Ampoule

[Video] Aller à l’essentiel dans vos prises de parole en public

En juin 2011, j’ai intégré un club Toastmaster afin d’améliorer ma prise de parole en public (vous pouvez retrouver l’ensemble de mes discours ici). Afin de vous faire partager mon expérience dans cet apprentissage, je publie chacun de mes discours en vidéo en expliquant sa spécificité, chaque discours que je prononce vise à améliorer une facette essentielle dans l’arsenal de l’orateur. D’ailleurs, ces techniques sont toutes aussi valables pour votre prochaine présentation. Dans cet article, je vous propose donc de découvrir mon 3ème discours intitulé « Un produit qui ne s’use pas est une tragédie pour les affaires ».

L’objectif du discours ? Aller à l’essentiel

Le 3ème discours Toastmaster consiste à aller à l’essentiel – Crédits : Bulb by Kirsty Andrews

<– La vidéo de mon discours est juste en dessous. MAIS AVANT, je vous invite fortement à lire les deux paragraphes suivants car ils vous permettront de mieux saisir le contexte du discours –>

Pourquoi aller à l’essentiel ?

Dans un discours/présentation, il faut avoir une idée claire du but à poursuivre. Est-ce que je veux que mon auditoire apprenne quelque chose de ma présentation ? Est-ce que je veux que mon auditoire fasse quelque chose ? En bref, tout discours doit avoir une finalité. En gardant consciemment à l’esprit quelle est la finalité de son discours, tout le reste découle : des information à apporter en passant par la structure à mettre en place jusqu’à la façon de présenter. Dans une présentation, il existe concrètement deux finalités :

  • la finalité générale
  • et la finalité particulière

La finalité générale est l’intention qui sous-tend le discours. Il existe 4 grandes familles : informer, persuader, distraire et inspirer. Pour ce discours, la finalité générale était d’informer car je souhaitais présenter à mon auditoire un sujet nouveau ou élargir leur connaissance. Si vous me suivez, pour le second discours consacré aux sports à Paris, il s’agissait de divertir.

La finalité particulière quant à elle est différente de la finalité générale. Elle tient en une phrase et consiste à exposer le but à atteindre à travers le discours. Elle doit répondre à trois exigences :

  • 1) Etre exprimée du point de vue des auditeurs (qu’est-ce que je veux que les gens pensent ou fassent après m’avoir écouté ?
  • 2) Employer des mots précis
  • 3) Etre réaliste et proposer un objectif réalisable.

Quand j’ai écrit ce discours, ma finalité particulière était la suivante : « A l’issue de mon discours, mon auditoire identifiera l’obsolescence programmée comme l’origine de leur prochaine panne de téléphone portable ». 

Ce n’est qu’après avoir couché sur papier cette finalité particulière que j’ai commencé à décider des principaux éléments ainsi que des idées et du plan pour les étayer.

Aller à l’essentiel consiste à  :

  • choisir un sujet de discours,
  • déterminer la finalité générale et particulière,
  • avoir une structure qui va dans le sens de ces finalités ; l’intro, la conclusion et le développement également,
  • parler avec assurance, sincérité et conviction en maîtrisant une éventuelle nervosité,
  • parler sans note.

Objectifs atteints ? La réponse dans la vidéo (ou parfois ma tête est coupée). 😉

Image de prévisualisation YouTube

Dans les temps, 6 min 47. (5-7min)

Rappel des points à améliorer identifiés lors de mes précédents discours

  • Introduction : la dernière fois, elle était trop longue. Je pense que cette fois-ci, on peut considérer l’introduction mieux réussie. Elle était percutante et surtout inattendue. Qui autorise de nos jours à sortir son téléphone portable quand quelqu’un parle ? En tout cas, j’ai eu des remarques positives de ce côté là.
  • Prendre le temps de respirer, ce n’est pas une course. J’ai encore eu du mal à ne pas accélérer dans ce 3ème discours.
  • D’ailleurs les hésitations, elles viennent en partie de ça. C’était un point auquel je devais faire attention. Le premier discours avait montré un grand nombre d’hésitations, le second un peu moins, le troisième encore moins. Mais on m’a donné la solution ultime pour arrêter les hésitations (voir plus bas)
  • Une remarque concernant ma mobilité. Je suis resté relativement statique lors du précédent discours alors que le sujet se prêtait effectivement à la mobilité. J’ai essayé ici de prendre plus d’espace.
  • Vous m’aviez conseillé de poser des questions – ce fut chose faite !

