire de contentement, style « Vas-y mon gars, pose la ta question, je suis prêt! »

    Répondre
  6. Félix
    Félix dit :

    Bonjour romain, et bonjour à tous

    Concernant ces 4 extraits, j’ajouterais quelques items d’inconfort:

    Dès le départ, on remarque cet œil gauche assez fermé, signe qu’il est dans une situation
    où il n’est pas à l’aise.

    « ceci est il vrai ? 0.19’ Non ca ne l’est pas, on observe un oui de la tête
    « La difficulté que j’affronte » à ce moment là on peut observer le blanc de l’oeil sous la pupille,
    pour dire encore une fois qu’il a peur, peur d’être découvert.
    Par ailleurs, c’est à peine si il cligne des paupières, il récite son texte.

    Concernant la deuxième séquence:

    La première chose que l’on remarque, c’est qu’il tient son micro, comme si il avait besoin
    de quelque chose auquel se cramponner, pour se rassurer.
    Le blanc sous les yeux est encore plus visible.

    Pour le troisième extrait,

    je relève que chaque fin de phrase est ponctuée par une bouche fermée, là encore, l’information ne sera pas dévoilée
    enfin l’indice premier de cette courte vidéo est visible au niveau de la bouche, en effet les incisives inférieur sont visibles.un item de peur.
    pour terminer j’ajouterais que dans chaque vidéo le blanc sous l’oeil est visible et que les paupières ne clignent pas ou très peu.

    Voilà voilà ! 😀

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Merci Félix pour ces compléments d’informations où j’invite chacun à aller constater dans la vidéo (si vous lisez ce message vous n’avez plus d’excuses). 😉

      Pour le blanc des yeux, qu’entends-tu derrière cela ?

      Romain

      Répondre
      • Félix
        Félix dit :

        Merci pour ta réponse Romain,

        Dans le langage émotionnel, les fentes palpébrales qui est un muscle qui entoure l’oeil, il rentre en hypertonie lors d’émotions positives comme pour un vrai sourire (http://sante.lefigaro.fr/sites/default/files/styles/450_x_/public/media/field_media_image/9aae4294-dd6a-11e1-a429-024762ff7d50-493×328.jpg?itok=BKYU6kj2).

        Les sourires qui ne sont pas éprouvés ne comportent pas cet item.

        Au contraire, lors d’émotions négatives, ce petit muscle a tendance à tomber. Laissant apparaitre le blanc au dessous de l’oeil.

        cf: le langage universel du corps, Philippe Turchet.
        Si tu veux plus d’info, je t’invite à aller sur le site de la synergologie.

        bien à toi

        félix

        Répondre
      • Félix
        Félix dit :

        Bonjour Romain,

        Désolé pour cette réponse tardive mais mon précédent post ne s’est pas effectué.

        Ce que nous appelons en synergologie, le sampaku,
        c’est cette surface blanche qui apparaît sous l’oeil.
        Il possède une signification qui lui est propre, mais pour rester simple,
        c’est un gage d’émotion négative.

        Bien à toi,

        Félix

        Répondre
  7. Marryloux
    Marryloux dit :

    Puisque tu parles aussi de non verbal, au premier visionnage, j’ai trouvé que son vocabulaire laisse parfois transparaître la possibilité que quelqu’un puisse un jour réfuter la véracité de ses propos.
    Dans le passage RTL, Cahuzac dit « mes accusateurs devront prouver… et ils auront du mal », ce qui sous entend que ce n’est pas impossible!!! De plus on note une inflexion de sa voie sur le mot « prouver », on dirait presque qu’il a du mal à le dire! Il est vrai que ça aurait pu être une phrase de provocation si elle avait été prononcée avec assurance, mépris et/ou cynisme… ce qui n’est pas le cas du tout puisque l’on ressent clairement son inconfort. Donc dans un sens déjà, il perd en crédibilité. Sachant qu’il était sur la sellette, il aurait dû faire comprendre que ses accusateurs ne pourront d’aucune façon prouver ce qu’ils disent… Ou un truc du genre.
    Aussi chez BFM, il dit que la réponse des suisses « permettra… » et ajoute « je l’espère, (…) d’en finir avec ces saletés ». Dans cette phrase, j’imagine qu’il a voulu dire qu’il espère en finir vite…Mais en même temps, de par l’ajout de mots et sa diction, on dirait plutôt qu’il est en train d’espérer que les suisses prouveront son innocence. S’il était innocent, il n’aurait nullement besoin d’espérer, il serait sûr!
    Pour finir et comme tu nous l’as bien montré, le non verbal ne manque pas dans ces vidéos, mais on pourrait aussi parler de ce qu’il n’y a pas: il n’est jamais en colère (ou alors je ne l’ai pas repéré)! C’est bizarre car en étant faussement accusé de choses graves, toute personne qui se respecte échapperait au moins un peu de colère sur son visage!

    Au passage, j’en profite pour te féliciter de tenir ce blog… qui me procure de la bonne lecture!

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Merci Marryloux d’avoir creusé encore davantage le côté verbal de la vidéo. Concernant la colère qui n’est pas présente, c’est exactement le même genre de chose qui aurait pu être mis en avant en 2004 lorsque l’athlète Marion Jones avait été accusée s’être dopée. Elle n’avait, en niant l’existence de tels dopants, montré aucune émotion de colère (seulement quelques microexpressions de peur et de tristesse).

      Je te mets le lien si tu veux y jeter un œil (c’est en anglais) :
      https://www.youtube.com/watch?v=orn94KTWwnw

      Romain

      Répondre
  8. leo jouan
    leo jouan dit :

    bonjour !

    je trouve intéressant le mot en finir avec cette « saleté » au lieu de dire « mensonge » ou « calomnie »
    je crois que lorsque l’on utilise ce genre de distanciation avec le sujet (exemple au lieux de dire » ma femme » ou j’utilise soudainement son prénom pour répondre a une accusation.)

    pour le poste sur la direction du regard j’ai içi une vidéo de Louis de Funes intéressante car j’ai remarquer qu’ici Louis de Funes inverse complètement le schéma :
    gauche = passé droite= avenir et ou imagination:
    ..http://www.youtube.com/watch?v=LZkSDn61T08

    est-ce au moment du montage video que l’image a été inversée?
    est-ce un point lumineux qui provoque une inversion du schéma?
    enfin je ne pense pas que de Funes ait appris a écrire en arabe ce qui aurait aussi put inversé la ligne de représentation du temps

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Bonjour Leo,

      Merci de ton message. Je vais aller voir ton lien et concernant les regards, je te propose d’aller lire ma réponse à Houss juste au-dessus.
      La direction des regards n’est pas à 100% déductible et ce qui serait intéressant c’est de voir d’autres interviews vidéo de Louis de Funes et
      observer s’il présente le même pattern que tu viens de décrire.

      Romain

      Répondre
  9. leo jouan
    leo jouan dit :

    oups ! en relisant j’ai vus que je n’avais pas finit ma phrase
    « je crois que lorsqu’on utilise ce genre de distanciation » …c’est qu’on est mal a l’aise avec le sujet en question
    içi c’est le mot mensonge qui est éviter …et remplacer par « saleté »

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Oui c’est une stratégie d’évitement assez connue. Merci de le soulever ici. Dans le même esprit, les fans d’une équipe de foot pourront employer : « On a gagné » ou « Ils ont perdus » selon l’issue du match et leur volonté de s’identifier ou non à leur équipe favorite 😉

      Romain

      Répondre
  10. Pierre
    Pierre dit :

    Avant les aveux, j’avais été troublé par le hochement de la tête de haut en bas en signe d’acquiescement alors qu’il nie, ça m’avait semblé contradictoire…

    Répondre
  11. Gregory
    Gregory dit :

    bonjour romain

    merci pour cette vidéo très intéressante . je me permet une question: J Cahuzac me donne l’impression d’être ailleurs de réfléchir (vers 10mn03) ou dans ses pensées. ça peu avoir de l’importance dans l’analyse?
    à bientôt et bon dimanche

    Gregory

    Répondre
  12. THELLIER
    THELLIER dit :

    Bonjours,

    Tout d’abord merci de cette vidéo sur cette affaire que je ne connaissais quasiment pas.

    J’aimerai appuyer son mensonge par un dernier indice. Pour moi dans ces différentes interviews le ministre coupe beaucoup trop ses phrases en plus de l’absence de geste illustrateur comme vous l’avez fait remarquer.

    Ma question est donc la suivante, lorsque le temps de réponse à une question est trop lente, on peut soupçonner un inconfort ou encore lorsque la personne répond trop vite, cela ressemble à une réponse préparée (qui n’est peut-être pas la vérité.), mais pour moi on peut ajouter aussi le fait de découper fortement sa réponse comme on peut l’entendre ici avec par exemple l’interview avec Mr.Bourdin, est-ce que pour vous, le fait de trop découper une réponse à une question peut-être un signe de mensonge (par à lui tout seul bien-sur) lorsque le cluster le fait ressentir partiellement ou en totalité?

    Cordialement

    THELLIER Florian

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Ta question est très pertinente Florian à ce sujet (on peut se tutoyer ici si tu n’y vois pas d’inconvénient). Sur le sujet que tu soulèves, je n’ai pas eu l’occasion de pouvoir me référer à des ouvrages et à des études scientifiques particuliers. Mais cela mériterait d’ouvrir un terrain d’investigation sur ce sujet. Généralement la lenteur de phrase (tout dépend si Cahuzac à l’habitude de parler vite ou non), peut être lié au fait de chercher ses mots, occasionnant une certaine gêne. Mais de-là à en faire un indice de mensonge, je ne m’avancerais pas.