Les points forts de ce second discours (selon les évaluateurs)

  • L’appel du public pour capter l’attention dès l’introduction. A travers l’action de sortir le téléphone portable (peu commun lors d’un prise de parole en public) et les questions.
  • Le lien entre introduction et conclusion (le téléphone)
  • Les arguments imagés et faciles à retenir.
  • Objectifs semblent  bien atteints
  • Thème intéressant
  • Assurance, connaissance du sujet

Les suggestions d’amélioration

  • L’emploi du pronom « on » – il faut que je varie
  • J’utilise un langage parlé (d’où l’emploi du temps) qui peut être bénéfique pour la clarté mais peut rebuter d’autres personnes.
  • Il faut que je parle plus lentement. Mon débit de parole est trop rapide. C’est le point noir de mes 3 premiers discours. Ça sera mon principal objectif lors de mon prochain.
  • Certaines lettres sautent : « Y a » ou lieu d' »il y a » – cf. au dessus.
  • Prendre le temps de faire des pauses pour éviter les hésitations et établir le contact visuel individuel.

Je vais désormais me pencher sur mon projet de discours n°4 qui se basera sur la fluidité et le choix judicieux des mots tout en essayant de mettre en place les suggestions d’améliorations. Vous retrouvez bien entendu le débriefing sur le blog. :)

En attendant avez-vous des remarques sur ce 3ème discours à la fois sur le thème et sur la présentation ? Je serais ravi de vous entendre :)

7 réponses
  1. Myki
    Myki dit :

    Bonjour, it is my première fois to comment so….
    Bonne intro et bonne conclusion
    Je te suggère pour la prochaine fois de raconter les histoires pas seulement avec les mots mais aussi avec ton corps pour permettre à l’auditoire de vivre la scène à travers toi (astuce dis toi que tu racontes ton histoire à une classe de maternelle, tu vois le truc?).
    Eviter surtout de fermer les points quand tu parles
    Assure toi que la tonalité de ta voix scie avec les mots prononcés.

    Merci pour ce Kdo (ce magnific blog)

    Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Salut Myki,

      Merci du conseil. Pourtant, j’ai essayé de créer un décor à mon histoire autour de l’ampoule mais c’est clairement améliorable. 😉 Et en qui concerne la classe de maternelle, en tant qu’ancien anim’ pour les 3-6 ans, ca ne devrait pas poser de problème. 😉

      J’espère que ce 1er commentaire s’est bien passé 😉
      Romain

      Répondre
  2. hannah@methode Tipi
    [email protected] Tipi dit :

    Bonjour Romain,
    C’est la technique qu’il faut améliorer maintenant sinon on finit par se lasser de ne pas voir assez clairement ton corps et ton visage. Ce sont aussi les expressions non verbales qui captivent alors tu nous prives de l’essentiel. Il y a un truc pour améliorer l’articulation: tu dis ton texte avec un stylo dans la bouche, ça t’oblige à articuler à mort, comme ça quand tu l’enlèves, tu as gagné 50 % en diction

    Répondre
  3. xavier
    xavier dit :

    Bonjour Romain

    Moi j’ai bien été pris par l’histoire, le rythme, la participation, le ton de la voix.etc….
    bref j’ai bien aimé . Seul regret…que tu sorte si souvent du cadre de la vidéo car on perd une partie du cluster non verbal;)

    Une astuce de video-amateur passionné….
    Tu filme en HD sur un plan large et c’est au montage que tu zoom… en te centrant sur toi quelque soit tes déplacement….Bien sur la vidéo n’est plus en HD (à cause du zoom….mais elle reste en DV c’est dire bien supérieur à la définition d’un ecran d’ordi….donc impossible de faire la différence .Seule précaution que d’un plan à un autreil y ait une parfaite cohérence sur un point entre les deux yeux. C’est là que le regard ce précipite en quelque centième de secondes pour retrouver ses repères entre deux plans….

    Concernant l’articulation
    Lorenzo ( que tu as si bien interviewé) à mis pas mal de vidéo accessibles gratuitement dont le « crayon magique »
    si tu vas sur cette page
    http://444-interviews.com/lorenzo-pancino-le-pouvoir-de-votre-voix-un-partage-fabuleux/
    et que tu clique sur l’image  » prenez la parole sans stress.. »
    tu aura accès à 4 vidéos vraiment démonstratives.
    Il faut en faire un exercice journalier pour rester dans la durée mais les progrès sont …instantanés!

    Bravo et Je te souhaite une belle soirée
    Xavier

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Envie de vous exprimer ?