      Romain

      Répondre
      • THELLIER
        THELLIER dit :

        Merci de ta réponse.

        Je n’ai également pas pu avoir d’ouvrage scientifique sur ce sujet, mais par le Billet d’un reportage sur Paul Eckman qui eu la gentillesse de nous faire une petite analyse sur une vidéo célèbre sur le mensonge de Bill Clinton (dont voici le lien : https://www.youtube.com/watch?v=yerdRh6sGT4). On remarquera un comportement similaire a Cahuzac dans l’une des interviews notamment avec Mr.Bourdin. Voici un autre lien (https://www.youtube.com/watch?v=S4VZWw08Uns) qui montre Paul Eckman face à Bill Clinton a 3:20 (même si ce n’est pas la bonne vidéo) puis un peu plus loin a 4:50 un autre homme politique en plein mensonge ayant deux expressions de honte à la suite et un parler très découpé tout comme Bill Clinton.

        Si cela ne concentre pas de preuves elles permettent d’avoir une base si cela t’intéresse. Se sont ces deux vidéos qui m’ont interpellées quant à la diction de Cahuzac qui pour moi y ressemble fortement.

        Bien-sur pour avancer il faut une base et il faudrait compléter avec des vidéos de discours classique pour entendre son débits de parole.

        Mais pour ma part, trois hommes politiques différents à des époques différentes qui ont le même débits de parole en plein mensonge, c’est beaucoup trop pour être une coïncidence.

        Si, il est vrai que l’on ne peut s’avancer, c’est pour moi une piste à explorer.

        Qu’en penses-tu?

        Répondre
  13. jean philippe
    jean philippe dit :

    Bonsoir,

    Romain, merci pour cette illustration de cette affaire. Je crois que le principal a été dit. Concernant le problème du regard, j’ai remarqué qu’à l’assemblée quand il il tient le micro, sa montre est au poignet droit. Ce que font parfois les gauchers, ce qui expliquerait ces questions du regard. avec l’inversion pour les gauchers. On voit aussi, que le verbal ici, a de l’importance. La répétition des questions dans les réponses, les euh.

    Mais on l’a dit, il n’y a pas de messages significatifs pour le mensonge. Maintenant on connait tous la réponse, mais à l’époque des interviews, est ce qu’on e n’aurait pas pu penser que c’était simplement de l’inconfort par rapport aux questions. Quand on vous accuse et que l’on est innocent, on ressent aussi de l’inconfort !

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Hello Jean-Philippe 😉

      Tu montres très bien le côté contexte de l’analyse qu’il est essentiel de prendre en compte et j’apprécie ta remarque sur les poignets. Je vais poster ce soir une petite étude sur la page FB du blog auprès des lecteurs pour voir la tendance montre/gaucher/droitier. Je te tiendrais au courant ici 😉

      Romain

      Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Après analyse auprès de 65 lecteurs (ce qui insuffisant pour généraliser mais offre déjà une tendance), voici les résultats :

      Les droitiers portent à 75% leur montre à gauche (25% à droite).
      Les gauchers portent à 66% leur montre à gauche (34% à droite).

      Romain

      Répondre
  14. Devil_may_care
    Devil_may_care dit :

    Biensûr que c’est facile de le faire à posteriori, mais qui ce serait permis de le faire avant (présomption d’innocence oblige)?
    Là où je suis étonné, c’est de sa nervosité chez Michel Apathie, il n’était pas face à un adversaire, Apathie était contre Mediapart.
    C’est vraiment que le stresse à du être très fort, pour qu’il ne puisse pas se retenir de sautiller autant (voir le mouvement nerveux de la tête qui rebondi comme un ressort).

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      On oublie souvent d’observer les pieds et pourtant il offre pas mal d’indices. Surtout derrière une table où on n’y pense plus. Comme tu le soulignes, les mouvements de tête (légères vibrations) et d’épaules sont là pour témoigner de leur agitation.

      Merci pour ton commentaire,
      Romain

      Répondre
      • Devil_may_care
        Devil_may_care dit :

        Je vais rajouter un point très intéressant sur cette interview avec Apathie,

        mettez la vidéo sur pause à 1 min 17:
        Regardez bien sa bouche et ses yeux,
        la commissure gauche est plus haute que la droite et son oeil gauche est plus fermé et regarde en bas à gauche.
        Ces signes montrent un fort dépit du ministre, une sorte de petite voix qui lui
        « tu vas tout perdre, t’es foutu ».

        En regardant la suite 1 min 23:
        il dit « non ça ne l’est pas » en regardant à bas à droite, en gros ses yeux disent: je tronque la réalité. Devant un inspecteur de police qui a l’habitude de déceler ce genre émotions, il est grillé directe.

        Pourquoi je reviens sur cette interview avec Apathie, car je pense que c’est la seule qui peut nous permettre de voir ses émotions parasites, car il n’a pas eu le temps de se préparer, il est dans l’émotionnel complet.

        Répondre
  15. Cédric
    Cédric dit :

    Bonjour !

    Idée fort intéressante, Romain, que de s’intéresser à la gestuelle Cahuzac, et plus généralement, à celle de nos politiques en général, placés constamment sous pression médiatique et dont la parole publique est mise en doute surtout en ce moment. Je ne peux que recommander au contraire d’être très attentif à l’actualité politique et de la commenter ici avec l’approche originale qui est la vôtre !

    J’attire l’attention sur les six premières minutes de cette émission de Mots Croisés, dans lequel le malaise de Cahuzac est particulièrement fraggrant : posture de repli, aggressivité, sourire social, …

    https://www.youtube.com/watch?v=0e7Se6E_WpE

    Une autre vidéo m’a paru également très intéressante : François Fillon a décidé d’annoncer son patrimoine en direct sur le journal de France 2 suite à l’affaire Cahuzac. Il veut faire là un exercice de vérité devant les Français. Or, que remarque t-on ? Clignements d’yeux en cascade, hésitations, regards baladeurs, et autres signes que vous saurez détecter et interpréter bien mieux que moi (je suis un néophyte sur les questions de non-verbal). J’en suggère une analyse (sans forcément conclure par ‘il ment », mais en signalant les signes qui trahissent son inconfort au moment d’aborder des éléments concernant sa vie privée).

    https://www.youtube.com/watch?v=xG-z9jEDsyU

    Voilà ! Merci de me lire !
    Bonne journée

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Merci Cédric de cette riche contribution aux discussions, l’idée de s’intéresser désormais aux « autres » est alléchante (et tu n’es pas le seul à m’en faire part). Je vais consulter les liens avec grand intérêt.

      Romain

      Répondre
  16. Franck Marcheix
    Franck Marcheix dit :

    Bonjour Romain,
    Quel dommage d’être tombé dans ce panneau. Donner une explication à postériori de l’affaire. Cela n’élève en rien le débat sur le non verbal et même au contraire donne de l’eau au moulin de nos détracteurs.
    Dans les différentes vidéos que tu as pu commenter, il n’existe aucun signe de « mensonges », tu le dis au début de ton analyse et cependant tu ne peux t’empêcher au fur et à mesure de ton explication de prendre le raccourci, « s’il fait ça c’est un signe de mensonge ».
    De nombreux gestes que tu affirmes comme des indices de supercherie ne sont que des indices confirmant la nature très sérieuse de l’accusation et donc du stress qui peut très naturellement apparaître étant donné la position (ministre du budget mis en accusation par un média célèbre pour ses « coups »).

    Je vais tenter de faire un retour si tu me le permet :

    04:32 : tu affirmes qu’il reste immobile à cause de son stress (pour surveiller son environnement), ok remet en perspective avec d’autres de ses vidéos
    difficile à trouver certes car aujourd’hui il n’y a que son « affaire » mais regarde cette vidéo
    http://tempsreel.nouvelobs.com/video/xxtiix.VID/retraites-cahuzac-en-accord-avec-hollande-sur-l-esperance-de-vie.html
    et tu verras qu’il est très immobile aussi à par un léger mouvement (main droite)
    Donc qu’il soit immobile nous montre qu’il est en ultra contrôle sur son discours mais n’est-ce pas légitime étant donné sa position. Pourrais-tu affirmer avec cela qu’il ment ? un peu de sérieux.

    06:06 : « on peut imaginer facilement » — attention, grosse projection de ta part sur les pieds excités sous la table, les épaules qui bougent sont tellement minimes que cela peut venir d’autres choses.

    07:00 : regard fuyant = signe de mensonge : je te renvoi à aux méta-analyses de la littérature scientifique réalisées par DePaulo, Lindsay, Malone, Muhlenbruck, Chariton et Cooper (2003) et par Sporer et Schwandt (2007) qui confirment l’absence de lien entre regard fuyant et mensonge.
    Un peu de science que diable 😀

    08:00 – Les perturbations vocales montre un malaise, cependant il faut le remettre en perspective et se souvenir qu’il est en train de répondre à un député dans tous les autres députés. Ces hésitations seraient d’ailleurs bien plus significative d’authenticité que de mensonge (hésitations = émotions)

    08:43 – objet barrière = protection : Je suis assez d’accord, cependant regarde le député qui pose la question 07:54 qui lui aussi met le micro devant lui et tient ses notes avec la main gauche (rien de signifiant), ces objets barrières prennent de la valeur si la personne avait d’autre façon d’opérer. Avec ce micro, elle ne peuvent agir autrement, ce n’est donc pas un signe fiable de quoi que ce soit.

    09:50 : Tu dis : « A partir du moment où il ment, la main gauche s’arrête » – Attention, tu te sers à postériori d’une information qui est indisponible au moment du discours, une analyse ne peut décemment pas être orienté en ce sens. C’est la gestuelle qui doit te permettre de confirmer ou d’infirmer un mensonge et non le contraire. Ici tu sais qu’il a menti et tu trouves des éléments de sa gestuelle pour étayer tes dires. Ce n’est jamais le cas lorsque nous recevons des demandes professionnelle. Nous ne savons jamais en amont la teneur des dires et leur authenticité. Notre travail se focalise sur ce qui nous permet d’affirmer ou non et très souvent ce ne sont pas des affirmations mais des suggestions en rapport avec tels ou tels éléments du discours ou de la gestuelle.

    11:25 – Tu parles des clignements des yeux, effectivement le fait qu’il cligne 9 fois en 10 sec peut devenir signifiant pris en dehors de sa baseline, cependant dans la même vidéo que je te propose plus haut tu compteras avec mois 7 battement des paupières en 13 sec. Il semble que Mr Cahuzac ait une sorte de rythmique avec ses paupières surtout que celles-ci ont tendance ensuite à s’arrêter lorsqu’il fixe un objet ou une personne. Attention donc au raccourci prit avec un indice hors baseline.

    12:05 : Sourire social nest pas « toujours » là pour masquer autre chose. C’est un sourire qui lui permet se donner une sorte de contenance.

    12:50 : La reformulation est un classique du discours politique. Ce n’est pas là non plus signifiant en terme de mensonge ou de quoi que ce soit d’autre.

    a entre 13:28 et 13:29, il y a une très très rapide microexpressions de dégoût, lorsqu’il dit « très vite, et le plus vite (..) »

    J’ai tenté d’être le plus précis possible et le plus exhaustif possible par rapport à ce que j’ai pu remarqué dans ton analyse. Il existe un réel danger malheureusement dans lequel tu es tombé c’est de prendre à posteriori des informations pour étayer une théorie. Ne jamais tomber dans cet écueil car le risque est trop grand de perdre toute crédibilité. Ce ne sont que les amateurs qui disent que le train est bien passé lorsque celui-ci leur passe sous le nez.

    J’apprécie énormément ton blog et ce que tu y fait et je souhaitais simplement intervenir ici pour retrouver une analyse plus pro et moins tendance.
    Tu trouveras de nombreuses analyses sur le net à propos du non verbal de cahuzac, tout ceux qui affirment aujourd’hui « je pouvais le voir » sont des ignorants ou des charlatans car c’est lorsque tout ceci c’est produit qu’il fallait monter au créneau.
    Nous nous sommes positionnés lors de cette affaire et rien, rien n’aurait permis d’être versé à la charge ou la décharge de cahuzac à ce moment là, on peut donc en conclure plusieurs choses. C’est un bon menteur ou alors il croyait tellement à son mensonge qu’il n’offrait aucun indice fiable de mensonge.
    Il faut bien te dire que lorsque tu es contacté pour faire une analyse de ce type professionnellement, tu ne peux pas affirmer aussi ouvertement qu’il s’agit d’un mensonge ou d’une vérité. Il faut tellement d’indices concordants que tu peux donner un soupçon ou une orientation mais très très rarement une affirmation.

    Bien à toi,
    Je ne souhaite en aucun cas t’avoir froissé ou blessé mais plutôt t’avoir donné un avis contradictoire et bienveillant. désolé aussi pour les fautes d’orthographes s’il y en a, j’écris à la volée.
    @ bientôt et au plaisir de te lire à nouveau
    Franck

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Bonjour Franck

      et merci de ton message.

      Je ne reviendrai pas sur la notion de prise en compte du contexte et de celle du mensonge engendrant des signes de stress qui ont été clairement établis en préambule de l’analyse. Si des raccourcis ont pu être émis par la suite, c’est en comptant sur la sagacité de chacun à bien vouloir les garder en tête.

      Je reviendrais cependant volontiers sur les différents points soulevés, ceux pour lesquels ce genre de raccourcis semblent porter à discussion.

      4:32 – L’immobilité : l’idée derrière ce message est la notion de ligne de référence de Jérôme Cahuzac. Pour les lecteurs non avertis, cette dernière consiste à identifier le comportement en temps normal ou dans une situation donnée de la personne décodée, ce qui permet d’exclure les interprétations à la hâte. En revanche, l’immobilisation de la main (arrêt de gestes démonstrateurs) à l’Assemblée nationale est une rupture par rapport aux mouvements de mains effectués quelques secondes plus tôt. On y revient juste après.
      6:06 – Exemple ?
      7:00 – Ma référence ici : David J. Lieberman PhD. Je m’en vais consulter les tiennes avec plaisir.
      8:00 – Cf. contexte du préambule
      8:43 – Pourquoi pas
      9:50 – En prenant le raisonnement inverse suggéré, qu’aurait pu mettre en avant un tel arrêt de mouvement de la main ? (ceci est une vraie question) Ma réponse : si j’avais eu entre les mains (sans jeu de mots) ce passage en amont, j’aurais émis de sérieux doutes sur la véracité des propos au moment où a lieu l’arrêt de ce mouvement. Mon analyse n’aurait pas changé d’un iota modulo la formulation exposée qui aurait été plus une suggestion qu’une affirmation.
      11:25 – oui, il faut prendre en compte la baseline (ligne de référence)
      12:05 – je crois que l’on est a priori d’accord. Définition Larousse de « Se donner de la contenance » : adopter une attitude, un comportement susceptibles de masquer son trouble, sa timidité.
      13:28 et 13:29 : merci pour le spot

      A l’avenir, je compte bien développer ce côté analyse de l’actualité tout simplement parce ceci reste très plébiscité par mon lectorat pour lequel j’essaie de répondre au mieux dans la mesure du faisable. (j’étais en retard de deux semaines sur celle-ci, deux mois sur celle d’Armstrong, la prochaine devrait rentrer dans les clous ;)).

      @ tous les lecteurs, on peut faire ressortir de ce commentaire deux points essentiels. Tenir compte de la baseline (ou ligne de référence de la personne décodée), ce que j’ai omis de faire dans cette analyse et faire une analyse en amont afin de donner plus de professionnalisme et de crédit à l’analyse.

      @Franck, merci de cette autre perspective de l’analyse,

      Romain

      PS : Je ne suis pas généralement pas vraiment froissé lorsque des commentaires aussi pertinents que ceux qui ont été rédigés ici viennent alimenter la discussion mis à part le sentiment lorsqu’une approche « donneur de leçons » peut se ressentir mais ce qui, peu importe le domaine, peut apparaître dès qu’un expert interagit. 😉

      Répondre
  17. Fred
    Fred dit :

    Bonjour,

    C’est super d’analyser le non verbal sur la vidéo. En même temps c’est dommage d’analyser tout ça à postériori. Ce qui serait vraiment intéressant c’est par exemple d’analyser Hollande quand il dit qu’il est pas au courant ou ceux qui ont commenté cette affaire ou tout ce qu’on ne sait pas encore et qu’on saura peut être bientôt.

    Pour ma part je découvre ton blog et dans ta présentation Romain tu ne mets pas quelles études ou formations, ni sur quelles compétences ou expérience tu t’appuis pour faire ces analyses. On ne sait pas trop non plus si en fait tu te présentes comme un expert du non verbal ou juste comme quelqu’un d’intéressé par ce domaine, avec des compétences acquises à travers certaines lectures.

    Moi ça me semble très important de savoir à qui on a affaire quand on arrive sur un blog sur un sujet comme celui là : amateur ou pro, débutant, intermédiaire ou expert ?

    Fred

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Merci Fred, je prends bonne note des autres vidéos à aller étudier ce qui permettra de réaliser une analyse en amont.

      En ce qui concerne ma présentation, je dois reconnaître qu’elle est devenue quelque peu obsolète. De formation scientifique, je
      suis ingénieur physicien, ai travaillé pour des entreprises de technologies de pointe avant de travailler pour la diplomatie scientifique en Allemagne
      et l’accompagnement de la recherche.

      Mon intérêt et mon engouement pour la communication non-verbale est apparue lors de mon cursus d’ingénieur, au moment même où
      j’avalais grand nombre d’ouvrages de développement personnel. Plus particulièrement, ma formation non-verbale
      est multiple (j’aime prendre le meilleur des différentes approches). Parmi mes mentors tu peux compter les personnes
      interviewées sur le blog (Menu -> Plan et Interview). Je me suis formé pour la plus part auprès d’eux à travers les
      différents supports disponibles (livres, formation en ligne, séminaire) et j’expérimente ce que j’apprends. Car se former signifie aussi mettre en application et c’est là où intervient ce blog qui reste mon principal outil de développement d’expertise depuis 2011 et qui me permet de vous le faire partager. Concernant la dénomination de ma maîtrise du sujet, je ne suis pas fan du mot expert, débutant, pro ou bien encore coach qui sont des étiquettes très facile à s’accoler mais je pense en connaître un bon rayon sur le sujet. Je te laisse juger de la pertinence des articles et de ce que tu pourras découvrir ici.

      A bientôt,
      Romain

      Répondre
      • THELLIER
        THELLIER dit :

        Si je peux me permettre d’intervenir dans la conversation.

        Il est vrai que je connais peu de chose sur toi Romain et c’est avec plaisir que je vois que tu es un confrère scientifique. Je suis moi-même à la fin de mon cursus d’ingénieur en Biotechnologie Biologie Cellulaire et Moléculaire et c’est au même moment que toi que j’en suis venu à m’intéresser à la communication non-verbale.

        Certes nous ne sommes pas dans les mêmes spécialités mais je suis ravi de découvrir que tu es un confrère scientifique. Et surpris de voir que notre attrait envers la communication non-verbale commença au même moment de notre cursus.

        Cordialement.

        THELLIER Florian

        Répondre
  18. Vincent
    Vincent dit :

    Salut, très bonne vidéo !
    Voici une autre vidéo que tu pourrait décrypter et commenter, ça fait un moment que je veux l’envoyer…
    La vidéo concerne une réaction de Ségolène Royal. C »est assez rapide, moi je vois le sourire qui tombe, du mouvement sur les lèvres et bien sur la main. Je vois plus de la gêne et la pensée de l’embarras à venir que de la colere.
    Lien de la vidéo :
    http://www.dailymotion.com/video/xrhq2r_quand-royal-aurait-decouvert-le-tweet-de-trierweiler-son-visage-se-crispe_news?start=19#from=embediframe

    Répondre
    • philippe
      philippe dit :

      Salut Vincent,

      On voit Ségolène R qui exprime la honte à 00:14 » (avec la main droite sur le front), ainsi qu’une rigidité de l’avant bras droit et le main fermé (poing ou repose le menton) à 00:17 ». La tension dans le corps est bien présente.

      Un léger sourire sociale sera également visible (Malaise).

      Bien @ toi vincent

      Répondre
  19. Alpage
    Alpage dit :

    Bonjour,

    Je ne vois pas bien l’intérêt d’une telle analyse maintenant que Mr Cahuzac a avoué.
    C’est un peu comme si on donnait une bouteille de Bordeaux millésime 2008, (avec l’étiquette), à un sommelier en lui disant : « montrez-nous que c’est un Bordeaux millésime 2008 ».

    Quelle forte reconnaissance cela aurait été pour le non verbal de publier cette analyse avant la confession de Mr Cahuzac.
    Il manque aussi un point de comparaison avec les attitudes de Mr Cahuzac quand il n’est pas en train de mentir ; par exemple une analyse de sa gestuelle dans un débat où il défend le point de vue du PS.
    Par ailleurs se baser sur le stress pour dire que la personne est mal à l’aise et que c’est peut-être parce qu’elle ment est dangereux.
    Recherchez la vidéo de Dominique Baudis quand il a été accusé des pires turpitudes avec des prostituées. Il est venu sur TF1 démentir; il tremblait, suait à grosses gouttes. Franchement il était mal et pourtant il était innocent.

    Je souhaite que le non-verbal apporte un éclairage nouveau et ne court pas en retard avec la meute.

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Bonjour Alpage,

      Ma négligence consistant à omettre l’étude d’autres vidéos hors du contexte de cette affaire ne fait aucun doute. La prochaine analyse aura le mérite de tenir compte de cette expérience.

      Romain

      Répondre
  20. ghanem
    ghanem dit :

    merci pour cette video. Ma problematique c’est au moment ou tu as decoder son immobilité et son stress, quand on est accusé de quelque chose de grave, que l’on soit innocent ou pas le stress est quand meme present, et dans tout les cas la concentration et l’immobilité sera quand meme présente. Ca ne voudra pas forcement dire que c’est un signe de mensonge..

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Bonjour Ghanem,

      Merci pour ton message. Le point que tu mentionnes est effectivement fortement lié au contexte de l’interview, qui avec de fortes probabilités, et peu importe la personne, sera propice au stress. J’en parle au tout début de la vidéo.

      Romain

      Répondre
  21. SkyDream
    SkyDream dit :

    Les hochements de tête à la vertical, lorsqu’il est à l’Assemblée Nationale et face à J-J Bourdin :

    « Je n’ai pas, (Hochement de tête) je n’ai jamais eu (…) »

    Ça me paraît être un indice probant :) Merci pour la vidéo Romain.

    Répondre
  22. david duault
    david duault dit :

    bravo romain, pour cette interprétation pas grand chose a rajouté car, j’étais un peu prés tombé sur la même interprétation surtout, la tenue du micro par les 2 mains comme objet barrière avait capté mon attention j’avais bien aussi, repéré les répétitions de phrases j’avais également vu le sourire sociale que l’on fait en cas de stress et, que l’on fait dans ce genre de contexte quand on veut faire croire a un mensonge en espérant que l’interlocuteur va le croire ..et bien sur la fuite du regard etc…
    il aurait été intéressant de pouvoir récupérer la vidéo de ton analyse pour compléter ta formation :)

    Répondre
  23. Brico Maison
    Brico Maison dit :

    Bravo pour cette analyse à la fois fouillée et captivante! Comme quoi il est utile d’avoir le bon regard et d’apprendre à regarder la réalité sous des angles différents de ce dont on a l’habitude… Merci!

    Répondre
  24. Lachaize
    Lachaize dit :

    Pouvez vous me traduire la pensée d’un homme qui utilise souvent la phrase: « je veux vous dire » lorsqu’il s’adresse à un groupe.
    Cordialement
    Jean-Marc

    Répondre
  25. Rémi
    Rémi dit :

    Bonjour,

    je crois avoir décelé un autre indice non verbal dans l’analyse des interviews de Cahuzac.
    Dans l’interview de JJ Bourdin, en plus de répéter la question de ce dernier, on peut remarquer dans sa réponse qu’il détache bien ses mots pour convaincre, dans un premier temps, mais lorsqu’il achève sa phrase en disant « de compte en Suisse », il le fait de manière empressée. Ne peut-on pas voir ici une manière de se débarrasser vite fait bien fait de son mensonge du fait qu’il n’en croit pas un mot? Comme si le fait de le dire plus vite pourrait l’aider à moins culpabiliser?
    Merci de votre réponse!

    Et merci pour l’analyse très pertinente à propos ! 😉

    Répondre
  26. Bill
    Bill dit :

    Bon article !
    Pour les plus curieux, lire en complément l’analyse cette fois ci verbale de l’affaire Cahuzac sur le blog d’Othello:

    Répondre
  27. Jerome winter
    Jerome winter dit :

    Bonjour Romain, voilà j’ai remarqué que a partir de 2.12min jusque 2.30min, quand J.Cahuzac parle au spectateurs, qu’il a l’air plus rassuré dans ce qu’il dit est que a aucun moment son front ne se plisse, normalement quand on s’exprime devant une caméra ou un publique notre cerveau improvise en quelque sorte les phrases qui vont sortir de notre bouche, et chaque phrase que l’on prononce donne une expression a notre visage et chaque expression fait remuer, plisser un minimum notre front, or la Cahuzac n’a aucune expression frontale, sont cerveau n’improvise même pas un minimum, ce qui démontre qu’il connaissait chacune de ces phrases par coeur, il les connaissait avant même d’être sur le plateau.
    Voila j’espère que mon commentaire t’auras était utile.

    Répondre
  28. Charles
    Charles dit :

    Bonsoir Romain. Quand J.Cahuzac est à RTL avec J.J.Bourdin, ce dernier lui pose la question  » vous avez un compte en Suisse ou pas ?  »

    C’est une question donc fermée.

    Et notre ami Jérôme fait des signes de la tête de haut en bas ( comme quand on fait oui ), cela est en contradiction avec sa réponse non ? Cet élément est à prendre en compte ?

    Merci d’avance, au plaisir de progresser encore plus grâce à vous.

    Répondre
  29. Yann
    Yann dit :

    Super cette série de vidéo pour les débutants. J’avais également essayé de revisionner les interviews de Cahuzac après les révélations mais je n’avais absolument pas réussi à décoder autant de chose. Cependant quelque chose m’a frappé c’est sa respiration, quand il parle il semble devoir prendre de plus ample inspiration. Chose qui ne se retrouve pas sur des vidéos de lui anodine, celà peut-il être également un signe ?

    Répondre
  30. galou
    galou dit :

    Bonjour,
    Je me renseigne depuis peu sur le décodage du langage non-verbal, et votre site m’aide beaucoup.
    J’ai lut beaucoup d’informations sur beaucoup de sites, mais je n’ai malheureusement pas pris le soin de les répertorier…
    J’aimerais votre avis sur une position que j’ai repéré il y a peu lors d’une interview de Christopher Froome (cycliste maillot jaune pour le moment sur le tour de france) (je ne cherche pas comme la plupart des gens à critiquer le cyclisme, puisque je le pratique moi-m^me ;). C’est simplement un point que j’ai remarqué, et qui m’intrigue) où il était questionné sur le dopage.
    On voit au tout début de la vidéo qu’il place une gourde, ou un objet dans ce genre juste devant ses parties génitales et j’ai lut quelque part (malheureusement je ne sais plus où…) que cela peut signifier un sentiment de vulnérabilité face à une question dérangeante.
    J’ai également remarqué plusieurs fois une micro-expression de honte, ainsi que de nombreux haussements d’épaules lorsque le sujet est abordé

    Mais j’ai aussi visionné une autre interview de lui, l’une des premières où l’ont lui pose la question pour vérifier ses expressions sans préparations, et il semblait parfaitement sincère.

    J’ai émis l’hypothèse que ces expressions de stress ou de gènes pouvaient être liées au fait qu’il a peur qu’on ne le croit pas malgré sa sincérité, à cause du passé noir de dopage dans le cyclisme.
    Qu’en pensez-vous ?

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Envie de vous exprimer ?